AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.   Lun 20 Oct - 19:19


Quand les Shin se rencontrent
AVEC SHIN-IL

Tenue 98. 99. Et 100. Mon dos retouche le sol alors que ma respiration est rapide. Je viens enfin de terminer la dernière série d’exercices imposée par le coach sportif. Bordel, j'ai bien cru ne pas parvenir à la fin. Il s'est vraiment lâché sur la quantité, je vais finir par croire que le staff ne me trouve pas assez en forme ou en manque de muscles. Je me relève progressivement en surveillant que mon regard ne croise jamais celui de Dong Soo, c'est déjà assez un calvaire comme ça... A côté de mon sac de sport, je récupère ma serviette ainsi que ma bouteille d'eau qui m'avait auparavant déjà servi. Le visage essuyé, mon corps apprécie les longues goulées d'eau qu'il reçoit. Enfin, la journée est terminée de mon côté, je sais que l'autre aura des cours, je vais pouvoir me détendre tout seul dans la chambre dans laquelle j'arrive quelques minutes plus tard. Tout le long du trajet, je n'ai fait que penser à la douche que je vais prendre. Jamais je ne me lave avec les autres, je n'aime pas qu'on puisse voir la cicatrice de bonne taille sur mon dos.

Sous le jet d'eau, je me perds en pensées qui deviennent de moins en moins chastes car elles ne sont remplies que de celui qui est devenu mon roomate depuis peu. Il faut que j'arrête seulement j'en suis incapable, si je m'écoutais je serai en train de... Ah non non non, je ne peux pas faire ça. Directement, je tourne le robinet qui m'envoie de l'eau froide pour calmer mes ardeurs. Il n'est pas question que je me touche en pensant à lui... Ce serait trop bizarre et dérangeant. Je m'habille assez vite, m'installant à mon bureau pour commencer à travailler. C'est là que je réalise que j'ai encore oublié d'aller en ville acheter les fournitures qui me manquaient. Je suis complètement à court de feuilles et autres, comme je ne compte pas demander de l'aide à l'autre, il me faut prendre mon I-pod, mon porte-feuille.

Hors de l'agence, le casque sur les oreilles, je marche dans la rue jusqu'à trouver mon bonheur avec une grande surface. C'est trop pratique d'en avoir une pas trop loin. Mon regard se charge encore une fois de fendre la foule et de tenir d'éventuels boulets loin de moi, je n'y fais plus du tout attention depuis le temps. Dans les rayons, je cherche pendant un bon moment mon bonheur. Un cahier, des feuilles, de nouveaux stylos, il est nécessaire que je surveille mon budget car mes parents ne m'envoient que peu d'argent, ce qui est toujours mieux que rien, argent que je leur rembourserai un jour lorsque je serai devenu célèbre. Le restaurant tourne bien, mais les bénéfices ne sont pas énormes non plus, donc j'ai bien conscience qu'ils doivent vraiment se serrer la ceinture pour m'envoyer cette aide financière. A la caisse, je règle mes achats avant d'emprunter le chemin inverse.

L'automne s'est installé, ce n'est pas désagréable à regarder. Le vent qui se lève ne me dérange pas, au moins, perdu dans ma contemplation, mon cerveau peut souffler de la présence de l'autre. Arrivé devant la StarE, je vois plein de filles qui attendent à la sortie de derrière, celle dont je me sers habituellement. La plaie. Il n'est pas question que je me fraie un chemin parmi elles, je sens qu'elles vont me poser des questions ou m'accrocher pour savoir qui je suis. Du coup, je rebrousse un peu chemin pour entrer par la grande porte, montrant mon badge au vigile qui me laisse passer. A l'intérieur du hall, c'est rempli de monde et certains marchent vite pour se rendre d'un endroit à un autre. On dirait qu'il s'est passé quelque chose d'important. Bah, ce n'est pas comme si ça m'intéressait, bien que j'espère être dans une agence où les scandales ne sont pas légions.

Je sais très bien que mon roomate doit être rentré maintenant, pas moyen que j'aille dans la chambre tout de suite. Le meilleur moyen d'exorciser mes démons est d'écrire des paroles, ce que je me mets à faire dans un coin, près d'une fenêtre, une chance que j'ai de quoi poser les mots sur le papier. Je reste là peut-être une bonne heure, ne réalisant qu'après qu'il s'est écoulé tout ce temps. Je ne vais pas coucher dans le hall non plus. Il est temps pour moi de retourner dans la partie moins agitée, je traverse tranquillement quand quelqu'un me rentre à moitié dedans. Ah non pas encore... Ça me rappelle une rencontre déplaisante il y a quelques mois de ça. Je pose les yeux sur le gars qui ne s'arrête pas après avoir fait tomber mes feuilles de composition. Ma langue claque sur mon palais de mécontentement, alors que j'entends l'homme parler en japonais.

"Les vieux sont vraiment les plus mal polis..." Rétorquais-je dans cette langue assez fort pour qu'il entende.

Entre temps je me penche pour ramasser mes feuilles avant que quelqu'un ne se mette à marcher dessus ou bien les lise, je suis assez pudique sur le contenu de certaines de celles-ci, bien qu'en une heure j'ai réussi à en remplir un certain nombre. Pendant que je fais ça, je rajoute sur le même ton.

"La réputation de mon pays en matière de politesse vient d'en prendre un sacré coup, mon cœur de japonais est vraiment attristé."

Ensuite je me redresse, mes feuilles en tas entre mes bras. Je n'en reviens pas que ce soit un japonais qui m'est sorti un truc pareil. Petit d'ailleurs, on a une sacrée différence de taille, bien plus qu'avec Dong Soo. Ah merde, pourquoi je parle de lui encore...??

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.   Ven 24 Oct - 12:52


Quand les Shin se rencontrent
Ft. Shin-Il senior & Shin-Il junior
Certes le mois d'Octobre rime avec couleurs ravissantes et chaudes mais, aussi à pluie et temps qui se rafraîchit. Chose qui ne fut pas au goût de l'organisme du leader de Moonlight qui avait attrapé un rhume doublé d'une bonne vielle angine et il ne savait pas trop quoi. En même difficile de le savoir quand on fuyait le médecin comme la peste, ses proches, Sang-Min le premier, déploraient cette attitude quelque peu irresponsable. En même temps, comme le disait le concerné, passez la moitié de votre enfance chez le médecin et une fois adulte vous ferez tout pour fuir ce suppôt de Satan. Enfin là, il devait bien reconnaître la mort dans l'âme que si son état ne s’arrangeait pas il serai bon pour faire appel aux services de son médecin de famille. Déjà d'une pourquoi ce n'était pas une ravissante jeune femme d'abord ? Les consultations auraient été moins pénibles...Triste et cruelle existence...  Profitant d'une accalmie passagère dans son emplois du temps surchargé, il avait réussi à se dégager quelques heures pour prendre un peu de bon temps avec sa mère autour d'un thé. C'est bien pour son meilleur ami qu'il acceptait de voir ces simples sorties se transformer en missions  impossibles à cause de la célébrité, une difficile rançon qu'il pestait parfois à payer. Mais bon, une promesse était une promesse et il la tiendrait jusqu'au bout. Côtoyer la douceur maternelle, même si ce ne fut que quelques heures, lui fit le plus grand bien. Ayant toujours été proche de sa famille, le fait de ne plus loger avec eux lui manquait, surtout quand il voyait les doués avec qui ils logeait actuellement....

Hélas, toutes les bonnes choses ont une fin et ce n'est que trop rapidement qu'il vit cette rencontre se terminer. Après une dernière accolade à celle qui lui avait donné la vie, il reparti dans le tumulte des rues de Gangnam. Il y avait bien une chose de positive à être malade, le port du masque. Pas besoin de réfléchir des heures à comment se cacher quand la majeur partie de votre visage est dissimulé sous un pan de tissu épais. Rajoutez à cela une large écharpe en laine, des lunettes et une casquette et voilà qu'il ne subsistait pas grand chose de votre visage. Les rues bondées sont un supplice pour lui, bien trop d'information sonores qui sont sur analysée par son ouïe. Parfois, il aurait préféré être un musicien lambda qui aurait du travailler pour acquérir une oreille relative au lieu de se traîner à chaque fois avec des bouchons d'oreilles. Bouchons qu'il avait tout bonnement oublié aujourd'hui, comme toujours d'ailleurs, Sang-Min étant la plupart du temps là pour lui en tendre sans rien dire mais en n'en pensant pas moins. De ce fait, son humeur qui n'était pas forcément des plus roses vint à s'obscurcir encore plus le bruit l'agaçant particulièrement. Vivement qu'il retrouve sa chambre et son silencieux meilleur-ami, il en avait bien besoin !

Enfin la StarE apparaît devant ses yeux, cette vue lui arrachant un soupir de soulagement. Ses paupières lourdes ne demandaient qu'une seule chose, pouvoir se fermer et le laisser rejoindre le doux pays des songes. L'entrée de service était prise d'assaut par des pisseuses, mon dieu, elles avaient bien choisit leur jour pour stalker leurs artistes. Un nouveau soupir, à fendre l'âme cette fois, est poussé par le compositeur qui se décide à rentrer pas « la grande porte » comme on dit. Chose faite, il se débarrasse de son écharpe qui commençait à l'étouffer et la fourre dans son sac. Un vigile qu'il connaît depuis plusieurs années déjà lui fait un poli signe de tête et le laisse passer sans qu'il ait à présenter son badge, c'est ça d'être un VIP. Son regard ère de ça et là dans le Hall immense qu'il trouvait bondé de monde aujourd'hui. Aller savoir se qu'il se tramait, ma foi ce n'était pas son problème, la seule chose qui lui importait était les draps moelleux de son lit qui l'attendaient. Ah son fidèle oreiller aussi, comment il avait pu l'oublier lui … Dans ses pensées il ne remarque même pas qu'il rentre dans plusieurs personnes et c'est en rencontrant la carcasse d'une personne plus grande. L'impact est tel qu'il s'étale au sol lamentablement en jurant dans sa langue maternelle . «Putain de merde, fait chier... » Il se redresse comme il peut et ne se retournant pas il continue son trajet mais entend très rapidement un claquement de langue mécontent suivi d'un «  Les vieux sont vraiment les plus mal polis... » D'ailleurs l'autre continue en rajoutant « La réputation de mon pays en matière de politesse vient d'en prendre un sacré coup, mon cœur de Japonais est vraiment attristé . »

Ces mots ne furent pas de son goût et il retourna auprès du petit insolent, enfin petit...Bordel ils pouvaient pas le prendre encore plus grand ? On devait les nourrir aux OGM ces Trainee, ce n'était pas possible autrement.  Il se penche  et attrape une feuille qui avait échappée au plus jeune sans la lui rendre, avant cela, il allait y jeter un coup d’œil. Petite vengeance personnelle, Shin-Il restant Shin-Il. «  Je constate que les Trainee ont de plus en plus une grande gueule... Il hausse un sourcil et plante son regard fatigué dans celui de l’échalas... Donc pour te la ramener sur le sujet de la politesse tu peux repasser. Je pourrais te faire avoir de sérieux ennuis vu comment tu as osé me parler... » Il laissa un instant ses paroles en suspend et repencha son regard sur la feuille recouverte de diverses écritures et ratures.  Le pire dans tout ça, c'est que ce n'était pas mauvais du tout, il avait de l'inquiétude à se faire vis-à-vis de la nouvelle génération.  Enfin, un petit sourire, dissimulé par son masque mais trahis par ses yeux, étira ses lèvres.  « Mais je dirai rien, j'aime bien les grandes gueules fait juste plus attention la prochaine fois, tout le monde n'est pas aussi cool que moi sur ça.  Son attention se reporta sur le feuillet. C'est toi qui l'a composé je suppose ? C'est moins nul que ce que je m'attendais, de ce que je lis c'est du rap, décidément ça pullule les rappeurs dans le coins, même les balayeurs s'y mettent c'est dire. Il rit brièvement et rendit la feuille à son cadet. Et sinon tu t'appelles … ? »
© Belzébuth




Dernière édition par Kang Shin-Il le Lun 24 Nov - 21:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Re: Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.   Mar 28 Oct - 2:51


Quand les Shin se rencontrent
AVEC SHIN-IL

Un type me rentre dedans, ou plutôt ricoche sur moi car, sous l'impact, comme s'il venait de percuter un mur, son corps bascule en arrière et il tombe. La scène n'a rien de drôle, elle est surtout ridicule. Ça doit pas être facile d'être aussi petit et fluet... Je me dépêche surtout de ramasser mes feuilles qui parlent un peu trop du trouble qui habite ma vie actuelle, non sans m'exprimer sur l'attitude de l'autre qui ne s'excuse pas. L'homme malade se permet même d'attraper une de mes compositions. Son discours ne m'ébranle pas, je ne suis jamais venu ici pour me faire des amis.

"Si on pouvait s'entendre avec tout le monde ça se saurait. Je préfère encore resté moi-même et ne pas être apprécié, que de jouer les lèche-culs pour avoir une fausse reconnaissance."

Traduction, si c'est le genre d'agence qui dit amen à tout ce que veulent ses idoles, alors très peu pour moi. En plus, le respect n'a rien à voir avec le rang social, il doit être donné de manière équitable à tout le monde, au moins au début. Je trouve ça injuste que, sous prétexte des personnes sont connues et d'autres non, il doit y avoir une différence de traitement. Mon regard particulier n'a pas quitté des yeux l'autre, ce blond et cette manière de parler, je sais de qu'il s'agit, certains cours utilisent des vidéos de leurs représentations. Normal qu'ils servent un peu d'exemple puisque tout leur réussit. Merde, je viens de voir quelle feuille il a dans les mains, c'est le plus explicite de mes textes au sujet de Dong Soo et de cette folie qui me gagne lorsque je pense à lui ou qu'il se tient en face de moi. Bien que j'ignore toujours de quoi il s'agit et si j'emploie les bons termes, le besoin de tout coucher sur le papier comme si j'allais conjurer le sort m'a possédé jusqu'à ce que je termine de l'écrire. D'ailleurs, mon écriture n'est pas appliquée sur celle-ci, ça se voit qu'elle a été composée dans l'urgence. Je n'ai pas été assez naïf pour ne pas cacher qu'il soit un homme dans mon écrit. C'est pas cool de sa part d'avoir lu..

"Je suppose que je dois prendre ça pour un compliment."

Il rit après son histoire de balayeur, je devine qu'il a aussi dû entendre le rap de Dong Sun, comme quoi le monde est vraiment petit. Depuis le début, je ne souris pas, je ne fais pas la gueule non plus, j'ai cette tête pas commode tout le temps tant que je ne connais pas assez bien la personne ou qu'elle ne parle pas de quelque chose qui m'intéresse. Le petit blond me demande mon nom, la politesse m'incite à répondre sans rechigner.

"Je m'appelle Jang Shin-Il, Kang-san, Leader de Moonlight."

Juste après, je m'incline un peu avec respect comme le veut la coutume dans mon pays, puis je me redresse. L'avantage est que, lorsque je suis dans les parages, personne n'ose s'approcher. Mon regard se perd dans la foule tout agitée, c'est vraiment fatiguant... A croire que l'agence est en train de se faire attaquer par une bande de fans fous furieux. En parlant de ça, j'en vois une qui court droit vers le chanteur, il suffit que je me tourne pour la fixer pour qu'elle s'arrête nette, Dong Sun a raison, j'ai l'air d'un yakuza qui va commettre un meurtre. Elle semble hésiter une seconde avant de détaler. C'est aberrant ce qui peut se passer dans la tête des gens.

"Qu'est-ce qui se passe aujourd'hui? On ne peut pas emprunter la sortie arrière et maintenant le hall qui déborde... Les gens de ce pays sont fous."

Franchement, je n'ai pas besoin de toute cette agitation. Mon cerveau part déjà dans tous les sens, un peu de calme m'aurait franchement aidé. Puis, je ne peux raconter ce qui me perturbe à personne, c'est l'inconvénient d'être perdu tout seul dans ce pays. Ce n'est pas non plus mon genre de me confier ou me plaindre. Bref, je remarque le vigile qui vient nous faire signe, visiblement dépassé par la situation, de passer le second poste de la sécurité afin de se mettre à l'abri de la folie ambiante. Certains le font de manière agitée, je ne fais qu'indiquer à mon aîné de passer devant d'un petit geste de la tête, servant de bouclier indirectement en le suivant. Une fois la cohue passée, je soupire. La journée est on ne peut plus naze. Je suis certain que c'est l'autre qui m'envoie ses mauvaises ondes ou alors qui m'a maudit. Je devrais songer à me faire désenvoûter... Aller m'acheter ce qui me manquait n'aurait dû me prendre que peu de temps, à la place, je me retrouvais coincé là à en perdre encore. D'un autre côté, Dong Soo doit être présent dans la chambre. On a déjà failli s'embrasser, coupant la discussion houleuse brusquement parce que cette fichue attraction n'en a fait qu'à sa tête. Quelqu'un nous a interrompu, je me demande ce que celui qui joue avec nos nerfs et nos hormones cherchent à faire... Si ça continue, de frustration, ça m'étonnerait pas qu'on se saute dessus en plein milieu d'un cours et adieu notre rêve. Pourquoi lui ? Je ne saisis pas cette donnée parmi toutes les autres. Un soupire m'échappe, je ne vais pas m'éterniser, le Moonlight doit avoir mieux à faire que discuter avec un trainee. En plus, ce n'est pas comme si un sujet avait été lancé, rien que des banalités.

© EKKINOX


Dernière édition par Jang Shin-Il le Jeu 13 Nov - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.   Lun 10 Nov - 11:05


Quand les Shin se rencontrent
Ft. Shin-Il senior & Shin-Il junior
Rentrée de merde, mois de merde, journée de merde ! Voilà c'était dit, déjà que le retour de vacances avait été difficile pour le leader du groupe phare de l'agence, son état de santé n'ayant pas arrangé sa mauvaise humeur, alors s'étaler lamentablement au sol c'était le pompon ! Et surtout que personne ne vienne l'aider... La composition de cette agence laissait franchement à désirer parfois.... Une fois relevé avec les lambeaux de sa fierté et un flot de mots peu flatteurs à l'oreille prononcé, il avait eu le loisir de se faire reprendre dans sa langue maternelle par un jeune au regard dur. Enfin, ce n'était pas Kang Shin-Il qui allait se laisser impressionner par ce qui semblait être un trainee . La réciproque semblait être vraie, le jeune homme brun face à lui ne se laissant pas abattre. « Si on pouvait s'entendre avec tout le monde ça se saurait. Je préfère encore rester moi-même et ne pas être apprécié, que de jouer les lèches-culs pour avoir une fausse reconnaissance. » Le compositeur haussa un sourcil, il était tombé sur un étrange oiseau aujourd'hui, enfin oiseau, une grande autruche alors vu le morceau qui se tenait face à lui, sérieusement, ils pouvaient pas les prendre plus grand ces jeunes .... ? Néanmoins, jeune sous OGM ou non, ce n'est pas lui qui allait modérer ses propos non plus. Il croisa ses bras sur son torse avant de répondre à ce garçon qui frôlait l'insolence dans ses paroles. « C'est un luxe que seul les artistes confirmés peuvent se permettre. Que tu agisses ainsi dans la vie de tous les jours est tout à ton honneur, les faux-culs ce n'est pas vraiment ma tasse de thé non plus. Néanmoins un petit conseil, si tu veux durer dans ce métier modère tes mots et sort tout de même le cirage de temps à autre. Rappelle-toi que dans le divertissement tout n'est que strass et poudre aux yeux, la donne ne change pas tant que ça dans les couloirs où le culte du paraître continue de sévir . Bienvenue en Corée ! » Conclu-t-il ironiquement.

L'attention du plus vieux s'était alors reportée sur le texte clairement érotique et bourré d'hormones du plus jeune, bien que brut de décoffrage, ce texte était pas mal. Il lui fit la remarque d'ailleurs. « Je suppose que je dois prendre ça pour un compliment. » Shin-Il toujours en train de décortiquer mot par mot lui répondit le nez encore plongé sur la feuille. « On peut dire ça, tu vas pouvoir t'en vanter, c'est rare d'en recevoir de la langue de pute de la Star Entertainement. » Réputation qu'il se faisait un grand plaisir et un honneur d'entretenir, les gens se complaisaient bien trop souvent dans la médiocrité et se réconfortaient comme ils pouvaient, lui ne faisait que les mettre face à leurs démons après tout.. Après cela il s'intéressa au nom de son interlocuteur qui lui répondit sans faire de manière. « Je m'appelle Jang Shin-Il, Kang-san, Leader de Moonlight. » Ah là il reconnaissait les usages de sa patrie avec ce geste de respect de son cadet. «  Shin-Il dis-tu ? Première fois que je croise un homonyme dans ces murs à une lettre près  cela aurait été drôle tiens... » La foule était agitée, mais que pouvait-il bien se passer dans cette satanée agence, une invasion ? Une jeune femme courant vers lui il commençait déjà à se préparer à subir une de ces hystériques, mais non, il semblait que le regard particulier de son cadet l'ai effrayé, tant mieux. « Qu'est-ce qui se passe aujourd'hui ? On ne peut pas emprunter la sortie arrière et maintenant le hall qui déborde...Les gens de ce pays sont fous. » Le plus vieux lâcha alors un cynique «  Dommage que les asiles ne soient pas assez nombreux pour tous les accueillir... » avant que le vigile ne les interpelle en leur sommant de se réfugier plus loin dans le second poste de sécurité.

Une fois à l’abri, le plus vieux se laissa choir sur un siège étant prit d'une violente quinte de toux. Déjà qu'en temps normal il n'était pas très sportif, alors malade....Il entendit l'autre lâcher un soupir à fendre l'âme, ce qui lui attira un petit sourire blasé sur les lèvres. «  Journée de merde hein ?  Enfin je pense pas que ce soit cette cohue qui te froisse le plus. Je suis pas con, tes paroles transpirent  le vécu, je vois que la vie de trainee rime toujours autant avec frustration vu ce que tu nous as écrit... D'ailleurs en parlant d'être con, ça se voit que tu as composé ce texte en ayant un gars en tête, malgré les désignations féminines que comporte ta composition, je ne vois que les valons secs formés par un torse puissant au lieu de l'oasis plantureuse se conjuguant au féminin. Et ne tente pas de me contredire, je connais mon métier et vu le nombre d’abrutis me bavant devant, je peut affirmer que je suis sacrément bon si ce n'est un des meilleurs. Pas évident de sortir du placard hein ? Je suis même sûr que vous-vous êtes déjà tripoté avec ce mec. Shin-Il lâchant un petit rire au même moment. Mais je vais me stopper là, je ne veux pas te gêner plus que ça, juste un petit conseil ne te trimballe jamais avec ce genre de texte sur toi sans protection, une pochette tient peu de place mais ça sauve... »

Le Moonlight marqua un temps de pause avant de se retourner brusquement à nouveau en direction de Shin-Il deuxième du nom. «  Mais attends Jang Shin-Il.... tu es Japonais, trainee.... Je m'avance peut-être mais tes parents ne seraient pas restaurateurs par hasard ? » Question indiscrète, mais ce visage lui rappelait étrangement la propriétaire d'un restaurant dont il était un habitué dans son pays natal, si c'était le cas, le hasard  faisait de bien drôles de choses, cela arriverait presque à le faire sourire d'ailleurs. Maintenant, il est suspendu aux lèvres de son interlocuteur...
© Belzébuth


Revenir en haut Aller en bas
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Re: Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.   Jeu 13 Nov - 23:40


Quand les Shin se rencontrent
AVEC SHIN-IL

J'écoute ce que j’interprète pour être des conseils, sans en penser moins. Il me parle de la vie d'idole, je n'en suis pas une encore que je sache, seulement un trainee qui doit faire ses preuves dans ce qu'on lui demande. Et c'est écrit nulle part que je dois passer de la pommade à qui que ce soit. Quoi qu'il en dise, je me suis déjà fait une place ici, je ne me relâche pas pour autant, je continue de travailler dur et, indépendamment du fait de mon regard qui tue et de mon accent, on commence à parler de moi, sans que je n'ai besoin de faire des courbettes à qui que ce soit. Tant mieux aussi que la majorité des autres trainees ne m'approche pas, ça me laisse le maximum de temps à m'entraîner.

Bon, là c'est devenu moins cool depuis qu'il tient ma dernière composition dans les mains, ce n'est même plus lire à ce niveau, mais détailler mot par mot. Ma gêne ne se voit pas, sauf que j'ai un peu l'impression qu'une partie de mes pensées, dont je ne parlerai jamais à l'intéressé, est en train de se faire violer sous mes yeux. Il me confirme que c'est bien un compliment et que je pourrais m'en vanter, se qualifiant de langue de pute. Je ne peux juger si c'est bien vrai ou non, ni de quelle manière il est sensé l'être. Puis, ce n'est que l’opinion de personnes que je connais pas, cela n'a jamais influencé mon propre avis sur quelqu'un que j'aime me forger seul.

"Autant ne pas le faire dans ce cas. Merci de votre encouragement."

Comme il le dit lui-même, ça tient du miracle qu'il en fasse un, tout en sachant qu'il a dit que c'était moins nase que ce à quoi il s'attendait, donc ce n'est pas comme si ma composition avait été géniale non plus. Il faut être réaliste, il y a toujours plus doué que soi, écrire des textes ne m'est venu qu'en dernier par rapport au wushu ou à la danse, si je suis trainee, c'est bien pour apprendre et me perfectionner.

"Dommage qu'ils ne percutent pas que ce qu'ils considèrent comme normal ne l'est pas du tout. Que font les parents de ces filles surtout..."

Je n'ai rien trouvé à répondre de particulier sur le fait que nos noms et prénoms sont identiques à une lettre près. C'est une bonne chose que physiquement on ne puisse pas être confondus, sinon ce serait le bazar à n'en pas douter. D'ailleurs, j'ai dû me trouver un autre surnom puisqu'il utilise déjà Shin en nom de scène. Saï, ce sont des armes de défense que portaient les paysans afin de casser les katanas des samurai, je trouve que la symbolique me convient encore mieux. Ensuite le vigile nous a expressément indiqué qu'il était temps de nous mettre aux abris, c'est clair que c'est de la folie furieuse. Si je trouve qui a provoqué un tel bordel, je pense que je lui toucherai deux mots. Je l'entends tousser, sa toux est mauvaise. Sauf qu'il se met à parler encore, me demandant si j'ai eu une journée de merde.

"C'est peu dire..." Dis-je, lassé.

Je ne m'attendais pas à ce qu'il puisse lire aussi facilement dans ma chanson.  Savoir qu'il a compris direct que je parlais d'un autre gars me laisse sans voix au début, j'ai juste les yeux un peu écarquillés par la surprise, toujours de profil par rapport à lui. Ça craint... Déjà que les histoires entre hommes ne sont pas appréciées, sauf par des fans délurées, mais là, s'il en parle à qui que ce soit, je suis mal. Au mot torse, mon esprit défaille en m'offrant encore une de ces visions de celui de l'autre, il n'a pas l'air d'estimer m'en avoir assez projeté dans la tête. Je manque de m'étouffer, rougissant légèrement en regardant à l'opposé, c'est si évident que ça qu'on a pas fait que se regarder dans le blanc des yeux? La honte... Je ne sais pas comment reprendre contenance face à lui, surtout qu'il a ri à la fin. Sérieux, je ne peux pas rester là, il faut que je bouge. Un détail me revient en mémoire, j'abandonne mon sac vers ses pieds en disparaissant derrière la porte qui mène aux escaliers. Une bonne vingtaine de minutes plus tard, je reviens avec un thé bien chaud fait comme au Japon, au détail près qu'il y a aussi du miel et un morceau de citron frais dedans. Je lui donne, les idées un peu plus claires.

"Disons que c'est une manière de remercier pour le conseil. C'est une recette de mon père, efficace, bien qu'elle fasse énormément transpirer durant la nuit."

A chaque fois que j'ai attrapé la crève, ce thé m'a toujours aidé à aller mieux le lendemain. Puis, comme tout bon japonais, le Leader ne pourra pas refuser et le boira, je l'imagine mal aller chez le médecin à cause de son côté têtu et rebelle. Enfin, peut-être que je me trompe.

"Mes parents tiennent bien un restaurant à Tokyo, le Dragon de Jade dans le quartier de Shibuya, vous connaissez ?"

J'ai du mal à croire qu'il ait pu aller manger là-bas, ce n'est pas non plus un restaurant chic. Sa réputation n'est plus à faire, la nourriture est succulente, les clients viennent régulièrement, malgré les petits creux à certaines périodes de l'année. Mes parents s'en sortent correctement financièrement, sans pour autant être riches. C'est pour ça que je leur suis tellement reconnaissant de trouver le moyen de m'envoyer un peu d'argent chaque mois, sur qu'un jour je rembourserai ma dette. Me voilà à me laisser glisser contre le mur, accroupi au niveau du sol, je soupire, repensant à ce qu'il m'a dit. Ma composition sous les yeux, je la trouve nulle de mon point de vue, rien à voir avec les autres.

"Est-ce que ça vous est déjà arrivé de désirer quelque chose si fort que ça vous bouffe le cerveau jour et nuit? De ne plus être capable de penser à autre chose que ça? De savoir que ce n'est pas bien et pourtant de ne pas pouvoir résister?" Demandais-je assez bas.

Étrangement prolixe, je crois que je suis désespéré au point de parler avec un type que je connais de nom. La folie m'a gagné le cerveau je le crains. Heureusement que la conversation ne se fait qu'en japonais depuis le début.

"Il était mon meilleur ami et il a disparu de ma vie sans prévenir. Il a brisé notre promesse et je lui en veux. Ça faisait trois ans que je ne l'avais pas revu et je l'ai même frappé quand j'ai découvert qu'il avait réussi à intégrer une agence, je ne voulais plus jamais le revoir. Et tout a basculé sans prévenir dans ce truc étrange que vous avez devinez en lisant mon texte. Je ne peux pas m'en empêcher, mes pensées me font honte, je me sens mal, je trouve ça pas bien car c'était mon ami et que je tenais à lui. Je sais pas très bien l'expliquer, c'est comme si son souvenir était souillé." Je soupire en me frottant le visage. "Je suis dans la merde jusqu'au cou... Puis je ne devrais pas vous ennuyer avec ça..."

Ce n'est pas pour autant que j'ai changé de place, je ne sais même ce que j'attends de lui. La vérité est que je n'ai personne avec qui parler de ça, le fait de ne pas le connaître réellement me facilite la tâche quant à évoquer ce sale côté pervers que je me suis découvert. Yoon Dong Soo, tu fous vraiment trop le bordel dans ma tête. Tu mérites de subir ma mauvaise humeur rien que pour ça !!

© EKKINOX


Dernière édition par Jang Shin-Il le Mer 26 Nov - 19:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.   Lun 24 Nov - 21:50


Quand les Shin se rencontrent
Ft. Shin-Il senior & Shin-Il junior
Enfin redressé le Leader avait parcouru le texte du jeune homme tandis qu'ils se déballaient des banalités. Il trouva toutefois l'occasion de lui glisser un conseil quant au monde étrange du divertissement où la fausseté faisait rage même une fois descendu de la scène. Le jeune ne juge pas utile de faire usage de faux semblant, espérons que cela ne lui portera pas trop préjudice, enfin il n'avait pas l'air d'être une grande gueule, un bon point pour durer dans ce monde de requins . « Autant ne pas le faire dans ce cas. Merci de votre encouragement. » Remerciements faits, ce fut le chaos qui débarqua au sein de l'agence sous une vague de jeunes décérébrées, une première... . « Dommage qu'ils ne percutent pas que ce qu'ils considèrent normal ne l'est pas du tout. Que font les parents de ces filles surtout. » À cela le plus vieux s’était contenté de hausser les épaules, ne sachant pas plus que le jeune homme ce que pouvaient bien faire les géniteurs démissionnaires de ces furies à jupes.  Enfin à l’abri de ces folles le Moonlight avait laissé une toux chargée sortir de ses poumons, ça lui apprendra à continuer de fumer comme un pompier quand il est malade comme un chien.... Journée de merde... « C'est peu dire... » Enfin bon on ne pouvait pas tomber plus bas maintenant non ? Ou alors ce serait réellement une mauvaise farce....Son lit lui manquait déjà, il aurait bien dit que les bras de son meilleur-ami aussi, mais ce dernier semblant le fuir ces derniers temps, c'est seul qu'il devra s'endormir, Sang-Min lui manquait de plus en plus sans qu'il sache ce qu'il avait bien pu lui faire...Mais là n'était pas le sujet, si il continuait ainsi avec la fatigue et son état des plus déplorable ses nerfs seraient capables de lâcher devant ce Trainee, déjà qu'il s'était lamentablement étalé devant lui un peu plus tôt, il allait faire la fleur à sa fierté de ne pas se mettre à couiner comme une donzelle devant lui....

Il eut même tout le loisir de chasser ses pensées négatives, son cadet lui ayant laissé son sac sur les pieds en filant comme une flèche. Mais où avait-il pu bien passer ? Il n'allait pas garder son sac indéfiniment, et c'est là, comme répondant à son appel silencieux, que le brun fit son apparition une tasse de thé fumante à la main. « Disons que c'est une manière de remercier pour le conseil. C'est une recette de mon père, efficace, bien qu'elle fasse énormément transpirer la nuit. » Le compositeur attrapa cette dernière et en huma le parfum agréable, à chaque fois qu'un thé, préparé dans les règles bien sûr, arrivait devant lui  il se voyait propulsé sous le porche où sa grand-mère lui servait un bon thé lorsqu'il y trouvait refuge quand trop de choses assaillaient son esprit. Il prit une première gorgée avant de prendre la parole. «  Et bien, tu n'es pas un Japonais pour rien il est sacrément réussi ce thé, j'ai bien eu peur que tu me laisses en plan avec ton sac, j'aurais eu l'air fin tient... Et tu sais tout me va du moment que je n'ai pas à voir ce fichu médecin .»

Le thé terminé la conversation avait reprit, le compositeur s'intéressant aux similitudes étranges que le jeune homme présentait avec un couple d'amis qu'il connaissait depuis de nombreuses années maintenant. «  Mes parents tiennent bien un restaurant à Tokyo, le Dragon de Jade dans le quartier de Shibuya, vous connaissez ? » Immédiatement les lèvres du Moonlight s'étirèrent en un large sourire. «  Bingo. Bien sûr que je connais très bien dès je suis un vieil ami à tes parents Ils doivent me connaître hum...depuis mes douze ans je crois je passais chaque année là-bas avant de rejoindre mes grands parents qui vivent à Nara. Et plusieurs fois l'an depuis que Moonlight a été lancé vu que je fuis au Japon dès qu'on a un trou dans notre emplois du temps, je pense que quatre-vingt pour cent des titres du groupes on été composé là-bas alors qu'un daim dissident mâchonnait mes feuilles. Mais bref tu dois t'en foutre complètement. Sinon je me rappelle de toi, je te voyais pas souvent mais t'avais le même regard dur à l'époque c'est fou . Mais tu dois sûrement pas t'en souvenir je pense  ... » Comme quoi le hasard faisait étrangement bien les choses parfois, il se disait bien que ce regard lui disait quelque chose …..

C'est alors qu'un soupir le sortit de ses considération, trouvant son homonyme accroupi au sol le regard posé sur sa composition qu'il semblait juger sévèrement. Cette exigence le mènera loin s'était dit le plus vieux à ce moment là d'ailleurs . « Est-ce que ça vous est déjà arrivé de désirer quelque chose si fort que ça bouffe le cerveau jour et nuit? De ne plus être capable de penser à autre chose que ça? De savoir que ce n'est pas bien et pourtant de ne pas pouvoir résister? » Et bien, en voilà des paroles qui étonnèrent le Leader, il n'aurait jamais pensé voir ce Trainee se confier ainsi, il devait être réellement à bout pour se laisser ainsi à la confidence, il lui fit signe de poursuivre. « Il était mon meilleur ami et il a disparu de ma vie sans prévenir. Il a brisé notre promesse et je lui en veux. Ça faisait trois ans que je ne l'avais pas revu et je l'ai même frappé quand j'ai découvert qu'il avait réussi à intégrer une agence, je ne voulais plus jamais le revoir. Et tout a basculé sans prévenir dans ce truc étrange que vous avez devinez en lisant mon texte. Je ne peux pas m'en empêcher, mes pensées me font honte, je me sens mal, je trouve ça pas bien car c'était mon ami et que je tenais à lui. Je sais pas très bien l'expliquer, c'est comme si son souvenir était souillé... Nouveau soupir de la part du plus jeune tout en se frottant le visage. Je suis dans la merde jusqu'au cou... Puis je ne devrais pas vous ennuyer avec ça... »

Shin haussa alors les épaules « Naaa tu m'ennuie pas, j'avoue tout de même être étonné que tu te confies à moi sur ça. Enfin je présume que t'es pas le genre de gars à te faire des amis parmi les Trainee en préférant les considérer comme des adversaire c'est ça ? Sinon pour revenir sur tout ce que tu m'as dit, c'est que tu peux être étonnamment prolixe une fois lancé... Déjà une chose respire, il n'y a pas mort d'homme à ce que je sache même si tu as bien amoché l'autre de ce que j'ai entendu. C'est tout à fait normal cette situation, il t'as manqué une partie de toi est heureuse de le retrouver et de savoir qu 'il va bien et ce, malgré toute la rancœur que tu peux avoir à son égard. Je dois t'avouer que j'aurais bien du mal à trouver des excuses à ce meilleur-ami ou ex meilleur-ami vu que je peux me targuer d'avoir tenu celle que j'ai faite à Sang-Min il y a des années de cela....Sous le regard inquisiteur du jeune homme il avait alors ajouté... Je lui avait fait la promesse de mettre ma musique au service de sa voix, il me semble que j'ai tenu parole. Mais bref, là n'est pas la question.  Sinon quant au fait que tu le désires, appelons un chat un chat ,  je crois comprendre que tu es plus gêné par le fait de désire Cet homme et non un autre. Bon après si le fait d'être éventuellement bi te dérange, dis-toi que ça clignote pas sur ton visage, dans cette agence t'en as un sacré paquet de gay ou de bi, voir de refoulés . Petit rire de la part du plus vieux en repensant au nombre de prétendu hétéro qu'il avait pu se taper. Après dis-toi que c'est naturel t'a dix-huit ans si je ne raconte pas n'importe quoi, c'est l'âge qui veut ça et le hasard a fait que ton dévolu se soit porté sur ce gars c'est tout. On ne peut pas tout rationaliser dans la vie, c'est effrayant  certes mais c'est ce qui fait qu'elle vaut la peine d'être vécue tu ne trouves pas ? Et puis je pense que ce n'est pas tant le hasard que ça que ton intérêt se soit porté sur ce fameux ami... Tu as inconsciemment marre d'être seul et tu recherches une compagnie, tout le monde cherche son âme sœur, même si parfois on se trompe de voie.  Dans mon cas sans mon meilleur-ami je serais littéralement perdu...Vous étiez quel genre de meilleur-ami si ce n'est pas trop indiscret ? Car si vous étiez très proches, ne cherche pas plus loin et parle au plus vite avec lui de tout ça, pas  pour se balancer des atrocités à la tête, mais bien pour tenter de tout mettre à plat.. Enfin après ce ne sont que les conseils d'un membre d'un boysband à la con, fais-en ce que tu veux.. »
© Belzébuth


Revenir en haut Aller en bas
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Re: Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.   Mer 26 Nov - 19:52


Quand les Shin se rencontrent
AVEC SHIN-IL

J'étais à présent à l'abri de l'agitation qui régnait dans le hall, enfin, ce n'est pas que je crains quoi que ce soit venant de ces dingues, seulement je n'aime pas spécialement l'agitation, surtout pour rien. Je sens que plus tard je vais découvrir que c'était pour une connerie et ça me mettra encore plus les nerfs. Transpercé par la flèche de vérité tirée par mon aîné, je n'avais rien trouvé de mieux que de le laisser là. En réalité, il m'était venu à l'esprit que cette toux n'allait pas s'améliorer si rien n'était fait dans ce sens. C'est pour ça que j'ai préparé le fameux thé de mon père et que je l'ai ramené au malade, esquissant un sourire à son compliment sur la boisson et son aveu de ne pas aimer les médecins.

Accroupi pas loin, il m'interroge sur mes parents que je déclare tenir un restaurant dans le quartier de Shibuya. Au début, je me dis que ça ferait beaucoup trop de coïncidences qu'il ait déjà mangé là-bas, mais il semblerait qu'encore une fois je me suis planté. Lorsqu'il me dit qu'il y va depuis qu'il a douze ans, je tourne la tête direct dans sa direction. Son sourire trahit qu'il apprécie l'endroit et mes parents. Quand bien-même j'essaie de me souvenir, son visage ne me dit toujours rien. Il faudra que je demande confirmation à mes parents, peut-être qu'ils auront des anecdotes plus concrètes afin de me rafraîchir la mémoire.

"Désolé, je ne me rappelle vraiment pas. Mon regard est ainsi depuis tout petit, il ne m'a pas valu que des bonnes choses." Son histoire d'animal m'intrigue. "Un daim rebelle qui mange des compositions ? Ils sont devenus selects les daims de Nara. La dernière fois que je me suis rendu là-bas avec mes parents, l'un d'eux s'était attaqué à la jupe de ma mère qui s'était mise à crier et à partir en courant. On ne l'avait jamais courir aussi vite avec mon père."

J'ai un petit sourire amusé le temps de me repasser la scène dans la tête. Puis mes yeux se perdent sur la composition et mon humeur se rembrunit aussitôt. Elle n'est pas terrible à mes yeux, c'est vrai qu'elle est trop explicite et que j'ai été imprudent de me balader avec en plein milieu de l'agence. Dans mon malheur, c'est quelqu'un qui a l'air d'avoir l'esprit ouvert qui a mis le nez dedans. Pourtant, ça ne fait que raviver ce qui tourne en boucle dans ma tête. Je vais terminer chez les fous si ça continue... Est-ce mon désarroi qui m'a poussé à lui poser ces questions un peu orientées ? Est-ce  parce que je n'ai en réalité personne à qui parler de ça ? Est-ce parce que , quelque part, il a réussi involontairement à me mettre à l'aise avec son attitude depuis le début ? Peut-être bien un peu des trois.

Je ne le regarde plus du tout à ce moment-là, je fixe un point vague droit devant. Il confirme après mon court silence qu'il est surpris que je me confie à lui, il n'est pas le seul. Mon aîné me demande si je considère les autres trainees comme des adversaires, je fais un oui de la tête, ne le coupant pas dans son discours qu'il se donne la peine de m'offrir. Je n'ai pas bien amoché mon ancien meilleur ami quand je l'ai revu, j'ai contenu ma force lors du coup que je lui ai porté et qu'il méritait largement. Au moins il approuve que l'autre n'a aucune excuse. Ses propos m'intriguent, je n'ai pas besoin de le signifier, il comprend tout seul qu'il doit m'expliquer un peu plus cette histoire de promesse qui le lie à son ami. Je l'envie réellement, j'aurais bien aimé pouvoir dire pareil. Quand il a terminé de s'exprimer, le silence s'installe à nouveau. J'essaie de mettre de l'ordre dans ma tête, certaines choses me paraissent tellement improbables...

"Ne vous dénigrez pas de cette manière. Vous n'êtes peut-être qu'un membre d'un boysband, nous n'en restez pas moins ce que vous êtes. Votre place de Leader n'a pas été choisie par hasard, vous avez laissé votre emprunte sur le groupe et vous faites partie des rares qui peuvent se targuer d'être appelés des artistes. C'est loin d'être donné à tout le monde." Puis je précise. "De toute manière, ce n'est pas à l'idole que je m'adresse en racontant tout ça."

De manière générale, je suis respectueux des autres car ils sont plus âgés que je ne le suis. Néanmoins, je prends tout le monde de la même manière lorsque je parle. Il a beau être connu, cela ne le met pas au dessus des autres. Me voilà à me replonger dans mes pensées, par où continuer ? Ah, j'ai trouvé.

"Imaginez que votre meilleur ami vous ait tourné le dos soi-disant pour votre bien et vous comprendrez qu'il méritait amplement mon poing dans sa figure. Vous avez bien de la chance d'être parvenu à tenir la votre de promesse." Dis-je, me passant la main dans les cheveux avant de poursuivre. "Mon problème est que je n'ai pas l'occasion de m'interroger sur les choses importants, comme de savoir si c'est sensé être un drame que j'aime les hommes, puisque c'est une totale découverte. Je ne suis pas le genre de type expérimenté, j'ai passé plus de temps à m'entraîner sérieusement au wushu et à la danse ensuite qu'à découvrir la vie." Raclement de gorge. "Il est tout le temps dans ma tête, les flashs sur ce qui a failli se passer cette nuit-là, mon esprit qui vagabonde, c'est tel que je ne peux plus me concentrer en cours. Le sommeil me fuit depuis des semaines, dès que j'ai les yeux fermés, je revois tout ça. Et je vous laisse imaginer ce qu'il en est à présent que c'est devenu mon roomate..." Je soupire. "Ça ne me plaît pas que ce soit ce traître que mon corps ait eu la bonne idée de choisir. Il ne mérite plus ma gentillesse ou ma compassion, je ne lui pardonne pas ce qu'il m'a fait et ça va à l'encontre de mes principes. C'est ça qui me rend le plus fou..."

Quelques secondes, je pose les yeux sur le visage de celui qui porte mon nom. Sa vie semble bien plus simple que la mienne, comme quoi le choix du prénom n'influence en rien la personnalité de celui qui a été nommé ainsi et qu'il n'y a pas de similitude entre les deux. Mes fesses touchent le sol, j'appuie mes bras sur mes genoux, mon menton posé sur l'un d'eux.

"C'est la chance de ma vie d'être ici et je ne peux plus travailler comme j'en ai envie. Ma priorité est de donner tout ce que j'ai et réussir, dans le pire des cas, partir la tête haute, sans regret. J'aime tout contrôler et là ce n'est plus du tout le cas. Il y a cette espèce d'ambiance qui se plante tout d'un coup quand nous sommes réunis dans la même pièce. Elle se fiche pas mal que je ne sois pas d'accord ou qu'on soit en train de s'engueuler. Elle nous attire l'un vers l'autre et on finit par tout oublier, les contacts se font naturellement. Il n'y a plus rien d'autre qui compte, juste lui. C'est de la folie furieuse... J'ai peur de déraper en permanence. Et ça me dérange car c'est au point où je ne sais même pas si j'ai vraiment envie de toute ça. Cela me perturbe de ne pas le savoir." Ensuite arrive mes explications sur notre relation d'avant. "Il est venu faire un stage de danse au Japon et il n'a pas été dérangé par mon regard, au contraire, nous avons sympathisé rapidement, surtout qu'il logeait chez mes parents. De retour dans son pays, nous avons gardé le contact en se servant de logiciels de discussion pour nous parler tous les jours. On se montrait nos progrès, nos découvertes du moment, on s'encourageait et on se répétait cette promesse d'intégrer le même groupe ensemble avec de grands sourires sur la figure. Je sais ce que vous allez dire, oui il m'arrive de sourire en grand." Ressasser ce précieux passé me fait chaud au cœur. "Il était précieux à mes yeux, je chérissais chaque instant passé avec lui, même à des milliers de kilomètres. C'était le seul ami que je n'ai jamais eu, mon regard m'a surtout fait avoir des ennemis ou bien des personnes qui m'évitent. Durant plusieurs années, notre amitié s'est épanouie et d'un seul coup, plus aucune nouvelle, il avait disparu. L'autre jour il m'a raconté qu'il s'était blessé, que le médecin lui avait dit qu'il ne pourrait plus danser et qu'il avait coupé les ponts pour mon bien. Il croyait vraiment que j'allais l'applaudir ? Il m'a exclu de sa vie, j'aurais traversé la mer à la nage pour le retrouver, le soutenir. Et le pire est qu'il a pu danser à nouveau et qu'il ne m'a pas pour autant donné signe de vie ni ne s'est excusé, il m'a fallu le pousser à bout pour en entendre. C'est juste impossible d'avoir une discussion avec lui, elles ne mènent nulle part, il m'énerve et j'ai plus envie de le cogner qu'autre chose. On ne se comprend plus. On est devenu des étrangers l'un pour l'autre et je crois que c'est ce qui fait le plus mal." Ma voix s'est un peu éteinte vers la fin.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.   Sam 29 Nov - 21:44


Quand les Shin se rencontrent
Ft. Shin-Il senior & Shin-Il junior
Premier sourire du Trainee, comme quoi les miracles existaient à tout moment de l'année, enfin pour tout avouer il aurait tout de même préféré un miracle d'un autre genre mais passons, là n'est de toute manière pas la question. Le ton s'était allégé un temps entre les deux jeunes hommes à l'évocation de vieux souvenirs. « Désolé, je ne me rappelle vraiment pas. Mon regard est ainsi depuis tout petit, il ne m'a pas valu que des bonnes choses. Le plus jeune avait poursuivit sur cette histoire de daim pas farouche.Un daim rebelle qui mange des compositions ? Ils sont devenus selects les daims de Nara. La dernière fois que je me suis rendu là-bas avec mes parents, l'un d'eux s'était attaqué à la jupe de ma mère qui s'était mise à crier et à partir en courant. On ne l'avait jamais courir aussi vite avec mon père. » Le Leader avait tout d'abord posé la tasse sur une table à proximité avant de poursuivre en haussant légèrement les épaules. « Tu étais un gamin, c'est difficile de se souvenir de toutes les têtes que l'on croise, surtout dans un établissement aussi prisé que celui de tes parents. Quant à ton regard ça ne m'étonne pas, la différence as toujours effrayé et les esprits étroits n'ont jamais le courage d'aller par devant ces apparences trompeuses, mais de ce que je vois aujourd'hui tu en as fais une force. Il eut un petit rire en pensant à la scène. La pauvre, pourtant ce n'est pas comme si ils mourraient de faim ces ventres sur pattes, enfin bon j'estime que si je me suis fait manger ces feuillets c'est qu'ils n'étaient pas destinés à être produit. » Dit ainsi, le blond devait reconnaître qu'il ne valait pas mieux qu'un vieillard superstitieux, mais peu importe.

Après cela, c'est le retour du sérieux dans leur discussion, continuant d'évoquer l'attirance obsédante du cadet pour un autre, son meilleur-ami d'ailleurs ou ex meilleur-ami bien que ce genre de lien soit toujours difficile à  briser. « Ne vous dénigrez pas de cette manière. Vous n'êtes peut-être qu'un membre d'un boysband, nous n'en restez pas moins ce que vous êtes. Votre place de Leader n'a pas été choisie par hasard, vous avez laissé votre emprunte sur le groupe et vous faites partie des rares qui peuvent se targuer d'être appelés des artistes. C'est loin d'être donné à tout le monde. Pour être franc, Shin se demandait bien en fait d'où était tombé l'idée qu'il soit le Leader des Moonlight. Encore une obscure décision de businessman en costard cravate qui parfois font de bonnes mises. À moins que Hyo Jin n'était celle à l'origine de cette mascarade oh et puis au pire....De toute manière, ce n'est pas à l'idole que je m'adresse en racontant tout ça. » Cette déclaration de la part de son homonyme ne l'étonna guère, pas le genre à s'attacher au statut d'une personne, mais plutôt à son travail et ses efforts. Une mentalité saine qui était tout à son honneur, bien que peu approuvé par tout ce système du divertissement se plaisant dans la sur-flatterie des artistes les plus reconnus.  

Par la suite il se fit attentif aux mots du plus jeune, qui visiblement en avait gros sur le cœur . Touché par le désarroi de l'autre le Leader se permit un geste de réconfort en tapotant légèrement son épaule avant de reprendre sa position initiale. «  Ce n'est pas aussi facile que l'on se l'imaginait enfant de grandir et de devoir affronter nos désillusions n'est-ce pas ? J'espère que ça t'as fait du bien au moins de te vider, tu semblais en avoir vraiment gros sur la patate. Il reprit son souffle avant de continuer. Sinon pour reprendre dans l'ordre, ou du moins si j'ai bien suivi. Bien souvent les relations humaines sont loin d'être faciles, et c'est ce qui en fait l'intérêt, nous prenons un risque à chaque fois que nous lions à une personne, à nous d'assumer si l'on perd ce pari. Surtout de ce que tu m'as dis vous étiez très proche, la déception est d'autant plus grande mais aussi.... le pardon ne serait-il pas une option ? Le fait que vous vous cherchiez constamment montre que malgré le fait que vous semblez ne plus parler la même langue actuellement, vous voulez garder le contact ou du moins l'établir. Certes de façon assez cavalière et violente mais c'est une prise de contact comme une autre. Crois-moi, c'est le jour où tu n'arrives plus à parler avec cette personne chère à ton cœur que tu dois t’inquiéter... » Vécu ? Absolument, Sang-Min le fuyant comme la peste actuellement, il aurait tant préféré qu'ils se querellent une bonne fois plutôt que d'endurer ce silence qui le pesait un peu plus chaque jour. Dans leur malheur ces deux jeunes avaient en réalité une chance de se retrouver, ils n'avaient tout simplement pas encore compris comment la saisir. « Ah et...la chance n'a rien à voir avec ma promesse, j'ai surtout fait nombre de sacrifices... Je vais te faire une petite confidence, dit-toi que sans cette dernière je serais très probablement retourné dans mon pays natal pour composer là-bas, c'était ça la vie que je désirais. Mais pas sans mon meilleur-ami alors, j'ai fait ce qu'il fallait. »

Par la suite il eut un petit rire bref en repensant aux mots du jeune homme. «  Tu me rappelles quelqu'un en parlant de ton obsession pour les entraînements et ta quête du travail bien fait. Dis-toi que cette personne s'est interdit toute relation avant que son groupe ne soit lancé bien que l'un de ses membres et lui  se tournaient autour depuis bien longtemps. Si tu l'avais connu il t'aurait peut-être filé des conseils qui sait, mais en voyant le pervers que c'est devenu aujourd'hui, peut-être qu'il vaudrait mieux que jeunesse se fasse... » Nouveau petit rire de la part de Shin-Il ayant lui-même goûté quelque fois à la perversion de cette fameuse personne. Une nouvelle quinte de toux le prit avant, l'empêchant de pouvoir continuer à répondre à son cadet, fichu saloperie de maladie.... Puis une idée lui traversa l'esprit, c'était peut-être étonnant, mais une solution comme une autre. « Tu me dis que vos discussions ne mènent jamais à rien, et si vous le faisiez par écrit ? Cela prendrait certes plus de temps mais vos mots seraient plus posés ? On faisait cela enfant avec l'une de mes sœurs, ayant tous deux un fort caractère, ça évitait nombre de crise de larmes. Enfin ce n'est qu'une suggestion, chacun a son mode de fonctionnement après. En tous cas je te souhaite bien du courage, j'espère tout de même qu'il n'est pas trop tard pour votre amitié, c'est tellement rare ici bas... »
© Belzébuth


Revenir en haut Aller en bas
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Re: Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.   Mar 2 Déc - 20:24


Quand les Shin se rencontrent
AVEC SHIN-IL

C'est quand-même plus qu'incroyable qu'il connaisse mes parents, qu'il soit déjà allé manger dans leur restaurant et ce depuis plusieurs années. Ils vont halluciner lorsque je vais leur parler de cette rencontre la prochaine fois que je les aurai au téléphone. Comme ce n'est pas donné, on évite de le faire trop souvent et longtemps. Il me dit que les autres n'aiment pas le différence, c'est totalement vrai, je le sais depuis que je suis enfant. Je ne dirais pas que j'ai fait de la singularité de mon regard une force, je me suis surtout fait à l'idée que rien ne le changerait, que je devrais vivre avec et qu'il est un très bon moyen de faire une sélection parmi les personnes qui m'entourent. J'estime être un peu digne de mon intérêt, où tout du moins je leur donne une chance, ceux qui osent m'approcher et me parler malgré ça. Il y a dans le lot de profonds idiots, mais ils ne sont pas tolérés bien longtemps. Je découvre alors que les chansons du groupe sont choisies par un daim.

"Il faut croire qu'il a le sens de la musique et bon goût."

Puis le reste est tout de suite moins amusant. J'ai tellement accumulé que les mots s'écoulent avec régularité de ma bouche. Ce n'est pas important qui il est dans l'agence, j'ai seulement besoin d'une oreille attentive et de quelqu'un qui est plus expérimenté dans ce domaine. Parmi mes souvenirs avec mon roomate, il y a plus de bons que de mauvais quand nous étions encore amis. Depuis qu'il a débarqué de nouveau dans ma vie, c'est loin d'être le cas, à part dans le domaine plus intime. Comme je me confie, je finis tout seul par atteindre le point de ce qui me fait le plus mal dans tout ça. Sa main vient une seconde se poser sur mon épaule en signe de réconfort, ce que j'apprécie, mais que je n'avouerai pas.

Lorsqu'il me dit que ce n'est pas aussi facile de grandir et d'affronter ses désillusions, je ne peux qu'hocher de la tête. Il a raison, j'en avais gros sur le cœur et tout est sorti, enfin. Je ne peux pas pardonner à l'autre d'avoir brisé notre amitié c'est un fait, il me saoule à vouloir revenir à cette période où nous l'étions encore. Établir le contact ? Pour dire quoi ? Dans quel but ? Ça me parait impossible avec ce fichu truc qui s'impose entre nous deux. Il a sans doute raison, je ne suis pas le seul à vouloir renouer le contact comme il appelle ça. Un reniflement plus tard de ma part, il poursuit en me racontant qu'il a fait nombre de sacrifices pour tenir sa promesse et qu'elle est la raison de sa présence dans le groupe. J'envie son ami pour avoir quelqu'un comme lui. En tout cas, ça me confirme qu'il est vraiment attentionné dans son genre, plus que ce qu'il veut bien montrer. Je ne pose pas la question, seulement je me demande malgré tout à qui je lui fais penser en étant aussi sérieux, le fait de tourner pervers ne m'emballe pas du tout. Je ne veux pas être comparé à cette personne que je ne connais pas. L'ambiance est un peu moins assombrie, son petit rire me fait une seconde esquisser un sourire.

Il me suggère une nouvelle idée, mes yeux viennent se river aux siens. Mon aîné continue dans son argumentation, c'est vrai que, dans un sens, ce n'est pas bête du tout. En plus, on doit rendre une chanson pour un devoir de composition. Son idée finit par fait tilt dans mon esprit, je me lève brusquement, récupérant mon sac avant de reporter mon attention sur lui.

"Vous avez raison, si je ne peux parler, je peux écrire une chanson. L'inspiration est déjà là !" Et comme elle est là, je suis en mode impatient et pressé, il faut qu'elle sorte de ma tête sinon elle va me harceler ou je risque de la perdre. Je m'incline une première fois avec un profond respect. "Merci pour tout, j'espère aussi que ça va s'arranger avec votre ami. Et ne traînez pas trop à vous coucher après le thé que vous avez bu." Je commence à faire deux pas puis me retourne pour m'incliner encore deux fois. "Portez-vous bien Sempai !"

Je disparais ensuite comme une balle dans les escaliers, j'espère tellement que mes mots écrits seront plus compréhensibles...

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand les Shin se rencontrent ft Shin senior.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Compte de Kairo Shin
» Shin Alkar
» Wanted, renom de Shin Alkar
» Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]
» Présentation de Shin Nana [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Entertainement  :: Anciens rp-