AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Poison cooking ft Jae Duk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Poison cooking ft Jae Duk   Mer 15 Oct - 19:03


Poison cooking
AVEC JAE DUK

Hier j'ai reçu une nouvelle un peu décevante, je me doutais bien que ma chambre au dortoir, qui est prévue pour loger deux personnes, n'allait pas rester qu'à moi, seulement je n'avais rien contre l'idée de profiter de ma tranquillité encore quelques semaines. L'identité de celui qui va bientôt rejoindre les trainees ne m'a pas été indiquée, ce n'est pas comme si j'en avais quelque chose à faire non plus. Tout ce que j'espère est qu'il n'est pas trop envahissant, bavard et qu'il ne pense pas que je vais être son pote, c'est un concurrent, au même titre que les autres gars. Il est hors de question que je me fasse distancer ou dépasser, d'ailleurs, le meilleur serait l'arrivée d'un adversaire digne de ce nom. J'ai bien vu avec Dong Sun à True Media que cela me boostait constamment, ma progression s'en est ressentie durant ces cinq derniers mois.

Ce matin, je n'ai pas dérogé à la sacro-sainte règle d'aller courir dehors, la pluie ou le froid ne m'arrêtent pas non plus. Mon organisme est tellement habitué à faire plein de sport que, les rares fois où il n'a pas l'occasion de se dépenser, je le ressens autant dans mon corps que dans mon humeur. Je suis directement allé en cours ensuite, on a commencé par musculation. Le coach ne plaisante pas quand il s'agit d'exercices, sa rigueur me rappelle celle de mon sensei de wushu. Les cours ensuite se sot plutôt bien passé, le repas de midi a été le bienvenue, je me fiche de ce que je mange tant que c'est assez nourrissant. Ce n'est pas comme si j'étais au régime non plus, l'avantage d'être un mec comparée aux trainees filles qui doivent déjà faire attention, elles. L'après-midi passe assez vite, je termine la journée en allant m'entraîner dans la salle de danse. Il est important de continuer à progresser, j'ai un objectif et dois me donner les moyens de réussir.

Arrivé dans les dortoirs, je vais me poser dans ma chambre travailler mon coréen le temps que les douches se désengorgent, faire la queue pendant des heures, non merci. Il faut vraiment que je devienne le meilleur trainee, il parait que l'on peut passer devant tout le monde dans ces moments-là, ça doit être trop jubilatoire. Tranquillement installé sur mon lit à écouter de la musique, il me semble sentir un drôle d'odeur... Je me lève puis sors dans le couloir. Ouai, ça pue le brûlé. Il y a un truc qui flambe ou quoi?? Je vais faire le tour dans notre dortoir, rien du tout. J'essaie de suivre l'odeur, elle a l'air de provenir du dortoir des célébrités. Bordel, il y a pas mal de fumée ! Je mets mon t-shirt sur mon nez et continue à avancer. Normalement je n'ai pas le droit de venir ici, sauf que si le bâtiment prend feu, ça craint. Je ne veux pas courir le risque, j'avance vite jusqu'à débouler dans une cuisine. Quel est le crétin qui a osé laisser de la nourriture cramer à ce point?? Je cherche du regard pour tomber sur un type au téléphone.

"Vous essayez de tuer quelqu'un ou quoi??" Dis-je, un peu sèchement, en coréen avec mon accent japonais, au téléphone quoi...

Je sais pas ce qu'il a essayé de faire, mais ça m'a l'air plus que douteux ce qui est dans la poêle. D'abord s'occuper de se débarrasser de cette chose, je cherche un couvercle que je place sur la casserole, en éteignant le gaz, pour couper l'oxygène du feu, ensuite je me précipite pour ouvrir toutes les fenêtres histoire d'évacuer la fumée qui me fait un peu tousser. Puis mon attention, ou plutôt mon regard qui tue naturel se repose sur le responsable.

"Ne jamais laisser la casserole sans surveillance lorsqu'on cuisine, c'est une règle d'or."

Maintenant que j'y pense, qui est ce type au fait? Sa tête me dit rien, bien qu'il soit à classer dans les vieux.  

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Ven 17 Oct - 17:43

On lui avait souvent dit que le principal, c'était d'essayer. Et là, Jae Duk essayait encore de se convaincre du bien fondé de cet adage. Et il avait essayé, vraiment. Mais maintenant qu'il y songeait, essayer de flamber une omelette expérimentale n'était peut-être pas une si bonne idée. Il ne savait pas trop ce qui lui avait mis la puce à l'oreille... Probablement la fumée blanchâtre qui avait commencé à envahir le dortoir de ses canetons, ou le fait qu'il commençait à tousser en étant au téléphone avec un journaliste. Ou peut-être que la mauvaise idée était de s'être éclipsé de la cuisine pour passer ce coup de fil on ne peut plus important... Mais tout de même, est ce que le résultat pouvait être aussi dramatique ?

Cellulaire en main et collé à l'oreille, le jeune homme revient dans la cuisine... Et à vue de la fumée commençant à se faire noirâtre au dessus du plat, il se dit qu'il était peut-être temps de faire quelque chose. Saisissant une spatule, il commence à remuer le contenu de la poêle, bras tendu, crachant ses poumons au bout du fil. Il était peut-être temps de raccrocher, histoire de pas passer pour le pire professionnel que le monde ait porté.

Soudainement, il devine une silhouette sous le cadre de la porte, t-shirt relevé sur le nez. Jae Duk a un rapide coup d’œil pour l'inconnu dont le visage n'est pas inconnu, avant d'abréger son appel, promettant de rappeler ultérieurement. Le jeune homme lui adresse quelques mots sèchement, tandis que le manager a une quinte de toux, capitulant en abandonnant sa spatule.

L'autre vient éteindre le gaz, avant de se ruer vers les fenêtres pour évacuer la fumée stagnante. « Merci. » dit Jae Duk dans un toussotement, avant de se diriger lui même vers une fenêtre pour se remplir les poumons d'air frais. Un conseil lui est donné. « Hah... » a pour seule réponse Jae Duk, avant qu'il ne veuille avoir confirmation sur une chose : « Après, on peut bien faire revenir des œufs, du riz et des pommes de terre dans une poêle, non ? Ensemble, je veux dire. »

Après avoir prit une grande bouffée d'air, son attention en revient à l'autre, qu'il détaille rapidement. « Jang Shin Il, c'est ça ? » demande t-il, même s'il était quasiment sûr de son coup. Un trainee qu'il avait souvent vu avec son cousin. Et ça n'était pas dans les habitudes de Jae Duk de juger sans connaître – bien loin de là, même, mais ce quasi-inconnu lui avait laissé un feeling... Mitigé, dira t-on, sans qu'il puisse vraiment dire pourquoi. L'attitude, peut-être, ou quelque chose comme ça. « Hwang Jae Duk. » finit-il par se présenter, en tendant une main vers son vis-à-vis. « Le manager des Moonlight. Et le cousin de Nam Dong Sun. Il me semble que tu le connais, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Lun 20 Oct - 23:24


Poison cooking
AVEC JAE DUK

La fumée avait envahi tout le bâtiment, à croire que quelqu'un avait décidé de foutre le feu dans une des chambres et d'attendre que tout le monde y passe pour se faire une place au soleil. Quoi qu'avec les idoles dans l'autre dortoir, mon raisonnement ne tient pas. Une histoire d'amour qui a mal tourné ou de la jalousie peut-être? Lorsque j'arrive enfin dans la cuisine, je trouve l'objet de ma difficulté à respirer que je recouvre d'un couvercle pour couper tout apport d'oxygène, me jetant sur les fenêtres que j'ouvre, respirant un peu mieux. L'autre me remercie, bien que je ne sache pas de qui il s'agit. Pourquoi les cuisiniers du dimanche ne semblent jamais au courant des bases? C'est comme se lancer dans la conduite sans avoir passé son permis...

"Si le but du plat est de tuer quelqu'un voire plusieurs, alors la réponse est oui."

Sérieusement, où est-ce qu'il a bien pu apprendre à cuisiner ce type? Son mélange, rien que de l'entendre, m'a légèrement fait grimacer intérieurement et surtout donner envie de vomir. Personne ne ferait une chose pareille, mélanger les aliments qu'il vient de nommer est un sacrilège envers la cuisine, un cruel manque de respect. Mon père verrait cela, il en serait affligé. L'autre parle encore, il connaît mon nom, l'étonnement ne se lit pas sur mon visage bien que je le sois. Qui peut-il bien être? Je n'ai pas le temps de demander qu'il se présente en tendant la main vers moi. Cette coutume dans ce pays, j'ai vraiment du mal. Je me contente de m'incliner avec respect quand j'entends qu'il est le manager des Moonlight. Allons c'est lui le cousin de Blondie? Ils n'ont pas du tout l'air d'être le même genre de personnes.

"Enchanté." Dis-je, poli, maintenant que la catastrophe est passée. "Je le connais même bien."

La raison de l'orientation de la conversation sur Dong Sun m'intrigue, je me demande ce qu'il vient faire là. Ce n'est pas comme si j'avais un intérêt quelconque à vouloir faire la discussion, je suis convaincu que l'autre homme a aussi du travail qui l'attend. Bref, il éveille ma curiosité sur un autre point que je garde le temps de vérifier que les flammes ont disparu, ensuite je retire le couvercle, en secouant la tête en voyant le gâchis.

"Sérieusement, ce n'est pas du tout prudent de cuisiner et téléphoner en même temps, vous auriez pu terminer asphyxier si je n'étais pas intervenu. C'est du gâchis en plus."

Je ne lui fais pas la morale, je le mets en garde pour les prochaine fois. Dans ma famille, on ne roule pas sur l'or, donc gaspiller la nourriture comme ça, ce n'est pas toléré, mon père essaie déjà de limiter le gâchis laisser chaque jour par les clients qui ont eu les yeux plus gros que le ventre. N'empêche, pendant que je commence à nettoyer son bazar plus par réflexe qu'autre chose, mon interrogation revient et finit par sortir de mes lèvres.

"Je peux savoir comment vous savez qui je suis?"

L'air qui s'engouffre continue de chasser la fumée qui n'est presque plus présente dans la pièce, ce qui n'est pas un mal du tout. Espérons qu'il ne comptait pas faire manger ça à ses membres, sinon je les plains. Je n'ai pas envie d'avoir un manager genre cuisinier psychopathe plus tard.   

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Mar 21 Oct - 23:11


« Hah... C'est bon à savoir. » plaisante Jae Duk à la réponse offerte par son vis-à-vis. Et pourtant, il était on ne peut plus pensif ! Bon, on lui avait souvent dit que ses mélanges culinaires étaient fort particuliers et incongrus. Mais de là à ce qu'on lui dise que c'était un bon moyen d'achever les goûteurs, c'était une toute autre histoire ! Lui, il était sûr qu'il aurait bien aimé. La force de l'auto-persuasion, certainement... Et des papilles gustatives pas trop exigeantes, aussi ! Quoi qu'il en soit, le manager n'était pas du genre à se froisser dès qu'on s'en prenait à ses talents de cuisinier, aussi ajoute t-il, le regard pensif : « Je devrais songer à une reconversion, dans ce cas. »

Les présentations sont faîtes, rapidement. Et alors que Jae Duk tend une main vers l'autre jeune homme pour serrer la sienne, le manager se voit ignoré... Mais malgré tout salué par une courbette respectueuse. Ça le fait rapidement haussé les sourcils, mais soit : ça non plus, ça n'était pas le genre de choses dont il se formalisait. En tout cas, Shin Il confirme qu'il connaissait bien le cousin du manager. « J'avais cru comprendre. Je vous ai souvent vu ensemble dans les couloirs de l'agence. » souffle Jae Duk, avant d'interroger à nouveau : « Vous vous êtes connus comment ? » Par l'agence, il va sans dire. Mais disons que c'était étonnant que trainee et personnel sympathisent : c'était pas le même monde, et il n'était pas rare de voir un peu de mépris dans un sens.

Fumée passablement dissipée, Shin Il s'approche à nouveau du gaz pour retirer le couvercle de la poêle avant d'en inspecter le contenu. Contenu carbonisé ne ressemblant à rien d'autres que des fibres sombres, ceci dit en passant. Jae Duk a lui même un coup d’œil pour son « plat », sourcils arqués, un peu comme s'il découvrait tout un monde. « Étonnant, je n'aurais pas pensé que ça puisse avoir cet aspect là. » souffle t-il, analysant le contenu comme un scientifique relevant les résultats d'un test. Son vis-à-vis ne manque d'ailleurs pas de le mettre en garde : il n'était pas prudent de faire deux choses en même temps. Là, il en avait un peu eut la preuve même, effectivement ! « Le temps, c'est de l'argent. » annonce Jae Duk, un peu pour se justifier, tout en sachant pertinemment que ça ne ferait pas mouche. « Mais tu as raison, j'y ferai attention à l'avenir. » Ceci étant dit, son regard se pose sur Shin Il, qu'il fixe quelques instants en silence. « Ça a l'air que tu t'y connais bien dans le domaine. Je me trompe ? » Disons que c'était un peu l'impression qu'il avait en l'entendant parler, en tout cas !

Le concerné commence à débarrasser les dégâts, avant qu'une question ne lui échappe. Il semblait étonné que Jae Duk le connaisse. Le manager se pose contre un plan de travail, bras croisés, tout en regardant Shin Il opéré. « Comme dit un peu plus tôt, je t'ai vu plusieurs fois avec Dong Sun dans les couloirs de la StarE. Tout naturellement, je lui ai demandé qui tu étais. » explique t-il. « Et outre ça, je fais souvent en sorte de reconnaître les recrues prometteuses de l'agence. » Le professionalisme, quoi !
Revenir en haut Aller en bas
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Ven 24 Oct - 20:20


Poison cooking
AVEC JAE DUK

Ma réponse fait sortir une petite plaisanterie, j'utilisais surtout l'ironie. S'il ne tuait pas quelqu'un avec le plat qu'il comptait cuisiner, ce serait par la fumée dans l'immeuble. Je souhaite sincèrement qu'il n'est pas le cuisinier dans le groupe, sinon c'est un miracle qu'ils soient toujours en vie.

"Quand il est dit de la cuisine que c'est un art, ce n'est pas pour faire joli. Il faut apprendre les bases et les maîtriser avant de se lancer dans les expériences originales."

C'est comme pour n'importe quoi, on ne commence pas par la fin, mais par le début, sinon ça donnerait sans arrêt des situations plus ou moins dangereuses du genre de celle-ci. Je ne suis pas certain qu'il réalise que ça aurait pu être pire que ça. Il me parle plutôt de Dong Sun qu'il présente comme son cousin, je me rappelle la grimace qu'il avait faite en évoquant le sujet de sa cuisine, je comprends mieux. Le voilà qui pousse sa curiosité.

"Je l'ai rencontré en sortant d'un entraînement perso tard le soir. Il sait briser la glace on va dire, la discussion est venue toute seule et on a sympathisé."

Pour ne pas dire qu'il a carrément sursauté et crié comme une fillette quand il m'est rentré dedans. En plus, je veux bien avoir son cousin en face de moi, je ne vois pas en quoi ça le regarde. Dong Sun me parait être un type responsable, pas le genre à se faire materner par sa famille. En tout cas, j'espère que l'autre est satisfait de ma réponse et qu'il va cesser sa curiosité sur le sujet. Je me charge de nous débarrasser de plat non-identifié, sa remarque je l'ignore, en même temps, ça a dû rester dans la casserole longtemps pour être carbonisé à ce point. Je le mets en garde qu'il faut surveiller ce qu'on cuisine, sa réponse me laisse totalement dubitatif.

"Si je n'étais pas intervenu, vous seriez peut-être mort asphyxié et vous auriez eu l'air malin avec votre temps c'est de l'argent... Très intelligent comme manière de voir les choses dans une cuisine." Sérieusement, il me dépasse cet homme. Espérons qu'il va réellement faire attention à l'avenir et que je n'ai pas pissé dans un violon pour rien. "Mes parents tiennent un restaurant à Tokyo, je les aidais souvent."

Une fois que j'ai nettoyé, jeté et tout ce qui va avec, il se décide à m'expliquer comment il connaît mon nom. Forcément, si Dong Sun lui a indiqué comment je m'appelle, tout s'explique. C'est vrai qu'on arrive à trouver le temps de se croiser quand-même avec tout ce que chacun fait, ce qui est un peu un miracle. C'est très souvent tard la nuit, j'en conclus que son cousin est aussi un bosseur. Son petit compliment fait naître un très léger sourire sur mes lèvres.

"Merci. Je vais travailler encore plus dur pour continuer à mériter ce rang de prometteur."

Ça me motive encore plus à travailler, je ne suis pas là depuis longtemps et déjà certains membres du personnel me connaissent, je compte bien ne pas trahir la confiance qu'on m'a donné. Puis il faut savoir se démarquer des autres, la reconnaissance de mon travail et de mes capacités ne font que me rendre plus déterminé. Ensuite je reprends ma tête habituelle pour poser mon regard particulier à nouveau sur lui.

"Juste pour savoir. C'est vous qui faites la cuisine au groupe ? Si c'est le cas, il faut inclure dans la formation de manager l'option cuisinier."

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Mar 11 Nov - 21:12


Apprendre les bases pour mieux expérimenter : c'était un peu le credo de chaque artiste que lui sortait Shin-Il. Et Jae Duk n'était pas assez fou – ou tout du moins, impertinent pour le contredire. Disons qu'à force de travailler dans le milieu de la musique, à apprendre à reconnaître ce qui pourrait marcher ou non, c'était chose que le manager avait acquise depuis bien longtemps. Mais disons qu'en l’occurrence, dans le milieu de la cuisine, il avait un peu trop souvent tendance à oublier les bases et sauter directement à la phase invention. Grand mal lui fasse... Et le jeune homme en face de lui semblait bien déterminé à le lui faire comprendre ! Quoi qu'il en soit, Jae Duk opine, compréhensif. « Je ne nie absolument pas le fait que la cuisine soit un art. » commence t-il, avant d'expliquer : « Et je ne cherche pas particulièrement à faire des expérimentations, disons plutôt que j'ai un peu tendance à prendre tout ce que j'ai sous la main. Des fois ça donne des trucs pas mauvais ! » Enfin, ça c'était purement subjectif, hein... Et il n'avait sûrement pas beaucoup de crédibilité, après ce massacre culinaire.

La conversation en vient ensuite à Dong Sun, le manager se demandant comment son vis-à-vis avait rencontré son cousin. On lui explique qu'ils s'étaient croisés à la sortie d'un entraînement. Shin-Il ne se fait pourtant pas très expansif sur le sujet, visiblement pressé d'avorter cette conversation. Une fois encore, Jae acquiesce sans demander davantage.

Ils en reviennent à parler cuisine et... Dieu que ce garçon se prenait au sérieux ! Un peu trop sec à son goût, vu la répartie qu'il lui offre alors qu'il tente de se justifier sans grand sérieux. Jae Duk sourcille un peu quand Shin-Il lui répond qu'il n'était pas malin avec son « le temps c'est de l'argent », le regard un peu blasé. « Le second degré c'est pas trop ton truc, hein ? » répond-il, la voix neutre. Disons qu'il avait admis ses tords, et que c'était un peu fatigant de s'entendre rabâcher les mêmes reproches, quoi ! Shin-Il lui explique ensuite que ses parents tenaient un restaurant à Tôkyô, d'où le fait qu'il s'y connaisse en cuisine. De fait, par pure curiosité, le manager interroge en langue nippone : « Tu es japonais ? »

Ils en viennent à parler rapidement travail, l'occasion pour le supposé japonais de laisser une ombre de sourire arquer ses lèvres. Ce dernier laisse ensuite une nouvelle question tomber, toujours à propos de la cuisine. L'occasion d'une nouvelle pique, peut-être ? Jae Duk en fait fit. « Pas de généralités, certains managers sont d'excellents cuisiniers. » répond-il, une commissure étirée. « Sinon, je fais la cuisine de temps en temps pour le groupe, mais pas systématiquement. Quand j'en ai le temps ou l'envie, dira t-on. » ajoute t-il ensuite. Mais étrangement, les Moonlight faisaient toujours preuve d'excellente volonté pour se mettre à cette tâche et ainsi en dédouaner leur manager !
Revenir en haut Aller en bas
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Mer 19 Nov - 10:05


Poison cooking
AVEC JAE DUK

Le manager des Moonlight a l'air d'être assez spécial, il ne sourit pas spécialement non plus. Néanmoins, il finit par acquiescer à mes propos sur l'art complexe que peut s'avérer être la cuisine. Mon père m'a toujours dit qu'il fallait commencer par le début, procéder étape par étape, afin de pouvoir se prétendre cuisinier et ne tuer personne avec ses plats. Il m'explique alors comment il procède, ce qui me fait cesser ce que j'étais en train de faire pour relever le visage dans sa direction.

"J'ai de sérieux doutes là..." Répondis-je, sceptique à souhait.

Il suffisait de voir le truc infâme qui règne dans la poubelle pour se faire sa propre opinion. A moins qu'il ait un palais dépourvu de la moindre cellule gustative, c'est impossible qu'en faisant de cette manière, ça donne un truc mangeable. Il a sûrement dû être sous l'effet de la chance du débutant. Je ne m'étale pas au sujet de Dong Sun, ses questions étant restées vagues sur le sujet, mes réponses l'ont été également. Puis la blonde est assez grande pour se gérer toute seule vu le phénomène.

"Pas vraiment."

Je pense qu'il n'est pas nécessaire que j'en rajoute sur le fait que c'était dangereux quoi qu'il en dise et qu'il aurait pu y passer. Les gens plus vieux, sous prétexte qu'ils ont des années de plus et de l'expérience se croient toujours au-dessus de tout, autant les risques que le reste. Du coup, ils manquent de prudence et c'est ainsi qu'arrivent des accidents plus ou moins grave. Je lui raconte que mes parents tiennent un restaurant et que c'est pour cette raison que je m'y connais en cuisine. Il me parle alors dans ma langue, répondant dans la même.

"Je suis né en Corée, mais j'ai passé toute ma vie à part quelques mois au Japon, à Tokyo. C'est pour devenir trainee que je suis revenu ici depuis six mois."

A aucun moment je n'avoue que je considère le Japon comme mon pays, celui o* j'ai grandi. Parfois, les coréens prennent mal cette information, du genre que je trahis mon pays de naissance et d'autres choses qui volent pas haut dans le genre. En plus, mon accent japonais est encore assez prononcé lorsque je parle coréen, langue que j'ai apprise qu'en débarquant ici. Enfin, j'ai fait des progrès dans ce domaine. Ma curiosité se porte alors sur l'organisation de qui fait la cuisine et à qui.

"Donc ce n'est pas prévu dans votre formation, juste un petit plus apporté par la personne elle-même. Je pensais que c'était seulement les membres du groupe qui cuisinaient à tour de rôle."

En même temps, je pose une question fonctionnelle. C'est pas évident de connaître l'organisation lorsqu'on est quelqu'un de l'extérieur au dortoir. Pour les trainees, le self-service est le paradis. Pas besoin de se soucier de  faire les courses ou de cuisiner, puis ils sont sûrs de cette manière qu'on suit les régimes appropriés.

"Plus sérieusement, vous devriez songer à prendre quelques cours si vous avez le temps. Vous vous ferez davantage plaisir en cuisinant."

Ma phrase lâchée, je me dis que je ne devrai plus tarder à redescendre, l'heure de manger va bientôt arriver. En plus, ma présence est normalement interdite dans cette partie, je ne souhaite pas avoir de problème.  

© EKKINOX


Dernière édition par Jang Shin-Il le Mer 26 Nov - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Lun 24 Nov - 1:36


Il avait de sérieux doutes. Bon. C'était pas mal insultant pour Jae Duk, mais soit : le manager n'était pas du genre susceptible. Et pas assez têtu – du moins, dans ce genre de cas – pour vouloir absolument défendre les quelques réussites culinaires qu'il avait produites. Il sentait qu'en convaincre Shin Il était sûrement une cause perdue, et que ça ne servait à rien qu'il se montre trop insistant là-dessus. C'est clair que face à un puriste comme son vis-à-vis, il n'avait pas beaucoup de chances de réussites... Le manager se contente donc de hausser mollement les épaules en secouant discrètement la tête de gauche à droite, signe qu'il se résorbait à ne plus parler de ça.

En tout cas, non, le second degré n'était pas le fort de Shin Il : il l'admettait lui même. Jae Duk sourcille doucement, amusé malgré tout. La conversation est vite balayée au profit des origines du jeune homme, ce dernier expliquant que ses parents tenaient à restaurant dans la capitale japonaise. Étonné et curieux, le manager en profite pour savoir si son vis-à-vis, qui malgré son nom coréen, était japonais. Le concerné explique en japonais qu'il avait beau être né en Corée, il avait passé le plus clair de sa vie au pays du soleil levant. Il n'était revenu il n'y a que quelques mois pour devenir trainee. « Pourquoi n'as tu pas fait carrière au Japon ? » demande Jae Duk, toujours en japonais.

La cuisine est ramenée sur le tapis, Shin Il demandant si c'était son vis-à-vis qui se chargeait de la cuisine au sein des Moonlight. Jae Duk nie, expliquant qu'il ne s'en chargeait que quand le cœur l'en lui disait. Shin répond alors qu'il pensait que c'était aux membres de s'en charger, à tour de rôle. « C'est le cas dans la vie de tous les jours. Que je m'y colle reste exceptionnel, soit quand ils finissent tard, soit quand c'est vraiment de la bonne volonté. » Après, pas sûr que cette dite bonne volonté soit toujours bien reçue !

« Je note. » répond il en acquiesçant, tandis que Shin Il lui recommande de prendre quelques cours de cuisine. Ça pourrait être une bonne résolution, oui. Surtout que son vis-à-vis n'était pas le premier à lui dire que sa cuisine était une véritable catastrophe les trois quarts du temps. Ça méritait bien une petite remise en question, non ? Il se fait pensif quelques instants, dévisageant un peu son vis-à-vis. Et si... « Tu accepterais de me donner quelques cours ? » demande t-il un peu soudainement. Bon, lui même s'étonnait un peu à demander ça puisqu'il trouvait son vis-à-vis fort particulier, mais soit. Déjà ça ne serait pas un mal qu'il apprenne à cuisiner en bonne et due forme, et qui plus est, il était curieux de voir ce qui faisait que ce garçon et son cousin s'entendaient bien. Ils semblaient un peu diamétralement opposés, là !
Revenir en haut Aller en bas
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Mer 26 Nov - 17:01


Poison cooking
AVEC JAE DUK

Le sujet sur la cuisine douteuse du manager semble terminé. En même temps, il n'y a pas grand chose à rajouter qui n'a pas été dit ou penser très fort. Dans mon cas, j'ai eu beau lui faire comprendre que c'était du grand n'importe quoi, je suis resté poli et soft. Nulle doute que si ça avait été quelqu'un que je connais ou de mon âge, je me serais montré bien plus piquant. Mais mon but n'est pas de me faire de toute la terre mon ennemi, contrairement à ce que tout ceux qui se permettent de juger sur mon apparence croient.

"Tout est une question d'opportunité, la première que j'ai eu venait d'ici. Un membre d'un groupe connu est tombé sur mon blog avec mes vidéos, nous avons sympathisé et j'ai passé les auditions à la True Media qui a fermé quelques temps après, m'obligeant à chercher une autre agence. Une chance pareille ne se reproduit pas deux fois, c'est pour cela que je n'ai pas hésité une seconde, même si ça signifiait partir loin de chez moi."

Surtout que je parlais pas un mot de coréen en débarquant, ce qui était carrément épique. Dans l'absolu, je me moque pas mal de ne pas sympathiser avec les autres, je suis là pour travailler, mais ce n'était pas toujours pratique et cela m'handicapait par rapport aux natifs d'ici. J'avais beau avoir été engagé par mon ancienne agence, tant que je ne m'améliorais pas dans cette langue, personne ne me laisserait intégrer un groupe et me tenir sur une scène. Il m'explique un peu comment ça se déroule dans le quotidien d'un groupe en ce qui concerne la cuisine.

"Ca me semble plutôt normal, il n'y a pas de raison que ce soit toujours le même qui s'en charge. Etre en groupe est un peu comme former une équipe."

Ensuite, je me permets de lui donner un conseil, qu'il prenne des cours de cuisine. Pour éviter une intoxication alimentaire à qui aurait le malheur de manger un de ces trucs. C'est quand-même dommage d'avoir gâché toute cette nourriture. Alors que je mets à penser qu'il va falloir que je retourne dans ma partie des dortoirs, je sens un regard pesant, insistant sur moi, ce qui me fait croiser son regard à la recherche d'une indication quelconque que le motif de son attitude soudaine. Le manager de Moonlight se remet à parler, sa demande me surprenant carrément.

"Votre demande est assez surprenante. Vous êtes certain de le vouloir ? Je suis le genre de professeur sérieux et exigeant vous savez."

Autant annoncer la couleur, je ne suis pas un tyran non plus, mais quand je me lance dans quelque chose, quoi que ce soit, je fais ce qu'il faut. En l'occurrence, si je lui apprends bien les bases, il pourra se débrouiller rapidement tout seul. Donc c'est ma responsabilité de faire en sorte qu'ils les apprennent correctement dès le départ. On me dit souvent que je ne suis pas du genre rigolo, que je devrais apprendre à m'amuser. Or, c'est faux, je sais m'amuser avec les personnes que j'apprécie, encore faut-il réussir à entrer dans cette catégorie. Concrètement, ça me parait compliqué tout de même à organiser.

"Je me demande d'ailleurs si c'est réellement faisable de trouver un moment si l'on tient compte de votre emploi du temps chargé et du mien." Dis-je en le regardant à nouveau.
 

© EKKINOX


Dernière édition par Jang Shin-Il le Mer 17 Déc - 6:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Ven 12 Déc - 0:10


A la question de Jae Duk, Shin-Il explique qu'il avait déjà fait un début de carrière dans une autre agence. Mais celle-ci ayant fermé ses portes, l'obligeant ainsi à partir en quête d'un autre établissement. Le manager opine. « Je vois. Tu as déjà donc une expérience préalable. » Et dans le domaine, c'était le genre de chose qui avait son pesant d'or, songe t-il. Même si l'éthique et les habitudes pouvaient varier d'un label à l'autre, la ligne de conduite était toujours sensiblement la même. Ce qui était étonnant en revanche, c'était que malgré son accent plutôt prononcé, Shin-Il se débrouillait bien dans la langue du pays au matin calme. Jae Duk n'ose pas interroger là-dessus. Pas tant parce qu'il craignait d'être trop indiscret – ce n'était pas trop le genre dont il se formalisait en général, mais bien plus parce que son vis-à-vis semblait être plus sur la réserve qu'autre chose.

Ils en viennent ensuite à discuter des habitudes du groupe. Jae Duk explique qu'il ne se collait aux tâches culinaires que rarement, les membres passant à tour de rôle aux corvées. Shin-Il acquiesce, annonçant que c'était chose qui lui semblait normal. Le manager garde le silence là-dessus, n'ayant rien à ajouter, du fait qu'il avait la même vision des choses. Et il n'avait jamais eut à hausser le ton là-dessus, à son plus grand bonheur : il avait beau couvé les Moonlight, il était heureux de ne garder que les « bons » aspects de son métier, soit les coacher uniquement sur leurs carrières.

Shin-Il conseillant vivement au Coréen de prendre des cours de cuisine, ce dernier le regarde avec insistance... Avant de demander quelque chose, tout aussi surprenant cela puisse t-il être. Pour sûr, son interlocuteur est surpris ; il fallait s'y attendre. Mais Jae Duk n'était pas moins sérieux, n'en démordant pas. « Ce n'est pas un problème, au contraire. » remarque t-il. Tant qu'à prendre des cours de cuisine, autant que ça soit en bonne et due forme ! Et n'ayant pas de mauvais rapport avec les échanges sérieux et exigeants – du fait qu'il se considérait lui même comme tel, les mises en garde du jeune homme n'avaient rien pour rebuter le manager.

Son interlocuteur ajoute ensuite qu'il y avait des chances pour que ça soit compliqué, à vue de leurs emplois du temps respectifs. Effectivement... Mais Jae Duk coupe un peu l'herbe sous le pied, répondant aussitôt : « Ce n'est pas un problème pour ma part, ça ne me dérange pas d'avoir un emploi du temps davantage rempli. » Ça lui laissait un peu moins de temps libre pour lui et Da Hye... Mais il savait qu'elle ne lui en tiendrait pas plus rigueur que ça, étant elle-même peu disponible. « Tu n'as qu'à me donner tes disponibilités, et je saurai m'arranger. »poursuit-il. Et puisque bon, il ne prenait rien pour acquis et que c'était chose naturel : « Tu n'auras qu'à me dire ce que je peux faire pour toi en échange. »!
Revenir en haut Aller en bas
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Mer 17 Déc - 7:25


Poison cooking
AVEC JAE DUK

J'ai passé cinq mois à True Media, donc on peut en effet dire que j'ai acquis une petite expérience. Déjà de la vie de trainee, j'ai également fait la connaissance d'un chanteur d'un groupe connu et qui, après que je l'ai aidé au niveau de la chorégraphie de son futur MV, m'avait fait tourner dedans en tant que backdancer. A un concert, j'ai aussi remplacé un danseur, ce qui m'a valu de monter sur une grande scène. Certes, ce n'était pas mon public, mais quelle émotion ce soir-là ! Ça m'a confirmé que c'était bien ce que je voulais faire, je me suis encore plus donné dans ma formation.

"Ces quelques mois là-bas ont été instructifs, j'ai appris beaucoup."

Il n'y a pas vraiment de différence entre mon ancienne agence et celle-ci, excepté que l'autre était vraiment comparable au service militaire niveau restriction et travail à fournir, chose que j'ai adoré. C'est pour cela que je continue à m'entraîner même quand les profs sont partis et les cours finis, je sais que j'ai beaucoup progressé depuis mon arrivée en Corée, comme je n'aurais pas pu le faire en restant seul et il faut que je devienne encore meilleur pour obtenir le droit un jour de pouvoir réaliser mon rêve. Ayant grandi au Japon, je parle bien mieux le japonais que le coréen, d'ailleurs, lorsque je m'exprime en coréen, j'ai un accent japonais. C'est sûrement ce qui a fait que Dong Sun m'a pris pour un yakuza. On ne pense pas que je puisse être coréen de naissance en m'entendant.

Sur la nourriture, ou plutôt la cuisine, la discussion semble se terminer, excepté qu'elle rebondit à partir du moment où je lui conseille de prendre des cours. En même temps, s'il veut éviter de refaire un massacre culinaire, c'est la meilleure chose à faire. C'est là qu'il me demande si je peux le former là-dessus, ce qui me surprend bien entendu. J'annonce à mon tour que je ne suis pas facile comme professeur et qu'avec nos emplois du temps, ce serait super compliqué de trouver un moment qui concorde. Le manager me répond qu'il n'y a pas de problème à mon côté exigeant. Si de son côté, cela ne le dérange pas de charger son emploi du temps, du mien, cela signifie devoir sacrifier des heures d'entraînements afin de lui enseigner les bases. Il a l'air d'aimer bosser, mais je prend le temps de réfléchir. Déjà est-ce possible de créer un trou dans mon planning ? Puis est-ce que j'ai vraiment envie de le faire ? Mon raisonnement se fait couper par sa dernière phrase.

"Je vous arrête tout de suite, je ne vais pas le faire pour avoir quelque chose en retour, mais plutôt pour éviter qu'il y ait vraiment un mort. En plus, c'est un outrage pour la cuisine de vous laisser dans l'ignorance à son sujet." Puis Dong Sun me remerciera sûrement si je peux lui éviter de continuer à manger des trucs étranges. "Le mercredi soir et le jeudi soir après 18h, vous me trouverez en salle de danse, vous n'aurez qu'à venir quand vous le pouvez. Il faudra aussi compter le temps d'aller acheter les ingrédients avant les leçons."

Puis je ne vais pas lui donner des cours toute l'année, s'il n'est pas aussi peu doué qu'il l'a montré jusqu'à présent, alors les leçons n'auront pas besoin d'être fréquentes et en nombre. Enfin, je pourrai le déterminer quand la première aura eu lieu. Par curiosité, je sors mon téléphone afin de regarder l'heure, mon estomac ne m'avait pas trompé, l'heure du repas va bientôt sonner. Mes yeux se reposent sur lui.

"Je dois partir maintenant, c'est l'heure de manger et il ne faut pas faire attendre les dames de la cafétéria. Portez-vous bien. Au revoir !"

Je m'incline avec respect puis je m'éloigne en descendant rapidement les escaliers. Il faut que je repasse par ma chambre avant d'aller manger. Suite au prochaine épisode.
 

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   Dim 11 Jan - 21:37


Shin-Il confirme les pensées qu'avait Jae Duk : son expérience japonaise au préalable ne pouvait qu'être bonne à prendre. Même si les normes et habitudes coréennes pouvaient différer sur certains points, le manager se doutait que le business restait sensiblement le même. Le preuve en était les nombreuses adaptations faites en japonais par des artistes coréens. Et le fait que le jeune homme ait décidé d'apprendre le japonais n'était pas anodin dans sa carrière...

Quoi qu'il en soit, le sujet est vite bouclé. Shin-Il conseille vivement au manager de suivre quelques cours de cuisine, la vie de ses recrues étant probablement menacée au long terme par ses « petits plats ». Tout aussi affectueusement cuisinés soient-ils, ils n'en restaient pas moins immangeable la plupart du temps... Même si pour la défense de Jae Duk, ce dernier aurait put assurer que toutes ses tentatives ne se soldaient pas toutes par un échec aussi.... Cuisant, c'est le cas de le dire !

Son interlocuteur semblant plus que calé en la matière, c'est plus ou moins naturellement que le manager lui demande de lui prodiguer quelques leçons. L'autre semble hésiter un peu, évoquant leurs emplois du temps mutuels probablement très chargés. Jae Duk ne saurait le nier, mais il n'était pas du genre à se garder trop de temps pour lui – même si de toute évidence, un minimum vital lui était nécessaire. Qui plus est, il était optimiste ; peut-être que seuls quelques cours pourraient lui permettre de s'améliorer. Il ne cherchait pas à devenir un cuistot hors-pair. Mais puisque Shin-Il semblait insister à ce sujet, peut-être juste à s'améliorer un peu histoire de concocter des plats corrects. Le manager lui dit donc qu'il n'aura aucun mal à s'adapter, que le trainee n'avait qu'à lui donner ses disponibilités. L'autre semble un peu se rétracter quand il est question de retour. Il le faisait plus par acquis de conscience que pour autre chose, en somme. Jae Duk hausse mollement les épaules. « Bien, bien. Mais à moi, il me semble normal de te donner une rémunération, qu'elle soit pécuniaire ou par service en retour. Tout travail mérite compensation. » Pour le reste... Tant mieux si Shin-Il en tirait d'autres avantages !

Le trainee lui annonce ensuite qu'il était en salle de danse certains soirs de la semaine. Le manager n'aurait qu'à aller le trouver pour donner suite à leur accord. « Bien ! » acquiesce t-il, notant l'information dans un coin de sa tête. Le jeune homme a ensuite un coup d’œil pour son téléphone, afin de vérifier l'heure. Annonçant que l'heure du repas approchait, et qu'il ne tenait pas à faire tarder le service cantinier, il ajoute qu'il était temps pour lui de filer. Le manager acquiesce. « Merci, toi aussi. Bonne soirée ! » répond le plus âgé avec un sourire courtois, avant de regarder l'autre filer. Un drôle de bonhomme... Il avait toujours un peu de mal à comprendre comment son cousin et le concerné pouvaient avoir des atomes crochus, mais soit : il aurait l'occasion de le comprendre un jour, probablement !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Poison cooking ft Jae Duk   

Revenir en haut Aller en bas
 

Poison cooking ft Jae Duk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lames suintantes + poison ?
» Poison + Rune protect + Repos = Poison
» Lydia de Sambre ~Un poison sous la forme d'une rose~
» Le poisson-poison : Le Fugu !
» [Recherche] Scorvol/Scorplane, talent : soin poison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Entertainement  :: Anciens rp-