AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 dear stupid people ft sungyeol ☆

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
MessageSujet: dear stupid people ft sungyeol ☆   Mer 26 Nov - 10:48


dear stupid people
feat CHOI SUNG YEOL

Encore une mauvaise journée qui s'annonçait... En ouvrant les yeux ce matin, Eun Seol s'était jurée de ne plus pleurer. Elle s'était encore endormie dans l'angoisse que la gouvernante en chef ne la réveille pour lui dire de plier bagages... Et pour quelle raison ? Parce ce que ses parents se séparaient. Dans le cas échéant de la chose, la brunette s'y attendait un jour ou l'autre. Tout n'était qu'une question de temps avant que la dispute de trop n'entrave pour de bon le ménage de ses parents. Même si ces derniers niaient en bloc l'évidence même d'un divorce imminent, la belle avait la nette impression d'être prise pour la plus parfaite des imbéciles. Comme si elle n'avait rien vu venir... Certes, elle s'en était peut-être rendue compte que trop tard, mais elle n'était plus une enfant !! Pourquoi devaient-ils se forcer en sa présence ? Est-ce qu'ils jouaient la comédie du parfait couple depuis de longues années ? Est-ce que toute sa vie n'était qu'un mensonge ? Les choses étaient devenues difficiles à l'agence, maintenant il en était de même à la maison. N'avait-elle ne serait-ce un endroit où se réfugier ? Une personne à qui se confier ? Les gouvernantes savaient déjà tout de sa vie. Mais elles n'étaient que de simples boniches... Il était humiliant de penser qu'elle n'avait personne vers qui se tourner à part des gens payés pour être à ses petits soins. Seule à la maison et seule au travail... Comment en était-elle arrivée là ? Après tout ce temps passé à exceller, à remporter tous les prix Nobel, à rendre ses proches fier d'elle, après toutes ces heures d’entraînements au piano, ces années à être la meilleure en tout point, la seule satisfaction qu'elle en gagnait était la solitude et l'amertume ? Peut-être était-il tout simplement le temps pour elle de s'émanciper. Mais pouvait-elle ne serait-ce vivre dans cette jungle impitoyable qu'était le milieu urbain ? Dans ce monde où les gens étaient tous stupides, sans manière, sans cervelle et sans amour-propre ? Non, elle les détestait tous. Il n'y avait personne qu'elle n'aimait réellement, pas même ses parents. Les seuls à aimer véritablement et à rester fidèles étaient les animaux. Au moins avec eux, elle n'avait aucun soucis à communiquer... Peut-être parce qu'ils ne parlaient pas la même langue ? Au moins ces bêtes savaient ouvrir le cœur des gens et aimer sans fourberie...

Comme chaque matin, Eun Seol se prépara attentivement dans la salle de bain. Le paraître restait un point maître de la maison. Même si ça n'allait pas en vrai, il ne fallait en aucun cas le faire savoir et rester fort. Dieu l'avait gâtée d'un visage d'ange et d'une peau de porcelaine qui faisait de son rituel beauté une simple plaisanterie. Rien de plus qu'un trait de eyes-liner et d'une touche de mascara pour souligner son regard et le tour était joué ! En revanche elle passait beaucoup plus de temps avec sa chevelure ! Une crinière qui en faisait jalouser plus d'une car en bonne santé pour ne pas avoir abusé en coloration et du fer à lisser à outrance. Eun Seol n'avait jamais été superficielle sur l'apparence. Outre ses vêtements de grandes marques, elle ne s'en ventait jamais auprès des autres mais probablement que ça énervait. Non c'était plutôt sa façon d'être qui dérangeait et qu'elle ne voulait nullement changer par ailleurs. Avec un temps aussi maussade que pouvait l'être un mois de novembre, la jeune fille s'habilla d'un simple pull noir à zip doré et d'un jegging gris sombre délavé, et elle enfila une paire de bottines noires à talons épais. Un manteau gris sur ses épaules, et elle était partie sans même prendre de petit dèj'. L'appétit n'était pas là et rien n'y ferait, que ce soit chez elle ou à la Star Entertainment. Elle ne souhaitait tout de même pas baisser les bras, s'engouffrant aux sièges arrières d'un taxi au prix exorbitant qui la conduisait au quartier de l'agence. Ce matin dans ses écouteurs, une mélodie douce la berça durant le trajet. Écouter de l'instrumental était un bon moyen pour elle de décompresser. Ainsi évadée de ses démons intérieurs, la peste Eun Seol, comme les gens s'amusaient à l'appeler, était belle et bien de retour. Et si elle était malheureuse intérieurement, jamais personne ne s'en douterait avec la manière dont elle se défendait pour rester forte.

« Eun Seol, c'est pas ton chauffeur qui t'a déposé aujourd'hui ?! » s’esclaffa un camarade au moment où elle entra dans le bâtiment. « Ton cher père ne peut pas faire ça pour toi ? ». Agacée par cette réflexion qui n'avait pas lieu d'être, la demoiselle claqua sa langue dans son palais avant de se tourner vers son opposant, lui jetant son regard le plus noir. « Le mien au moins il a un travail. J'en dirai pas de même du tien » Elle n'y avait pas été avec des pincettes, sachant pertinemment que le paternel de ce dernier avait été licencié à la fermeture d'une usine qui fabriquait des jouets.

Se dirigeant aux niveaux des casiers pour y récupérer des partitions sur lesquels elle avait planché pour leur prochaine évaluation, Eun Seol vit alors un liquide bleu et visqueux s'écouler le long de son casier. Réprimant une grimace de mauvais goût, elle entendit rapidement des rires suinter de parts et autres du couloir et des commentaires peu élogieux la traiter de dégoûtante, comme son casier. Les fusillant tous du regard, la brunette serra des poings, ainsi que la mâchoire lorsqu'elle déverrouilla le cadenas, ouvrant d'un coup sec le casier dégoulinant à craquer de peinture fraîchement versée sur ses effets personnels et ses dites partitions réduites à rien... Un flux d'émotion la transperça en cet instant. La rage, la haine, la tristesse, une angoisse montante mais surtout, la honte. Retenant tant bien que mal ses larmes de couler. La jeune fille attrapa ses livres, ses partitions et la minuscule boule de cristal qui ne la quittait jamais, en tête de sauver ce qui pouvait être sauvé dans les lavabos de l'agence. Malheureusement pour elle, une blonde décolorée lui fit un croche-pattes au moment où elle passa, et elle vacilla quelques instants avant de retrouver son équilibre. Par automatisme, elle avait rapproché ses effets contre sa poitrine et venait de se fait de détruire son manteau hors de prix.

« Vous êtes vraiment petits. Sans intérêts ! »

On aurait dit une furie et pourtant personne ne s'en souciait. Tous continuaient de rire, comme du bétail. Ils se mirent alors à applaudirent lorsqu'elle se dirigea, sans faire exprès, dans les toilettes des hommes. Mais cela n'avait pas la moindre importance. En colère contre les autres et contre elle-même, la demoiselle balança ses effets dans l'immense l'évier et se dévêtit de son manteau de façon frénétique, car à bout de nerfs. Finalement, cette journée ne pouvait être que pourrie puisque polluée de pourriture ! Chassant une vilaine larme d'un battement de cils, la jeune femme entreprit la rude tâche de se dépatouiller de cette couleur criarde sous le jet d'eau gelé du robinet.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: dear stupid people ft sungyeol ☆   Mer 26 Nov - 16:10


Erreur d'orientation ?
Ft. Cha Eun Seol

Alors que l'aube venait tout juste d'apparaître, j'étais comme à mon habitude déjà réveillé. Cela faisait peu de temps que je m'étais installé dans les dortoirs, mais mon rythme de sommeil s'était déjà imposé. Je dors en moyenne quatre heures par nuit. Cette courte période suffisait amplement, j'avais la chance de posséder un métabolisme qui me permettait de récupérer assez vite. Cependant, à cinq heures et-quelque du matin je n'avais pas grand-chose à faire ; mis à part lire, il n'y avait pas d'autres possibilités. Alors que je venais d'entamer le troisième ouvrage qui somnolait sur mon lit, je ressentais de l'ennui. Fort sentiment nostalgique que je n'avais pas éprouvé depuis longtemps.

Étant dans le passé étudiant en médecine, je passais tout mon temps libre à réviser. N'ayant que très peu de contact humain avec les autres élèves, je préférais aller à la librairie quand eux sortaient s'amuser. Les livres c'était un amusement, même plus, c'était tout pour moi. Ils me permettaient de m'échapper de ce monde appelé « réalité », d'oublier mon irascible père et ses doux conseils ainsi que mon attentionnée de sœur dont les paroles étaient remplies d'épines. Plus les pages s'écoulaient plus mes maux s'apaisaient, plus j'en devenais dépendant. Ces morceaux de papiers m'ont sauvé la vie, sans eux je n'aurai pas tenu le coup face à la pression mentale qu'exerçait mes semblables. Dès que je craquais émotionnellement, je me plongeais dans cet univers de lettre. Pourtant, aujourd'hui tout était différent. J'avais envie de cesser la discussion avec mon acolyte. Ressent-ai-je peut-être le besoin d'air frais ?

Je saisissais hâtivement un t-shirt noir et un pull avant de dégainer des chaussures et de rapidement de donner un coup de peigne. Je n'avais jamais fait aussi attention à mon style vestimentaire, mais depuis que je suis à l'agence je dois être rigoureux sur tous les points.

Je quittai ma chambre plus tardivement que prévu, cependant j'avais encore du temps libre avant les cours. Je décidais de visiter par moi-même l'agence. Je n'avais jamais eu l'occasion de tout voir. J'avais retenu au préalable l'organisation du bâtiment par un panneau d'affichage que j'avais pu apercevoir en sortant de l'agence durant la semaine.

Je me dirigeais vers la salle de musique, si j'avais de la chance elle était peut-être ouverte. J'arpentais les couloirs avant d'arriver devant une porte vitrée, transparente, elle me donnait la possibilité de voir son contenu. La salle était sobre, un parquet au sol et une tapisserie orange pâle en guise de mur. L'apparence n'était pas le plus important, c'était son contenu. Il y avait d'innombrable instruments et tous étaient affilé à une grande marque de l'industrie de la musique. Mes globes oculaires pétillaient, semblables aux irisations de la mer. Je n'avais qu'un seul désir : celui d'ouvrir la porte. Cependant, ma joie et mon excitation furent stoppées au moment où la porte résista à ma poignée. Il semblerait qu'il y avait des heures où elle était ouverte ou bien, il fallait posséder les clefs. Si je voulais y pénétrer, je devais me les procurer. Or à six heures, il ne doit pas y avoir foule à l'accueil. Je sortis de l'agence histoire de tuer le temps.

Le soleil était désormais à la moitié de sa course vers son apogée. Je retournais à l'agence une fois après avoir tué le temps, il devait me rester une bonne heure ou deux avant de retourner à mes obligations. Alors que je saisissais la porte d'entrée, une jeune femme visiblement énervée me poussa et, me doubla avant d'entrer dans l'agence. Je me dirigeais vers l'accueil avant d'entendre des rires s'étendre de toute parts. Je vis alors l'impolie au centre des rumeurs ; immaculée d'un bleu poisseux recouvrant ses vêtements ainsi que le contenu de son casier. Les piafs continuaient de ricaner disgracieusement pendant que la harpie s'échappait.

Loin d'être sot, je les ignorai et me dirigeais alors vers les toilettes afin de me rincer ma figure marquée par mes efforts après avoir couru plusieurs minutes. A ma surprise je revis ce visage familier ; la fille. Elle était encore là. Le problème n'avait rien à voir avec notre troisième rencontre consécutive ; l'ennui c'est qu'elle se trouvait dans les toilettes destinés aux hommes. A ma mémoire, il n'y en a pas de mixtes et, je n'ai jamais vu d'homme porter des talons aiguilles.

« Excuse-moi ? C'est à droite la bonne porte»

Lui dis-je calmement. D'après l’interaction qu'il y avait eu précédemment, je n'avais pas envie de pousser le dialogue plus loin. J'avais surtout pas envie qu'elle le prenne mal, c'est dans ce genre de situation que les personnes sont les plus irritables.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: dear stupid people ft sungyeol ☆   Mer 26 Nov - 18:55


Quand les blessures font trop mal...
CHOI SUNG YEOL

Des mains bleues, ce n'était déjà pas esthétiquement parlant attirant, mais s'il s'agissait de ses mains à elle c'était d'autant plus catastrophique ! Après avoir réussi à récupérer sa boule en cristal et la plupart de ses livres, Eun Seol s'était résignée à dire adieu à ses partitions. Elle était dégoûtée par les attitudes des uns comme des autres. Cet effet de groupe avait le don de l'agacer. A ce qu'elle sache, la brunette n'avait jamais touché aux travaux des autres, même par vengeance. Cela ne se faisait tout simplement pas. La colère ne parvenait pas à redescendre et c'est au moment où elle jeta ses partitions à la poubelle que la porte des toilettes masculines s'ouvrit en laissant passer un camarade de l'agence ; Choi Sung Yeol. Un nom qu'elle n'avait en réalité pas prit la peine de retenir puisqu'ils ne s'étaient jamais vraiment adressés la parole. Les quelques fois où ils s'étaient croisés avaient suffit à Eun Seol pour le classer dans la catégorie « Inintéressant ». Ce qui était loin d'être mauvais en soi, lorsque l'on savait qu'il existait une catégorie bien pire que ça ; celle regroupant les inutiles. Et la petite remarque qu'il avait pris grand soin d'émettre lui esquissa une mimique disgracieuse des lèvres. « Non sans dec' je me suis trompée ? Je le savais pas ! » s'exclama t-elle d'un ton narquois. « Tu vois un peu ce qui se passe ici ? Mon manteau est mort. Mes partitions aussi. Ça doit sûrement te faire rire comme tous les autres, alors avant que tu ne dises quoi que ce soit, laisse-moi juste une minute et je partirai d'ici. Ok ? ». Ne s'attardant même plus à le fixer de son regard le plus sombre, la demoiselle se retourna pour éliminer le restant de peinture incrustée à l'intérieur de ses mains. Elle avait beau utiliser du savon, rien n'y faisait. Force de constater que tout ce qu'elle faisait ne servait strictement à rien, la jeune femme attrapa ses livres et le manteau sous ses pieds qu'elle agrippa sous son bras. Faisant claquer ses talons au sol, la belle le bouscula une fois de plus, et cette fois-ci délibérément. Oui, parce que la première fois elle ne s'en était pas rendue compte. Ce n'était pas de sa faute si les autres qui se mettaient en travers de son chemin !

Elle avait juste oublié une chose... Sa petite boule de cristal dans le fond du l'évier.

☆☆☆

Le reste de la journée se passa plus au moins sereinement. Un agent d'entretien était venu nettoyer son casier peu de temps après le drame, et cette petite distraction était presque passée inaperçue dans les couloirs. Une bonne chose car Eun Seol n'était pas fière à l'idée que la directrice puisse apprendre ce qu'il lui arrivait... Bien qu'elle le savait sûrement déjà. La demoiselle avait consacré la matinée à la danse pour se vider l'esprit, mais jamais réellement seule, ses entraînements finissaient toujours par des flots d'injures et de railleries lorsqu'elle avait le malheur de croiser ceux qui la haïssait plus que tout. Bien sûr, il y avait ceux qui se foutaient royalement de son sort, mais qui au moins la laissait tranquille. C'était tout ce qu'elle demandait à présent. Qu'on la laisse faire son bout de chemin seule. Elle n'avait besoin de personne.

C'est ainsi qu'elle avait passé le restant de son après-midi dans la salle de musique à composer de nouvelles partitions. Un casse-tête plus qu'autre chose. Elle qui n'avait jamais été une compositrice dans l'âme se voyait recommencer ce dur labeur de A à Z. Après plusieurs heures passée à recommencer et ré-ajuster quelques accords, la jolie brune était parvenue à réaliser quelque chose aux sonorités tristes mais néanmoins douces. Elle offrit à cette chanson le titre de « Why ? ». Oui, parce qu'au jour d'aujourd'hui elle se demandait pourquoi elle en était arrivée là ? Pourquoi sa vie était devenue aussi ridicule et pathétique. Pourquoi lui faisait-on subir toutes ces épreuves au juste ?
Elle avait été seule une bonne partie du temps dans cette pièce. Il fallait dire qu'elle n'avait pas prêtée attention à l'heure depuis qu'elle était arrivée. Il était presque 18h00. Les autres étaient probablement sortis se détendre entre amis, ou peut-être l'évitait-on tout simplement. Qui sait ? Cela lui convenait presque au final... L'esprit plus léger et victorieuse d'avoir accompli quelque chose au bout du compte, la jeune femme se rendit au piano et y installa ses partitions pour y interpréter intégralement sa nouvelle chanson.

© EKKINOX


Dernière édition par Cha Eun Seol le Mer 26 Nov - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: dear stupid people ft sungyeol ☆   Mer 26 Nov - 20:00


La politesse ne fait pas de mal
Ft. Cha Eun Seol

Ses mains étaient devenues bleues. Si j'avais été moins timide, je lui aurai bien proposé mon aide malgré le comportement dont elle avait fait preuve. Mais je n'allais pas faire un effort supplémentaire, je lui avais déjà signalé son emplacement, je n'allais pas non plus lui laver ses mains. Lorsqu'elle entendit ma voix, elle me dévisagea grossièrement avant de me regarder de façon désagréable. Elle avait l'air d'exprimer son désagrément vis-à-vis de ma remarque par contact visuel. Elle devait me connaître vu la façon dont elle me parlait, malheureusement pour elle, je n'avais pas de prénom à associer à son visage. Elle continua de m'agresser du regard avant de continuer à se battre avec son tas de tissus synthétiques. Je n'avais pas particulièrement apprécié sa manière de faire, mais je pouvais parler, je n'étais pas mieux qu'elle.

Une fois qu'elle se rendit compte que ses vêtements étaient irrécupérables, elle se dirigea en ligne droite vers la sortie. Ligne droite signifie aussi que j'étais sur son trajet. Elle ne s'est pas dérangée pour me bousculer intentionnellement. En me bousculant, elle recouvra une partie du bas de mon pull de la substance gluante dont elle était recouverte. Ça, c'était la goutte en trop, il s’avérait que j'étais patient, mais là elle avait fait ma journée.Je me penchais au robinet pour me rincer le visage avant d'essayer moi aussi de me battre désespérément avec mon pull. Rien à faire. Il était irrécupérable. Je retirais ce que j'avais dit précédemment, je ne l'aurai jamais aidée. Elle avait vraiment un problème social celle-là, la célébrité avait du lui monter à la tête. Alors que diverses phrases haineuses à propos de son comportement retentissaient dans ma tête, je percevais quelque chose au fond du robinet qu'elle avait utilisé. Il y avait quelque chose de brillant, je le pris dans mes mains ; c'était une bille, une bille de verre coloré il semblait. Quelque chose de précieux pour elle peut-être ? D'enfin, vu la scène qu'elle m'avait faite avant, je n'allais pas encore faire l'effort de la chercher. Ce soir je la donnerai à l'accueil et elle se débrouillera. En faisait l'aller retour afin de me changer, je n'avais pas vu le temps passer, je devais rejoindre mes occupations de trainee.

Le temps s'écoula rapidement il était 18h et plus ; j'étais fatigué. Cependant, je voulais absolument voir cette fameuse salle de musique. D'après le personnel elle devait être ouverte à cette heure là. J'accourais avec le reste de mes forces avant d'atteindre la salle. Il y avait de la lumière à l'intérieur, je n'allais donc pas être seul. Mais en quoi cela me dérangerais ? Rien à faire tant que je peux jouer comme je le souhaite ! J'ouvris la porte doucement, une mélodie de piano s'en échappa. Un timbre plutôt bas, avec un rythme relativement lent, une jolie mélodie triste se formait. Le morceau était relativement basique, mais joliment exécuté, les accords étaient choisis avec brio.

J'allais complimenter le musicien lorsque j’aperçus l'accrocheuse de tout à l'heure. Mon envie fut coupée. Je retins mes paroles, pinça mes lèvres. A la place de compliments, je posais la bille que j'avais trouvé sur le pupitre où reposait la partition de son piano. Je la regardais dans les yeux de façon significative avant de m'asseoir à un piano. Moi aussi j'avais envie de me détendre. J'avais oublié mon bloc note et mes partitions, alors je commença à jouer un morceau dont j'avais fait l'effort de la retenir. Rien de mieux pour se requinquer après avoir eu une journée aussi fatigante.

« Un merci ça fait pas de mal non ? »

Disais-je en même temps que j'enchainais les accords. A ce moment j'étais d'humeur piquante, bien que je sois relativement peu bavard, là elle m'avait exaspéré au point le plus haut. Le respect est quelque chose auquel je tiens beaucoup.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: dear stupid people ft sungyeol ☆   Mer 26 Nov - 21:49


les excuses d'une princesse.. ça compte ?
CHOI SUNG YEOL

« Qu... ? ». Les mots s'étranglaient dans sa gorge. Il venait de lui rendre sa bille ? Comment avait-elle pu la perdre ? Et le pire c'était qu'elle ne s'en était même pas rendue compte... Désemparée, la brunette se saisit de son bien le plus précieux qu'elle serra fort dans sa paume avant de la ramener contre elle, contre son cœur. Ses yeux se posèrent discrètement sur le jeune homme qui avait eu l’amabilité de la lui ramener. Pourtant, elle avait eu un comportement infecte en sa présence. N'importe qui en trouvant cette bille insignifiante l'aurait jeté à la poubelle. Ou tout bonnement n'importe qui s'en serait fait un cœur joie de le faire en sachant qu'il s'agissait du sien ! Une émotion vive la submergea au moment où elle l'écouta jouer. En un instant son cœur poussa un battement douloureux et une lueur étrange traversa son regard. Il était en train d’interpréter l'un de ses morceaux favoris. River Flows In You. Il l'ignorait mais Yiruma était son pianiste préféré. Elle connaissait presque tous ses titres par cœur, notamment celui-ci qu'elle trouvait magnifique.

Perdue dans ses pensées, le trainee avait fini par la sortir de ses songes au moment où elle prit la parole. Véridique. Elle ne l'avait pas encore remerciait. Pourtant sa grand-mère l'avait très longtemps tapé sur les doigts pour s'être montrée impolie. Avec son éducation, on lui avait inculqué très vite les valeurs relationnelles qu'étaient le respect, la politesse et la discrétion. L'ironie dans tout cela était qu'elle n'appliquait aucune de ces valeurs dans la vie au quotidien. Elle ne s'en était jamais aperçue jusqu'à aujourd'hui... Sa grand-mère aurait été très triste de le savoir. C'était elle qui lui avait offert cette bille en cristal le jour où elle est morte à l'hôpital, lui souhaitant que le meilleur à la StarE. Sa grand-mère devait tellement être déçue là haut dans le ciel... Il était peut-être trop tard pour rattraper ses erreurs, mais elle pouvait toujours tenter de les corriger.  

Silencieuse, la jeune fille se releva en joignant ses mains devant elle. Ses pas furent tout aussi silencieux lorsqu'elle se rapprocha du jeune homme qu'elle considéra timidement car embarrassée. Elle avait fini par baisser le regard lorsqu'elle lui souffla ces quelques mots. « M... merci... et accepte mes excuses pour tout à l'heure... Je n'étais pas... Je n'aurais pas du... » Elle avait du mal à formuler les mots mais l'intention était là et il devait être un minimum intelligent pour comprendre où elle voulait en venir. Agrémentant le geste à la parole, la brunette s'inclina lentement devant lui avant de retourner à son propre piano. Le cœur un peu plus souple et léger, la coréenne replaça la bille sur le pupitre et elle attendit un faible moment avant de glisser ses doigts sur le clavier. Elle joua alors la même mélodie que ce dernier dans une synchronisation parfaite, et s'essaya même à accélérer le rythme juste pour voir s'il était capable de la suivre, la ralentissant à d'autres instants, et ce, avec un sourire amusée sur ses lèvres. La musique avait le don de guérir tous les maux. C'était magique. Une fois encore, Eun Seol souriait mais elle ne s'en rendait même pas compte.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: dear stupid people ft sungyeol ☆   Mer 26 Nov - 23:24


Harmonie
Ft. Cha Eun Seol

Alors que je m'apprêtais à recadrer la demoiselle, celle-ci changea d'expression ; elle était subjuguée par le morceau que je jouais. Ses yeux pétillaient semblable à l'éclat de la perle qui se trouvait désormais dans sa main. N'ayant pas envie de briser le silence qui venait de se créer, je détournais les yeux et me concentra sur ma partition. Alors que j'étais absorbé par l'enchaînement des notes, elle se leva et s'approcha à pas de chat près de moi ? Interrogé, je la regardais droit dans les yeux ; interrogatif. Joignant ses mains devant elle, elle me susurra quelque chose. Visiblement confuse, elle ne devait pas être du genre à s'excuser souvent. Elle n'arrivait pas à aligner deux mots correctement ou syntaxiquement juste ... ça devait être un peu comme moi quand je parle....

Malheureusement, j'avais le son produit par l'instrument qui m'empêchait de discerner correctement ce qu'elle disait. De plus, elle était du côté de mon oreille qui n'était pas active. Bien que j'avais accordé toute ma concentration à ses dires, je n'avais absolument rien compris. J'étais plutôt perplexe, mais vu l'expression gênée qu'elle tirait, il semblait qu'elle était reconnaissante envers mon action et qu'elle avait eu ont de son comportement ; enfin je l'espérais du moins. Afin de lui montrer que j'avais compris le message malgré mon expression confuse, j'acquiesçai de la tête.

La brunette se reposa sur son piano, posa sa perle et commença à suivre mon rythme. Comme je le faisais de tête, je n'avais pas vraiment une idée exacte du rythme ou encore de toute la complexité du morceau . Cependant, contrairement à moi, elle avait l'air de réellement le connaître par cœur. Après s'être parfaitement synchronisée, elle accélérait et décélérait le rythme en fonction de son envie. Devais-je prendre ceci comme un défi ? A la place, il semblait que je prenais ceci pour un jeu. Je me concentrais alors sur sa mélodie afin de m'aligner dessus. Alors que nos airs ne faisaient qu'un, je ne me rendais pas compte de mes sentiments ; je m'amusais. C'était une émotion que je n'avais pas ressentie depuis très longtemps.

Enfant, je n'ai jamais eu d'amis  ; mes parents me l'interdisaient. L'amusement pour moi c'était d'être le meilleur en classe bien que j'étais solitaire. Alors que là, j'éprouvais quelque chose de nouveau. J'étais heureux, je me réjouissais d'être avec quelqu'un. Alors que mon visage lui, restait impassible, nos yeux se croisèrent. La demoiselle avait un sourire qui arborait son visage. Elle semblait elle aussi heureuse, mais bien plus expressive que moi. La mélodie touchant à sa fin, nos mouvements ralentirent, jusqu'à s'arrêter. Alors que le silence avait repris sa place, l'atmosphère froide était de nouveau présente.

© EKKINOX

HR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: dear stupid people ft sungyeol ☆   Jeu 27 Nov - 13:11


un mauvais départ ?
CHOI SUNG YEOL

La mélodie s'était terminée sur une note grave et percutante. L'ambiance qui s'installa alors entre les deux protagonistes fut tout aussi similaire. Pour le cas de Eun Seol, il s'agissait davantage d'un malaise que d'une réelle froideur. Il était difficile pour elle d'oublier tout ce qui s'était passé. A vrai dire elle était assez rancunière dans le genre, même si dans ce cas précis, c'était elle la seule fautive. A force de voir le mal et la méchanceté partout, elle en oubliait qu'une petite minorité ne lui voulait absolument rien. De toute évidence, cela devait être le cas de Sung Yeol. Il était parvenu à briser la glace en la touchant juste où il fallait. Ce petit moment à eux avait été si court mais à la fois mémorable. Elle s'était en quelque sorte révélée à ce dernier. Loin de l'image qu'elle avait pour habitude de refléter, la brunette s'était montrée douce, délicate et un brin espiègle. Il n'existait plus la moindre animosité dans son regard. Pour l'heure, Eun Seol avait choisi de baisser sa garde. Elle n'avait pas besoin de se montrer désagréable et détestable, puisque après tout, il n'avait rien fait qu'il puisse la peiner. Au contraire, il avait plutôt fait un pas vers elle... Ou tout du moins c'était ainsi qu'elle l’interprétait.

Ne sachant pas tout à fait quoi dire ni quoi faire, la belle avait fini par se redresser en rassemblant ses affaires contre elle. Une espèce de boule s'était placée dans son ventre, telle une crampe abdominale. Elle était un peu nerveuse, mais elle espérait que cela ne se voyait pas trop. Prenant son courage à deux mains, son regard se tourna sur le jeune homme qu'elle fixa tant bien que mal dans les yeux. Plus déroutant qu'autre chose, ce dernier dégageait quelque chose d'inexpressif, voir impassible. C'était une chose à laquelle Eun Seol était rarement confrontée. Elle ne laissait jamais personne indifférent. En tout cas, pas de cette manière... Mais loin de se défiler, elle se passa une main dans les cheveux avant d'émettre un premier son dans sa voix. « Au fait... Je m'appelle Cha Eun Seol... Je ne crois pas mettre déjà présentée ». Non, puisqu'à présent elle n'avait jamais trouvé l'utilité à le faire. Il arrivait un moment où les présentations avaient lieu d'être. Après tout, ils s'étaient croisés deux fois en une même journée. Ce n'était peut-être pas le hasard ? « Je me demandais...... ». Pourtant bien lancée, un bruit sourd résonna dans son estomac et un sourire gêné se dessina in-extrémiste sur les lèvres. Son ventre l'avait malheureusement devancé mais elle fit comme si de rien n'avait était. « Ça te dirais du hotteok ? Il y a un stand pas très loin derrière l'agence... Je te l'offre en remerciement pour ça. » dit-elle en glissant légèrement la bille entre ses doigts. « Enfin, si tu veux. » Son manque d'expressivité l'empêchait de deviner si oui ou non il pouvait être d'accord.

Ni une ni deux, la demoiselle se dirigea vers l'une des tables où elle y avait laissé son sac à main. Le tout rangé à l'intérieur, la jolie brune fit glisser la lanière sur son épaule et se tourna une dernière fois vers Sung Yeol afin de voir s'il comptait la suivre ou pas. Malheureusement pour elle, la porte s'ouvrit en un fracas et y laissa entrer une bande de jeunes trainees comme eux, d'humeur euphorique. Lorsqu'ils la virent, la plupart ne manquèrent pas de la narguer, mais Eun Seol les ignora tout simplement. Les poussant de son passage sans même un regard en arrière. Elle marcha rapidement pour ne plus avoir à les entendre. Non, elle ne voulait plus s'emporter aussi bêtement. Elle avait eu son lot de la journée et puis ils n'en valaient pas la peine. Les seuls échos qu'elle entendit furent des « Depuis quand elle fuit ? ». Véridique. Elle était plutôt du genre à cogner dans le tas avant de déguerpir en furie.

Rendue une fois dehors, le froid automnale lui rappela à quel point le port d'un manteau n'était guère une option, et frissonnant face à la brise, la belle croisa ses bras contre elle. Tant pis pour le froid. Il valait mieux endurer ça qu'un manteau couvert de peinture ! De toute façon il était trop tard pour pleurer sur son sort. Elle l'avait déjà jeté aux ordures...
Son ventre la rappela à l'ordre et elle se rendit dans le dit stand de hotteok situé à moins d'un kilomètre d'ici. Pour avoir sauté le petit déjeuner et n'avoir mangé qu'une salade au midi, il était normal que son estomac crie famine... Lorsqu'elle fut arrivée à destination, un large sourire se fendit sur ses lèvres, et elle fit la queue, grelottant d'impatience à l'idée de goûter à ce petit plaisir. L'odeur de ces petites galettes chinoises fourrées aux sucre la faisait saliver d'avance. Elle était plutôt du genre sucrée donc son dévolu se tournait naturellement là. Et puis elle ne connaissait personne qui ne puisse pas aimer ça... Ce pourquoi elle avait proposé le hotteok à une autre gastronomie des rues. « Pour deux s'il vous plait. » Elle ne savait pas réellement pourquoi elle avait dit ça lorsqu'il fut son tour. A vrai dire elle n'espérait pas vraiment qu'il vienne. Pas après l'apparition du groupe. Mais bon... Elle avait tellement faim qu'elle pouvait manger pour deux. Le tout payé et offert dans de petits sachets, la brunette enfourna presque aussitôt la première crêpe dans sa bouche. Telle une morfale, elle en oublia presque de se décaler pour laisser la place aux autres !!

©️ EKKINOX


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: dear stupid people ft sungyeol ☆   Ven 28 Nov - 21:13


Froid
Ft. Cha Eun Seol


Brève et solennelle, l'harmonie de nos pianos s'arrêtèrent à cette unique note. Le silence reprenait sa place et, une pénible ambiance s'installa. Il n'y avait plus un son, plus aucun d'entre nous ne savait quoi faire une fois la mélodie achevée. Le malaise de la situation de ce matin restait encore gravé dans l'esprit de la demoiselle. Dans ce genre de situation, je ne savais pas quoi faire, j'avais pertinemment conscience qu'elle était incommode à cette situation cependant, je ne savais pas comment l'aider. Si cela ne dépendait que de moi, rien n'aurai rien bougé d'un iota. Mais celle-ci, en décida autrement ; en dépit de sa nervosité, elle engagea la conversation. De la même manière que précédemment, elle me marmonna son prénom ; Cha Eun Seol. Bien que celui-ci ne me rappelait rien, j'avais enfin un prénom à associer à son visage.

Alors qu'elle allait poursuivre, un bruit ridicule venait de résonner de ses entrailles ; l'appel de son estomac. Son visage prit des couleurs et en lâchant un léger sourire, elle trouva sa solution à l'embarras en m'invita à manger des snacks pas trop loin d'ici. Tout en jouant avec son trésor, elle observait intensivement mon visage ainsi son expression pour éventuellement prédire ma réponse. Voyant que sa méthode n'était pas vraiment productive, elle fit quelques pas vers afin de récupérer son sac avant de revenir vers moi. Alors que j'étais toujours en train de cogiter, d'autres personnes arrivèrent. Celles-ci aussi enthousiastes et bruyantes qu'elles pouvaient l'être n'avaient pas l'air d'apprécier notre présence.... enfin .... Sa présence. Elles lui lancèrent quelques venimeuses paroles avant que celle-ci, oubliant presque notre discussion quitta la pièce comme une furie.

J'étais désormais seul avec une horde de trainee plus jeunes et bien plus immatures que la moyenne. Ma tête résonnait à cause de toute cette pollution sonore, ils jacassaient comme des oiseaux et jouaient n'importe comment. J'attrapais aussitôt mon sac avant moi aussi de m'enfuir. La porte de refermant derrière moi, à l'intérieur de mon oreille subsistait un vacarme terrible ; il fallait à tout prix que je sorte et je que j'aille prendre l'air. J'agrippai mon pull joliment tâché depuis ce matin avant de me diriger vers la sortie. Alors que j'étais dehors, mes dents claquaient, mes jambes tremblaient et mon visage était bien pâle. Cependant, la cause n'était pas celle du froid. J'avais la nausée, un terrible acouphène ainsi qu'un mal de tête avaient été substitués au vacarme de l'intérieur. Ils avaient désormais trouvé refuge dans mon esprit et semblaient sans fin. Alors que je marchais afin d'oublier ma peine, je vis un stand de snack.

Une immense queue y patientait donc à ma surprise Eun Seol. Je n'avais pas oublié sa proposition, mais je ne m'attendais vraiment pas à la voir à cette heure. J'avais vraiment pris ceci pour une excuse. La demoiselle était habillée de façon superficielle pour le temps ; Pas de veste, elle devait mourir de froid. Cependant, elle prenait bien trop de plaisir à se goinfrer de hotteok. Comme une vorace, elle mangeait grossièrement son morceau. Alors que celle-ci laissait apparaître un faramineux sourire, je traversais la queue difficilement afin d'aller à sa rencontre. Elle ne m'avait toujours pas remarqué, elle était absorbée par sa pâtisserie. Alors que je passais ma main dans les cheveux afin de dégager ceux-ci de ma vision, d'une voix chancelante je bredouillais :

« On a été coupé avant.... je crois qu'on était en plein dans les présentations [....] Moi c'est Choi Sung Yeol mais .... je crois que tu me connais déjà.... »

J'étais en train de me forcer à communiquer une expression avec mon visage : j'avais nullement envie de faire la même erreur qu'avant. Bien que mon mal de crâne était toujours présent, un sourire se dégageait de mes lèvres.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: dear stupid people ft sungyeol ☆   Lun 8 Déc - 22:10


refuge
CHOI SUNG YEOL

Il faisait si froid et pour autant les délicieuses pâtisseries suffisaient à réchauffer le cœur de la demoiselle. Loin de se douter que l'on pouvait la surprendre ou même la regarder manger, Eun Seol préférait succomber à ce bonheur simple qui faisait tout de même plaisir à voir. Ce ne fut que lorsque qu'elle s'écarta d'un pas pour ne plus empiéter le passage qu'une silhouette désormais familière immergea parmi les autres. Déglutissant difficilement sous le poids de la surprise, la brunette eut un moment d'absence en reconnaissant Choi Sung Yeol. Embarrassée à l'idée qu'on puisse la surprendre dans « cet état » avec de possibles miettes sur les recoins de la bouche, la petite goinfre s'essuya comme si de rien n'était avec l'aide de ses doigts. Lorsque le jeune homme fut à sa portée, un sourire nerveux s'implanta sur ses lèvres. Elle se sentait un peu ridicule en fait, mais elle se révélait d'autant plus surprise par sa simple présence. Réellement, Eun Seol ne s'y attendait pas. Le coréen ne s'était pas montré très réceptif un peu plus tôt. Mais de toute évidence, il semblait lui donner une seconde chance. Pour la première fois d'ailleurs, il s'adressa de vive voix à elle. « On a été coupé avant.... je crois qu'on était en plein dans les présentations [....] Moi c'est Choi Sung Yeol mais .... je crois que tu me connais déjà.... ». Le sourire qui s'étira de ses lèvres fit une drôle d'impression à la demoiselle. Pas dans le mauvais sens du terme. C'était juste... inattendu. Tellement soudain. Et cela eut au moins le mérite d'apaiser le regard de la jeune trainee. Plus sereine, sans trop l'expliquer. Il lui fallut un petit vent automnale pour la faire rebondir sur terre. « En fait... Je retiens assez bien les noms... Je retiens surtout ceux des gens qui m'ont marqué. ». La première fois qu'elle l'avait vu – ou plutôt entendu – au piano, elle avait été subjuguée puis intimement jalouse par son talent. Si bien qu'elle avait retenu son nom pour la simple et bonne raison qu'à ses yeux il puisse être une menace, un rival pour le moins potentiel. « Ah oui. Je te dois ça, comme convenu. » déclara t-elle avec un rictus déformé par le froid. Elle frissonna de plus belle. Le courant d'air était malheureusement présent de ce coin de l'allée. La seule chose à laquelle elle pensa était de se réfugier dans un endroit au chaud.

« On bouge ? ». Oui parce qu'elle n'avait pas franchement envie de se transformer en glaçon juste sous ses yeux. D'un regard qui se voulait aimable, la jeune fille emboîta le pas et entreprit d'enfourner un nouveau hotteok dans la bouche, cette fois-ci cependant, de manière plus civilisée. Maintenant qu'elle était en présence de quelqu'un, sa bonne éducation refaisait surface. Ou tout du moins, le regard des autres l'emportait sur n'importe quel jugement. C'était tellement primordial chez les Cha. Rien n'était plus important que l'apparence. L'image que l'on renvoyait... Ses pensées la ramena à son père pour lequel elle nourrissait de plus en plus d'antipathie. Ce dernier était davantage obnubilé par son travail au congrès que par sa propre famille. Instinctivement, Eun Seol se demanda si Sung Yeol le connaissait... son père. Avec discrétion, elle jeta un furtif regard à ce dernier avant de croquer dans sa pâtisserie, l'air pensive. Non, il n'y avait aucune raison pour. La politique ça n'intéressait pas franchement les jeunes. Elle-même encore moins, mais ça c'était peut-être parce qu'elle était en quelque sorte plongée dedans sans qu'elle le veuille. C'est alors qu'elle réalisa aussi qu'elle ne savait strictement rien de lui. Rien d'autre à part qu'il était doué au piano et issu de la même agence qu'elle. « Au fait... ça fait longtemps que tu es à la StarE ? J'ai l'impression de t'être croisé plein de fois sans le savoir... ». C'est vrai qu'ils étaient assez nombreux comme trainees, mais au bout d'un certain temps tout le monde finissait par se rencontrer. Le cas de Eun Seol était encore à part puisque la direction la dispensait quelques fois du dortoir à titre exclusif, à cause des brimades qu'elle subissait. Elle devait cela à son père et ses grandes influences bien sûr.

Après plusieurs mètres à divaguer dans les rues de la capitale, la jeune fille s'arrêta devant une supérette qui comportait son espace restauration située juste à l'entée. De l'autre côté de la vitre, de jeunes lycéennes s'étaient réunies pour partager des ramens après l'école, sans doute. Eun Seol vit là une alternative pour se mettre au chaud. « Tu crois qu'on peut entrer ? Si on prend une boisson ça ira non ? ». Consumer de la nourriture venant d'ailleurs dans un autre magasin, ça ne se faisait pas vraiment, n'est-ce pas ?

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: dear stupid people ft sungyeol ☆   Mar 9 Déc - 23:41


Remords
Ft. Cha Eun Seol

En réponse à mon sourire plus qu'étrange, elle me regarda de façon curieusement sereine. Ensuite, elle confirma mes doutes ; effectivement elle me connaissait et sous entendait que mon nom valait la peine d'être retenu pour une raison que j'ignore.... Je n’avait pas la moindre idée de quand remontait notre première rencontre, je la fixais du regard brièvement... Cependant rien ne me vint à l'esprit.

 « Ah oui. Je te dois ça, comme convenu. »

Disait-elle tout en me souriant, et me tendant une pâtisserie. Je n'avais même pas eu le temps de mouvoir mes lèvres pour éventuellement la remercier que celle-ci, me proposa de changer de lieu. Enfin elle proposa.... Je n'avais pas vraiment le choix, elle avait déjà emboîté le pas. Tout comme elle, je mangeais la pâtisserie de façon à ne pas en mettre partout. Et oui, celle-ci avait décidé tout en grelottant de manger de façon plus élégante son en-cas. Soudainement, elle me regarda de façon plutôt étrange, elle était perdue dans des pensées. Supposais-je que j'avais enfin la possibilité de parler, cependant celle-ci répliqua plutôt rapidement.

« Au fait... ça fait longtemps que tu es à la StarE ? J'ai l'impression de t'être croisé plein de fois sans le savoir... ».

J'en déduisais que c'est la mystérieuse raison de son regard lancé précédemment. Alors moi-même je me mettais à cogiter là dessus. J'étais à la StarE depuis …. quelques mois ? Même pas un an.... Et je venais de m'installer dans les dortoirs il y a peu de temps... Aucune chance que l'on se soit croisé. Ah moins que... Elle me connaissait avant ? Mon père peut-être... J'y songeais, mais je désirais vraiment que ce ne soit pas le cas. J'étais encore pensif quand celle-ci s’arrêta devant la devanture d'une boutique, à l'intérieur il semblait vraiment faire chaud, elle était décidée à entrer dedans. J’ouvrais la porte avant de la laisser entrer, c'était une supérette relativement petite où, aux rebords il y avait des tables afin de manger comme faisait un groupe de jeunes fille à coté de nous. Alors que j'ouvrais mon porte monnaie de cuir un peu vieillot où reposait une photo pleine de souvenirs ; une photo de moi et ma plus jeune sœur. Je lui répondais :

« Aucune chance, je suis ici depuis peu de temps... Peut être qu'on se connaissait par le passé ? »

Si c'était le cas, j'en serais peu ravi, une connaissance passée chez moi on traduit ça par une plaie. Depuis l'accident j'ai coupé les ponts avec tout le monde. Ma famille, mes amis tous avaient toujours cette tête d'enterrement et le regard plein de compassion comme si tout le malheur s'était abattu sur moi. C'était le cas, cependant ils ne faisaient que ça pour attirer l'attention de mon paternel, qui lui n'éprouvait plus aucun intérêt pour moi. Alors que je me dirigeais au comptoir pour acheter des boissons, le vendeur me regarda étrangement lui aussi.

« Sung Yeollie ? C'est toi ? Ça va ? »

L'homme avait la quarantaine et je n'arrivais pas à me remémorer son nom. Soudain, celui-ci changea son regard en quelque chose de plus... Émotionnel ?

« Tu sais.... Il faudrait que tu songes à faire le deu..... »

A peine avait-il prononcé la syllabe maudite que je tapais je le comptoir avec mon porte feuille à la main. Je le regardais, froidement. Ces mots, comment osait-il les prononcer devant moi ? Dans ce moment de vive émotion, je me rappelait de lui ; l'hypocrite numéro 7, il me rendait souvent visite lorsque j'étais à l’hôpital... Ahaha quel salaud.

« Ce sera pour deux sodas ! »

Lui disais-je tout en changeant totalement mon expression pour quelque chose d'aussi hypocrite que ses propos. Je me retournais vers Eun Seol en attendant sa commande.

© EKKINOX


HR:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: dear stupid people ft sungyeol ☆   

Revenir en haut Aller en bas
 

dear stupid people ft sungyeol ☆

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» ★ GLAMOUR PEOPLE
» People's Glory

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Entertainement  :: Anciens rp-