AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Three words, Two syllables, One sentence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nam Dong SunavatarStar
Messages : 401
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 22
Emploi/loisirs : Leader des ᗡSD
Crédits : Avatar: me Signa: bazzart

MessageSujet: Three words, Two syllables, One sentence   Mar 13 Jan - 20:49

I Love You

Et voilà que le grand jour était arrivé ! Non pourquoi déjà maintenant ? Pas tout de suite, il n'était pas prêt... Pourtant, il ne pouvait plus reculer, il n'avait même plus l'excuse de ne pas s'être entraîné, bien que la scéance aie vite été interrompue par un Dong Soo bien vénère, il l'avait bien fait planer avec ses suppositions à la con d'ailleurs. Mais là n'était pas le sujet, il avait envoyé à l'instant un sms à l'homme qui occupait ses pensées depuis plusieurs mois déjà, remettant en question sa sexualité. Mais impossible de le nier, Choi Min Jae faisait bien battre le cœur de Nam Dong Sun. En même temps, comment en aurait-il pu être autrement ? Il était si attentionné avec lui, le courant était passé tellement vite et puis... on n'est pas aussi tactile et on n'embrasse pas quelqu'un qui ne nous plaît pas un minimum quand même si ? Si c'était le cas, alors il était encore plus à la ramasse niveau drague. Il aurait pu rentrer dans un petit jeu de séduction afin de s'assurer si la cible était consentante, mais ce n'était pas lui, de plus il n'aurait pas su comment faire n'ayant jamais été confronté à cela. Auparavant il se prenait un bon gros râteau dès le départ, là.... Il avait espoir et ne partait pas défaitiste, peut-être que le dieu de l'amour lui réserverait une belle surprise ce soir ! Son téléphone vibra et le message lui indiqua que l'acteur était d'accord pour cette rencontre aussi étrange soit-elle, sûrement alarmé par le 'c'est important du plus jeune. Parfois il fallait savoir employer les grands moyens, son sms avait fait tilt au moins.

Le reste de la journée ? Un cauchemar il peinait à rester concentré sur ce qu'il faisait et il s'excusa auprès d'un professeur après avoir été surpris à rêvasser. Une chance que ce dernier l'appréciait bien comme nombre d'entre-eux. Après tout, il était un bon élément et suivait toujours avec assiduité, il y avait des rumeurs comme quoi il était bien parti pour être Trainee du mois. Enfin ça, il n'en prenait pas compte, il en avait que faire des privilèges, quoique une petite visite à ses parents, il ne disait pas non, c'est dingue comme ils lui manquaient déjà... Bon même si pour cela il devait essuyer les remarque acerbes d'autres Trainee qui le considéraient comme un arriviste ou un gars qui avait abusé du piston. Si ils savaient ces abrutis, c'est même tout le contraire, Jae Duck avait bataillé des années durant pour l'envoyer dans l'écurie de la StarE mais rien n'y faisait, le jeune homme n'était pas intéressé. Il avait en fait fallut qu'il perde un rêve pour poursuivre un autre, celui de décrocher les étoiles de la StarE. Enfin, les gens savaient toujours juger, faire preuve de bienveillance était bien évidement plus difficile. C'est peu-être aussi pour ça que le blond avait aussi bonne réputation au sein des employés de l'agence, il était facile à vivre, souriant et poli, un cocktail agréable n'est-ce pas ?

Cocktail qu'il espérait conviendrai et charmerai l'homme dont il convoitait le cœur. D'ailleurs... Il était bientôt l'heure, après une douche brûlante où il avait répété mille fois ce qu'il allait dire, ce fut au tour de son apparence d'être savamment étudiée. Parfumé de près, ayant même consenti à souligner ses yeux au khôl, il avait enfilé une tenue qui l'avait toujours mit en valeur soit un marcel blanc, une veste en cuir, un jean déchiré et une de ses paires de baskets griffées. Sa tignasse blonde dompté comme à son habitude en une sorte de crête indéfinissable, il était fin prêt pour rejoindre Min Jae qui devait être très probablement en train de s'engouffrer dans le long couloir. Aller haut les cœurs Dong Sun, au pire tu te prends un râteau, tu t'en es déjà prit des pelletés ah ah putain ...même dans cette situation il fallait qu'il fasse de l'humour, il était irrécupérable sérieux...

À sa grande surprise, Min Jae était un peu en retard, ou alors c'est lui qui était en avance il ne savait plus très bien. Est-ce qu'il allait venir ? Et si il avait deviné ? Et si il avait eu des ennuis ? Les questions étaient tellement nombreuses à affluer à son esprit qu'il n'avait même pas remarqué l'arrivé de Min Jae, sursautant quand il le vit dans son champ de vision. Son cœur battait déjà la chamade, mais là, il était à deux doigts de défaillir. « Bonsoir Min Jae, désolé de t'avoir fait venir ici, mais je ne pouvais pas plus attendre pour te dire ce que j'ai l'intention de te dire ce soir... ne t'inquiète pas il n'y a rien de grave non plus hein ! Juste que j'estime que je dois me montrer franc avec toi car tu es une personne que j'apprécie, une personne que j'apprécie beaucoup. Beaucoup trop pour l'état de son pauvre cœur qui menaçait de déborder de sa poitrine à chaque battement désordonné de sa part. Mais je suis malpoli je ne t'ai même pas demandé comment tu allais, les fêtes se sont bien passées pour toi ? » Il ne faisait que tourner autour du pot, il était ridicule à flipper comme un collégien à l'idée de se lancer, il ne faisait que retarder l'échéance à lui parler de la pluie et du beau temps. Il fallait qu'il agisse !

C'est ainsi qu'il envoya valser tous les scénarios qu'il avait pu se faire dans sa tête, attrapant vivement l'acteur par la nuque, le pressant contre lui avant d'écraser férocement ses lèvres contre les siennes. Il se perdit un instant dans la saveur sucrée de ce baiser avec délice, dégustant chaque secondes comme si elle était la dernière. Ce qui n'était pas tout à fait faut... À regret, il s'était séparé de son aîné en plongeant ses prunelles dans les siennes. «  Choi Min Jae je crois, non, je suis sûr que je t'aime. » Trois mots, deux syllabes, une phrase ce n'était pas si difficile à dire que ça, c'est la suite qui risquait d'être plus ardue...

_________________
At the beginning, I forced myself, sheet after sheet and I wrote that we call words. And it is there! Uh it is there whom I became myself.I put of my person on the white sheets that there was between my exercise books.And I faded, I released myself, at least, I was free on the sound.Whether it is seven years ago or today, that did not change, I stay whom I am.[BTS]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Three words, Two syllables, One sentence   Dim 18 Jan - 18:29


Three words, Two syllables, One sentence
ft. Nam Dong Sun

J'hésite plusieurs minutes devant l'écran de mon téléphone, puis je fini par le ranger dans ma poche sans répondre au dernier message. Dong Sun veut me voir ce soir pour me parler de quelque chose d'important. Bien sur, j'ai essayé de mettre un peu d'humour dans ces échanges mais le cœur n'y ai pas vraiment. Je ne peux pas m’empêcher de me sentir mal à l'aise, j'appréhende énormément même si je lui ai promis de venir au sous sol ce soir. De quoi veut-il me parler ? C'est la première fois que je suis dans cet état là alors qu'il s'agit de Dong Sun. Faut dire que depuis quelqu'un temps, j'ai l'impression que notre relation change petit à petit. Premièrement, je l'avais invité chez moi et assez vite, une séance de massage à débuté sans même que je ne lui demande. Il n'y avait rien de plus qu'un geste amical de ma part, il était vraiment crispé à cause de la boxe. Mais même si je n'ai pas osé lui en parler, j'ai senti de la gène de sa part, il n'était pas comme d'habitude. Et il est même parti très rapidement alors que je lui proposé de rester pour la nuit. Ça aurai déjà du m'indiquer qu'un changement prenait place. Quelques jours plus tard sans nouvelles de lui, j'ai pris l’initiative de le rappeler pour qu'on se voit. Déjà, parce que j'en avait envie, et puis je devais réviser un texte mais sans partenaire, c'est plutôt compliqué. J'étais heureux de le voir finalement accepter. Peut être que j'aurai du lire le script avant par contre...On a commencer à jouer nos rôles, ça paraissait si réel que tout c'est fait un peu trop naturellement. La fin consistait à embrasser la personne devant moi. Ce que j'ai fait sans même m'en rendre compte sur le coup. Ce moment avait quelque chose de différent, d'ailleurs le baiser à duré un peu plus longtemps que je l'aurai fait lors de la scène initiale. Je n'ai ni excuse ni explication sur ce moment de perte, et je n'ai pas revu mon ami depuis tout ce temps.

Je suis tiré de mes pensée par la voix du directeur artistique m’annonçant le début du tournage. Je souffle un bon coup avant de me diriger vers le plateau où ma partenaire se tient déjà prête. Une ravissante femme et surtout très douée, j'ai vu plusieurs de ces dramas et j’apprécie beaucoup son jeu. Une fois les dernières retouches faites, le signal nous ai donné. Le feeling passe bien mais j'arrive pas à être dans mon personnage. C'est celle à laquelle Dong Sun m'a aidé et j'ai encore trop le souvenir de sa présence pour que je puisse me concentrer sur m partenaire actuelle. Plusieurs fois, on doit recommencer parce que mon jeu est mauvais. Je me prends des remontrances et plusieurs fois, je m'excuse en essayant de améliorer. Au final, la dernière scène arrive. Mais alors que je suis à quelques centimètres à peine de son visage, je m'arrête. Elle semble attendre que je l'embrasse comme c'est prévu dans le script mais je n'y arrive pas. A la place, je me recule vivement, personne ne s'y attendais. Je simule que je me sens mal, ce qui n'est pas tout à fait faux dans le fond. Tout le monde semble découragé mais finalement, ils m'accorde le repos demandé et ils m’informent qu'ils filmerons à la place des scènes secondaires où je n'apparais pas. Satisfait de ce compromis je quitte rapidement les lieux.

21h est encore loin, alors j'en profite pour passer chez moi. Niran n'est pas là alors c'est seul que je tourne en rond entre ces murs. Pour me détendre, je regarde un peu la télé, je fini même par m'endormir devant sans le vouloir. Une chance pour moi que lu hurlement de la fille du film d'horreur devant lequel j'ai sombré soit aussi strident. Après cette sieste, je file prendre une douche pour mieux me réveiller puis je choisis avec soin mes vêtements. En dirai que je vais à un rendez vous alors que je rejoins juste un ami. Une fois prêt, je ne manque pas de commander une pizza par livraison. Je ne sais pas à quelle heure mon colocataire va rentrer ni même moi d'ailleurs, mais au moins on aura de quoi mangé. La nourriture récupérée, je laisse un mot pour prévenir le thaïlandais de ma sortie puis je prend ma voiture pour rejoindre l'agence, la boule au ventre. Je ne sais toujours pas ce qu'est cette chose si importante qu'il doit me ire, même après avoir réfléchis toute la journée. Enfin, j'aurai très vite ma réponse maintenant que 21h a sonné. Ce n'est pas la première fois que je passe par ici alors je connaît le chemin par cœur. Dong Sun est déjà là. Le voir me fait sourire directement, c'est qu'en plus, il a mis l'une de ses plus belles tenues. Je dois ressembler à un sac à coté mais passons.

Une nouvelle fois, il me devance et prend le premier la parole alors que j'arrive à son niveau. « Bonsoir Dong Sun. » Ses mots me troublent encore un peu plus. Pourquoi faire tout ce cinéma si ce n'était rien de grave ? Il a pourtant toujours était franc avec moi sans qu'on ne soit obligé d'être dans cette situation. Ses derniers mots agrandissent mon sourire encore plus. A mon tour, je prend la parole, essayant d'être le plus normal possible. « Ne sois pas désolé, j'ai compris que c'était urgent. » Je suis incapable de rajouter autre chose. Je jette un coup d’œil derrière lui pour être certain que nous sommes biens seuls, je ne veux pas quel quelqu'un entende ce qu'il tient tant à me dire à moi seul. Je met plusieurs secondes à capter qu'il vient de me poser une question. Je cligne deux fois des yeux avant de me mettre à rire, le tout en me frottant la nuque. « Ah, oui. Je vais bien et pour les fêtes, eh bien je suis resté.. » Mais je ne termine pas ma phrase, mon corps semble paralysé. La surprise passée, je parviens à reprendre possession de mes gestes. Les deux mains appuyées sur ses épaules, il faut que je le repousse. Mais je me sens fermé un instant les yeux comme pour..apprécier ce baiser? Heureusement, le plus jeune met fin à ce qu'il vient de faire. « Arrêtes.. » Mon souffle est court, je n'ose même pas le regarder. Mes mains qui n'avaient jusqu'à la pas bouger quittent vite son corps. Sa voix résonne encore dans mes oreilles. Un pas en arrière, je relève finalement le visage. « Ce ne sont pas des mots à utiliser aussi facilement. » N'est ce pas lui qui vient de me parler de franchise ? Alors pourquoi il ne l'est pas, pourquoi me dire de telles sottises? Si il désire mettre fin à notre amitié, il aurait pu choisir une autre façon de faire.

© EKKINOX


Dernière édition par Choi Min Jae le Dim 1 Fév - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nam Dong SunavatarStar
Messages : 401
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 22
Emploi/loisirs : Leader des ᗡSD
Crédits : Avatar: me Signa: bazzart

MessageSujet: Re: Three words, Two syllables, One sentence   Mar 27 Jan - 16:16

I'm Hurt

Quelle galère sans fin cette journée, Dong Sun avait bien cru ne jamais en voir la fin arriver, c'est qu'elle s’était faite désirer cette traîtresse ! Toutefois, cette dernière arrivée, Dong Su avait perdu  beaucoup de son assurance et le trac avait commencé à nouer son estomac, ce n'était pas la première fois qu’il se déclarait à quelqu'un, et pourtant, tout était si différent. Tout d'abord, l'objet de son affection était un homme, et il fallait le dire, voire sa bisexualité vous tomber dessus aussi brutalement ça faisait un choc l'air de rien, et puis.... il n'avait jamais eu de sentiments aussi fort auparavant, Choi Min Jae obsédait ses pensées les chastes comme les moins chastes au passage. De plus, ce baiser avait finit de mettre le bordel dans ses pensées, il n'avait pas rêvé, leurs lèvres s'étaient pourtant  bien attardées sur leurs jumelles, les mains fourragé les cheveux de l'autre. Toute cette douceur, cette sensualité, c'était encore lui qui avat tout imaginé ? Non, il ne le pensait pas ….

C'est donc avec cette certitude qu'il avait prit la décision d'avouer, non plutôt de déclarer ses sentiment à l'acteur qui, il espère répondra positivement à ses sentiments. L'heure du rendez-vous approchant, le blond s'était mit sur son 31 si on peut dire et avait apporté une attention toute particulière à son apparence. Pas que cette fashion victime en herbe ne le faisait pas habituellement, mais là, il voulait vraiment plaire à son interlocuteur et mettre toutes les chances de son côté .  Faisant les cent pas, c'est avec soulagement et une peur indicible qu'il avait vu son aîné s'approcher. Si il s'était écouté il aurait fuit à toute jambes comme la dernière fois, mais la peur l'avait cloué au sol et ses jambes ne répondaient plus de rien. Les viles, à quoi ça servait d'avoir d'avoir d'aussi grandes jambes si elles ne servaient pas dans ce genre de situation. Mais bon, il fallait bien qu'il se lance...

Tout d'abord, il n'avait pas pu s'empêcher de débiner des banalités, repoussant l'échéance au maximum, il n'allait quand même pas sauter dessus Min Jae tout de suite après tout. « Bonsoir Dong Sun. Putain il était cuit sa voix lui faisait toujours autant d'effet et son cœur s'était mit à galoper dans sa propre poitrine. Ne sois pas désolé, j'ai compris que c'était urgent. Si il savait à quel point le sujet était brûlant, il ne serait probablement pas aussi calme. Ah, oui. Je vais bien et pour les fêtes, eh ben je suis resté... » Mais l'acteur n'eut pas  le temps de dire un seul mot de plus que les lèvres du blond s'étaient posées fiévreusement sur les siennes, les dévorant passionnément, Dong Sun tentant de faire passer toute l'étendue de ses sentiments au travers de ce baiser qui avait un coté désespérer en y repensant bien . Puis, les fameux trois mots arrivèrent. Tout ce qu'il ne reçut fut que le regard fuyant de l'autre qui lui asséna pour commencer un «  Arrêtes.... » Il se recula même d'un pas même comme si Dong Sun venait de lui annoncer qu’il était atteint d'une maladie incurable et contagieuse. La gorge du trainee se serre, il savait très bien que la suite n'allait pas lui plaire.

«  Ce ne sont pas des mots à utiliser aussi facilement. » Quoi ? Les yeux du plus jeune s'étaient écarquillés sous l'effet de surprise, il s'attendait à tout, sauf à ça. Comment Min Jae pouvait-il remettre aussi facilement en cause la véracité de ses paroles, les prenant très probablement pour une farce d'ado attardé féru de mauvaises blagues. Le blond se sentait vexé et insulté comme jamais, ils étaient amis ? Mais bien sûr, et on lui sortait ça ? À croire que son aîné ne le connaissait pas aussi bien qu'il semblait le penser. La main du rappeur se posa sur son cœur et son regard dur se posa sur son interlocuteur qui le fuyait. «  Quoi ? Pas des mots à utiliser aussi facilement ?! Tu crois que j'ai dit ça par simple lubie Min Jae ? Tu crois que ça me fait plaisir de me ridiculiser à me pointer la bouche en cœur pour t'avouer qu'un boulet de 19 ans qui a débarqué il y a peu dans ta vie se rend malade depuis plusieurs mois à contenir ses sentiments ! »

Il reprit son souffle qu'un bref instant avant de poursuivre, s'approchant du plus vieux, attrapant son menton afin de le forcer à le regarder . «  T'as beau te la jouer mec plus expérimenté c'est le gamin de 19 piges qui ose te regarder droit dans les yeux en se mettant à nu, à croire que c'est plus facile de jouer dans un  film, au moins ça n'engage pas de réels sentiments ! Il se recula à nouveau, les bras croisés sur son torse dans une posture fermée, sa voix perdant un peu de son intensité, étant même peinée. Si tu savais comment je me sens insulté par tes mots, blessé même. Je croyais pourtant que tu me connaissais et que tu savais que si il y avait bien quelque chose où je n'arrivais pas à blaguer, c'était bien l'amour. Je suis totalement inexpérimenté certes, mais j'ai toujours été honnête. Et là tu me dis quoi ? Les larmes avaient envie de s'échapper, mais étant un combattant, Dong Sun les chassa d'un geste rageur, étirant au passage son khôl en une masse anarchique  et tâchant au passage sa main qui se retrouva noircie. Que ce ne sont pas des mots à utiliser aussi facilement ? Tu crois que je te faisais une blague en te disant ça ? As-tu au moins eu une fois le courage de venir poser tes sentiments aux pieds de quelqu'un en lui laissant l'occasion de t'anéantir le cœur ? Après tout, tu n'as pas du avoir souvent l'occasion de le faire vu le nombre de meuf qui courent après l'acteur phare de la StarE, elles doivent tomber comme des mouche set tu n'as plus qu'à faire ton marché en étant certains que l'élue n'attend que ça de ta part que tu te déclares à elle.... »

Il repassa une main sur ses yeux afin de chasser le maquillage qui avait coulé, ses yeux s'en retrouvant étirés, aiguisés comme les lames de rasoirs qui lui transperçaient actuellement le cœur, ou du moins ce qu'il en restait. « Mais alors dans ce cas, pourquoi ce putain de baiser de la dernière fois s'est éternisé hein ? Va pas me dire que c'était dans le script que ta langue vienne presque me toucher les amygdales ! À moins que ce n'était ton expérience bi-curious de l'année et que tu ne voulais pas assumer . T'aurais pu me le dire au lieu de me laisser dans le flou comme ça . Je me retrouve comme un con maintenant... Enfin bon, il me semble que la réponse est claire. Tu n'es clairement pas intéressé par moi, et de toute manière tu ne prends pas au sérieux mes sentiments.... Si tu savais comme j'ai mal en cet instant Min Jae... »Trois mots, deux syllabes, une phrase pour vous faire souffrir, c'était aussi simple que ça.

_________________
At the beginning, I forced myself, sheet after sheet and I wrote that we call words. And it is there! Uh it is there whom I became myself.I put of my person on the white sheets that there was between my exercise books.And I faded, I released myself, at least, I was free on the sound.Whether it is seven years ago or today, that did not change, I stay whom I am.[BTS]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Three words, Two syllables, One sentence   Dim 1 Fév - 21:16


Three words, Two syllables, One sentence
ft. Nam Dong Sun

Je ne veux pas être ce soir. Je ne suis pas d'humeur à voir qui que ce soit, encore moins celui qui m'a demandé de le rejoindre au sous sol. Il est la dernière personne que je veux voir en ce moment. C'est dur à dire, mais je ne suis pas prêt à lui faire face depuis ce qu'il s'est passé la dernière fois. Mais j'accepte pourtant notre rencontre. Il dit avoir quelque chose d'important à me dire, je ne pouvais donc pas refuser. J'ai l’espoir que peut être on arrivera enfin à débloquer la situation invivable dans laquelle nous sommes. Pour autant, cette idée ne me réjouit pas et toute mon humeur s'en ressent. D'abord perdu dans mes pensées, je sursaute en entendant la voix si reconnaissable du directeur puis je rejoint le plateau pour une scène. Mais je ne suis pas du tout dedans. C'est exactement le passage sur lequel Dong Sun m'a aidé et sur lequel j'ai fait n'importe quoi à la fin. C'est d'ailleurs avant ce moment là que je me stop. Je ne parviens pas à jouer, à me mettre dans le personnage. Finalement, n'y tenant plus, j'annonce mon départ et je finis par rapidement quitter les lieux sans un remord.

Arrivé chez moi, je ne suis pas mieux pour autant. Seul, je tente de m'occuper par n'importe quel moyen mais contre toute attente, je finis par piquer un somme. Même si ce dernier n'est pas des plus réparateur, il m'a permis de récupérer un peu et surtout de me détendre. La télé me réveille en sursaut, l'heure sur la pendule juste au dessus m'indique qu'un certain temps a défiler ce qui ne fait que me rapprocher de l'heure fatidique. Je soupire un grand coup avant d'aller me préparer. Comment se fait-il que je stress autant ? Que j'appréhende autant de revoir celui que je considère encore et toujours comme un ami proche ? Pour le coup, je n'ai personne d'autres que moi à blâmer, c'est moi qui ai déconné, il va falloir que j'assure tout à l'heure. Une fois fin prêt et la pizza mise en évidence pour mon colocataire, je finis par rejoindre ma voiture, direction l'agence où le plus jeune est sûrement déjà arrivé. Du parking, le sous sol est très vite accessible. Tout en marchant, je peux voir de plus en plus net la silhouette de celui qui semble m'attendre. Le stress est toujours là mais grâce à mes années d'acteur, je parviens à garder une attitude calme, tout le contraire de ce qu'il se passe en moi.

Arrivé à sa hauteur, je répond à son salut. Je ne peux m’empêcher de le détailler alors qu'il me parle, cette tenue lui va vraiment bien, et je dois faire un effort monumental pour m'arracher à ma contemplation et répondre à la question posée. Seulement, je n'ai tout simplement pas le temps de terminer ma réponse. Cette fois, il est l'initiateur de ce nouveau baiser entre nous. Différent du premier, celui ci à un goût totalement différent et je suis tout simplement incapable de le repousser. Quelques secondes à peine, mon esprit est absent, happé par ce moment. Ce n'est que lorsque qu'il relâche la pression que je prend conscience de l'ampleur de ce geste. La première chose que je fait, c'est détacher mes mains de lui et de baisser les yeux. Une pas en arrière, j'entends avec horreur ces trois mots dont je me considère presque comme allergique. Je n'aime pas ces mots, je ne veux pas les entendre, encore moins de lui. Il n'a pas le droit de me les prononcer et je ne me gêne pas pour lui en faire la remarque bien que je reste soft dans mes mots. Je ne veux pas non plus le blesser ou devenir méchant, il ne doit juste pas me dire cela, encore moins ressentir la signification de ses paroles. Mon regard se porte finalement sur lui dés lors que je l'entend. Un instant, je regarde sa main sur son cœur avant de planter mes yeux dans les siens bien que je n'arrive pas à le tenir très longtemps.

« Dong Sun.. » Je ne veux pas en entendre plus mais il est déjà bien trop lancé dans ce qu'il raconte, alors je l'écoute. Ses questions ne demandent cette fois pas de réponse, je n'en ai de toute façon pas à lui en fournir. Les lèvres closes, je ne répond rien. Son geste me fait relever la tête, mais je m'empresse de dégager sa main de mon visage sans aucune douceur. Je ne veux pas qu'il me touche, tout comme j'aimerai qu'il arrête de parler une bonne fois pour toute. Si je ressentais jusqu’à la de la peine, de la gêne et j'en passe, c'est à présent de l'agacement qui déforme mes traits. Qui est-il pour me parler comme ça ?
« Me la jouer le mec expérimenté ? N'importe quoi. Je ne joue à rien du tout, d'ailleurs je devrai même te retourner la question. Réels sentiments ? Je crois que tu ne te rends pas compte de ce que tu es en train de raconter. »
Je le toise alors que cette fois, il est celui qui s'éloigne. Je ne voulais pas dire ça sur ce ton, mais il dépasse les limites. Je l'ai blessé ? Ce n'est pas ce que je recherchais, mais peut être qu'il comprendra de cette façon son énorme connerie, car ce n'est pas possible que tout soit vrai. « Peut être que je ne te connais pas aussi bien alors finalement. Je ne te pensais pas capable d'être aussi bête. Tu l'as dit toi même, tu es inexpérimenté, tu ne sais pas ce que c'est que d'être amoureux. Je ne remet pas en doute ta sincérité, j'essaie de te faire comprendre que tu te trompes totalement .. »

De mon coté aussi, ma voix s'est finalement radoucie. Parce que j'ai vu les larmes naître dans ses yeux et sa main les faire disparaître rapidement. Son maquillage jusqu'à impeccable ne ressemble plus à rien en cet instant, mais ce n'est pas ce qui me préoccupe le plus. Ça lui donne un air plus malheureux encore, et ce serai mentir si je disais que tout ça ne me fait rien. Cette discussion est ridicule, elle n'a même pas lieu d'être. Mais il ne semble pas avoir compris le sens de mes paroles. Il insiste et ça me gonfle. Qu'est ce que je dois faire moi à présent ? Je ne pensais pas qu'un tel jour arriverai, que mon récent ami vienne se déclarer à moi. Un ami, un homme, et une personne bien plus jeune que moi. Je respire longuement en me pinçant l'arrête du nez, fermant les paupières un quart de seconde. Finalement, je fait un pas vers lui en relevant le visage, me sentant attaqué par ses mots. « Moi aussi... Je croyais que tu me connaissais assez pour savoir que je suis loin d'être le mec à agir comme tu le décris. Tu crois que parce que des femmes scandent mon nom, je vais en prendre une au hasard et en profiter ? Tu me vois vraiment comme ça ?! » J’attends sa réponse avant de reprendre sur le même ton. « Pour en revenir à ce que tu disais avant. Si ce n'est pas une blague, alors qu'est ce que c'est ? Un mensonge que tu te fais à toi même Dong Sun. Parler de sentiments... Encore une fois, je te le répète, tu ne sais pas de quoi tu parles. Tu verras à ton âge, ça t'arrivera souvent. Ce ne sont que des amourettes d'ado, rien de plus. Rien de vrai, rien de concret. » N'ayant plus rien à ajouter, je commence à m’éloigner pour quitter les lieux le plus rapidement.

Malheureusement pour moi, sa voix parvient de nouveau à mes oreilles et je me retourne pour lui faire finalement face. Son regard me plante sur place, c'est la première fois qu'il pose sur moi de tels yeux, c'en est presque effrayant. Mais je ne dois pas céder, je prend sur moi et le supporte. Je ne répond pas tout de suite. Ma gorge asséchée m'en empêche. Il a l'air tellement mal, et savoir que c'est à cause de moi est certainement le plus difficile. Je ne veux pas à nouveau hausser la voix, mais ses mots m'ont fait mal aussi, il m'est impossible de tenir un discours calme. « C'était une erreur. Une putin de connerie de ma part. Tu comprends là?! Je t'ai embrassé parce que j'en avais envie. Aujourd'hui, il ne se passe pas une minute sans que je ne le regrette. Il n'a jamais était question de sentiment Dong Sun, à aucun moment. On était pote, rien de plus. » Je prend le temps de calme ma respiration saccadée et de posée ma voix. Mes yeux me piquent un instant à cause de l'eau qui s'y accumule mais que je parviens à retenir. Je n'ai même pas capté que je venais d'utiliser le passé pour parler de notre relation. « Pourquoi tu fais ça ? En dirai que tout est de ma faute. Mais au final, c'est toi qui vient de faire la plus grosse connerie. Je ne suis pas intéressé par toi sur ce plan là, mais je tiens à notre amitié, contrairement à toi en dirai. Je suis désolé de t'avoir blessé mais je suis honnête. Oublie ces baisers et va fréquenter des gens de ton âge. »
Et ouvre enfin les yeux... Ses derniers mots ne sortent pas, je pense en avoir déjà assez dit. Je détoure finalement le visage pour ne plus à avoir à le regarder. « C'est tout ce que tu avais à me dire ? C'était ça la chose importante? »


© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Nam Dong SunavatarStar
Messages : 401
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 22
Emploi/loisirs : Leader des ᗡSD
Crédits : Avatar: me Signa: bazzart

MessageSujet: Re: Three words, Two syllables, One sentence   Mar 3 Fév - 18:50

I'm Hurt

« Dong Sun... » Voilà tout d'abord ce qu'il trouve à lui  répondre en tenant à peine quelques secondes son regard, pour le courage, on repassera . Le blond se traitait de couard, mais de l'autre côté ce n'était pas bien mieux actuellement... Excédé, le plus jeune s'était rué sur l'autre, l'acculant contre un mur, attrapant son visage afin de le contraindre à le regarder. Mais une nouvelle fois, Min Jae avait fui son regard en dégageant vivement sa tête. Un nouveau geste de rejet...Le cœur déjà ben malmené du rappeur se resserra un peu plus, les soldes avaient commencé, il en avait pour son argent aujourd'hui comme ça. L'énervement gagne également l'autre côté et l'aîné lui crache presque . «  Me la jouer le mec expérimenté ? N'importe quoi. Ce n’était pas très beau les dénis de réalité, il ne manquait plus que le ton un brin moralisateur et on avait le parfait exemple de l'adulte qui remontait les bretelles à un enfant ayant fait une bêtise. Il ne se voyait même pas faire, et pire, il continuait ! Réels sentiment ? Je crois que tu ne te rends pas compte de ce que tu es en train de raconter. » Bien évidement, après tout ce n'était qu'un petit abrutit qui n'avait même pas encore soufflé ses vingts bougies, forcément que monsieur Choi Min Jae ne pouvait que détenir la vérité absolue. Pour un gars qui était bien souvent paumé, il semblait bien sûr de lui à l'heure qu'il était et son ton condescendant ne faisait que grimper en flèche l'énervement du trainee.

Une chance que le blond avait depuis de nombreuses années renoncé à la violence, sinon, il n'aurait pas donné cher actuellement du si beau visage de l'acteur. Il s’était éloigné en soupirant, voyant à nouveau son interlocuteur lui répondre tout en le toisant, manque de po pour lui il mesurait trois centimètres de moins que lui et Dong Sun ne s'était pas gêné pour se redresser de toute sa hauteur, il n'allait pas lui faire se plaisir en s'écrasant . «  Peut-être que je ne te connais pas aussi bien alors finalement. Je te ne pensais pas capable d'être aussi bête. Tiens maintenant les insultes, bien qu’élégamment formulées, étaient de la partie ? C'était bas ça … Tu l'as dit toi-même, tu es inexpérimenté, tu ne sais pas ce que c'est d'être amoureux. Je ne remet pas en doute ta sincérité, j'essaie de te faire comprendre que tu te trompes totalement... » Et après cela il osait encore affirmer qu'il n'était pas en train de lui faire la leçon ? Il ne manquait pas de toupet ce soir !  «  Pour un gars qui n'était pas censé  se la jouer expérimenté , excuse moi mais  on est en pleins discours d'un de ces gars là Min Jae .T'es tu seulement entendu un instant ? Il reprit alors les paroles de son interlocuteur. 'Je ne te pensais pas capable d'être aussi bête', au passage merci, ça fait toujours chaud au cœur d'être traité comme un demeuré, t'as beau cracher sur les gens qui me traitaient de la sorte, finalement tu ne vaut pas mieux qu'eux... Il continua son énumération. ' Tu ne sais pas ce que c'est d'être amoureux.' et puis...' J'essaie de te faire comprendre que tu te trompes totalement.' Et tu oses m'affirmer que tu n'es pas en train de me faire la leçon comme on la fait à un gosse ? Tu te fou complètement de ma gueule là.... »

Finalement, la jeunesse et la sensibilité de Dong Sun avaient vilement fait couler les larmes sur ses joues à présent maculées de noir. Le tout ayant été rageusement effacé par la main de celui qui s'était confessé. Il était en train de se ridiculiser littéralement face à celui qui s'était joué de lui, quel beau spectacle. Lorsqu'il avait rouvert les yeux, il était tombé sur l'acteur en train de se pincer l'arrête du nez comme lorsque l'on le fait quand un intrus indésirable nous prenait considérablement la tête. Voilà ce qu'il état devenu pour lui alors ? Un indésirable qui lui prenait de son temps en l'énervant pour rien visiblement. Pourquoi avait-il accordé autant de temps à cette personne qu'il reconnaissait de moins en moins au fil de cette conversation, du moins si on pouvait appeler cela ainsi... «  Moi aussi... Je croyais que tu me connaissais assez pour savoir que je suis loin d'être le mec à agir comme tu le décris. Tu crois que parce que des femmes scandent, le plus jeune retint un sifflement sarcastique, il s'entendait là le King Choi Min Jae ? Il fallait redescendre sur terre, c'était les chanteurs qui se voyaient adulés, lui il ne divertissait que l'adolescente entre deux révisons le temps d'un épisode. Je vais en prendre une au hasard et en profiter ? Tu me vois vraiment comme ça ?! » Il relève la tête tout en soutenant son regard, si il croyait que le plus jeune allait détourner la tête, il se mettait le doigt dans l’œil. Encore plus si il croyait que le rappeur allait bouger, si il le dégoûtait autant que cela, pourquoi venait-il encore de faire un pas vers lui ? Toute cette histoire commençait à le fatiguer, finalement, il aurait bel et bien fait de rester comme à son habitude un couard. Voilà comment était récompensée son courage, par toute cette mascarade...

Puisque son vis-à-vis attendait visiblement une réponse, le trainee lui répondit les bras croisés sur le torse. «  Attend laisse-moi rire Min Jae. Pas ton genre ? Tu veux que je te rappelle ton nombre tout bonnement hallucinant de conquête sans que tu ne te cases avec aucune ? Si ce n'est pas profiter c'est quoi alors ? Finalement toi aussi tu n'as pas l'air aussi expérimenté que ça pour savoir ce que c'est de ressentir de réels sentiments  vis-à-vis d’une personne. Elles sont combien déjà à avoir été larguées dès qu'il a été question que l'on te présente à tes futurs beaux-parents ? Pour un phobique de l'engagement, je trouve ça un peu  hypocrite de me voir m'affirmer que je ne sais pas ce que c'est d'aimer. Enfin j'en ai peut-être même une meilleur idée, je sais à quel point on peut faire mal à une personne amoureuse toi ça doit tout au plus t'empêcher de dormir certains soirs... »  Et il ne pouvait pas démentir ses mots. Combien de fois avait-il lu sur le net qu'une des relations à l'acteur s'était malheureusement terminée après quelques mois . Les rumeurs étaient les mêmes à chaque fois, il était question que la jeune femme éconduite souhaitait lui présenter ses parents. Une fois, deux fois... Mais tout le temps non, et puis il avait bien eu confirmation de son aîné que Min Jae n'avait jamais eu de relation excédant quelques mois. Manque de chance pour son aîné, contrairement aux apparence, le blond avait une excellente mémoire.

« Pour en revenir à ce que tu disais avant . Si ce n'est pas une blague, alors qu'est-ce que c'est ? Hum attendez... Il semblerait que ce soit la vérité et ce qu'IL ressentait, mais vu comment était parti l'acteur, la suite promettait d'être une nouvelle foi divertissante. Un mensonge que tu te fais à toi-même Dong Sun. Et voilà c'était reparti... Il allait ressortir son disque d'il y a quelques minutes le monsieur je sais tout. C'était à se demander si être aussi obstiné devait forcer l'admiration ou bien déclencher de l'exaspération chez le trainee. Parler de sentiments... Ah c'est sûr qu'on avait là devant lui un grand spécialiste ! Encore une fois, je te le répète, tu ne sais pas de quoi tu parles. Tu verras à ton âge, ça t’arrivera souvent. Ce ne sont que des amourettes d'ado, rien de plus. Rien de vrai, rien de concret. » Alors là, c'était la meilleur ! Dong Sun ne put retenir un grand éclat de rire, il ne pouvait décidément pas se retenir devant le tissu de bêtises que lui avait agité son interlocuteur. Le meilleur étant résidant bien évidement dans la dernière phrase de Min Jae. Toujours aussi railleur le blond avait raillé avec un petit sourire en coin son aîné. «  C'est sûr que pour les relations concrètes nous avons un grand spécialiste devant nous ! C'est vrai je l'avais complètement oublié... Et en plus une nouvelle fois tu me traites comme un gamin, ce n'est pas comme si j'étais majeur hein. Avant de t'imposer comme le grand spécialiste des relations concrètes et vraies faudrait-il encore que tu aies réussi à en vivre une ... »

Fatigué, le jeune homme avait une nouvelle fois essuyé ses larmes en fixant l'autre d'un regard transperçant. Sa voix s’était même radoucie, comme dévastée d'avoir tant été sollicitée Toutefois ce ne fut pas le cas du plus vieux qui avait été lui aussi sensiblement blessé par les paroles de son cadet. «  C'était une erreur. Un putain de connerie de ma part. Tu comprends là ? ! Oui merci, il n'était pas bouché, pas besoin de lui décoller les tympans. Je t'ai embrassé parce que j'en avais envie. Best explication ever, et après c'était lui le gamin ? On avait l'impression d'entendre un petit gars de 5 ans à tout cassé qui expliquait que si il avait volé la toupie à truc c'était parce que qu'il en avait envie....Aujourd'hui, il ne se passe pas une minute sans que je le regrette. Il n'a jamais été question de sentiment Dong Sun, à aucun moment. On était pote, rien de plus. » En effet il pouvait utiliser le passé en parlant de leur relation, car le rappeur n'avait aucunement l'intention de lui ré-adresser la parole de sitôt. Enfin maintenant que Min Jae était lancé autant continuer de l'écouter. «  Pourquoi tu fais ça ? On dirait que tout est de ma faute. Bah techniquement Ducon ouai en majeur partie c'est toi le responsable avec tes caprices. Mais cela, le blond se garda bien de le dire pour le moment, ne voulant tout de même pas insulter aussi directement une personne plus vieille que lui. Je ne suis pas intéressé par toi sur ce plan là, même si t'avoir récuré les amygdales était bien sympa,  mais je tiens à notre amitié, contrairement à toi on dirait. Je suis désolé de t'avoir blessé, mais je suis honnête. Ah car lui était un menteur peut-être ? Oublie ces baisers et va fréquenter des gens de ton âge. En effet il avait assez côtoyé un vieux gros con comme lui. C'est tout ce que tu avais à me dire ? C'était ça la chose importante ? »

Et en plus ce lâche n'osait même plus le regarder, finalement, il avait bien fait de s'être déclaré. Il avait découvert à quel point l'homme qu'il adulait tant était pathétique. Il n'aimait pas un homme en fait, mais un ado qui était tout aussi effrayé que lui par les sentiments, il n'avait pas besoin de cela, sinon il n'avait qu'à 'fréquenter les gens de son âge' . Il voit bien que des larmes son également venue tarauder l'acteur, mais  à l'instant il préférait les ignorer, il ne s'excuserait pas pour avoir fait la regrettable erreur de tomber amoureux de Choi Min Jae. Pour sa part, Dong Sun reste calme préférant s'adosser contre un mur tout en continuant de regarder le couard qui fuyait comme la peste ses prunelles. «  Si comme tu le dis si bien je ne sais pas ce que c'est l'amour. Alors pourquoi, toi l'adulte responsable, tu t'es laissé aller à embrasser un jeune qui risquait de tout mélanger. La seule chose dont je sois coupable, c'est d'être tombé amoureux de toi après TES conneries. Finalement tu reproduis les mêmes erreurs et tu blesses une autre personne qui s'est vu voler le cœur par ton sourire angélique..... Et en effet sitôt que nous aurons finit cette conversation, ou du moins cette mascarade  qui tente de ressembler à une conversation, je vais me hâter de fréquenter des gens de mon âge. Et oui c'est TOUT ce que j'avais à te dire. Il est vrai que déposer son cœur au pied d'une personne on le fait tous les jours. » Trois mots, deux syllabes, une phrase qui seront bien vite oubliés.

_________________
At the beginning, I forced myself, sheet after sheet and I wrote that we call words. And it is there! Uh it is there whom I became myself.I put of my person on the white sheets that there was between my exercise books.And I faded, I released myself, at least, I was free on the sound.Whether it is seven years ago or today, that did not change, I stay whom I am.[BTS]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Three words, Two syllables, One sentence   Lun 16 Fév - 22:40


Three words, Two syllables, One sentence
ft. Nam Dong Sun

Mon réflexe en voyant Dong Sun s'approcher de moi ? C'est reculer pour m'éloigner. C'est me dégager quand il se met en tête de relever mon visage. C'est baisser les yeux quand il me parle. Mettre de la distance entre nous. Je n'aime pas réagir comme cela, encore moins avec lui mais avec ce qu'il vient de se passer à l'instant, je n'ai pas d'autres choix. Si ça ne tenais qu'à moi, il y a même longtemps que je serai déjà parti. Seulement, je n'en ai pas le courage ni le temps de toute façon. Sa réplique me fait réagir au quart de tour. Je tente de ne pas m'énerver, vraiment mais je ne laisse pas passer ce qu'il vient de me dire. Ho, il peut bien me regarder de tout son haut. Il croit m’impressionner ou me faire peur ? Non, je ne fais pas de boxe, je ne suis pas sportif mais je ne le crains pas. Une nouvelle fois, je tente de lui parler le plus posément possible.

Sa question me fait le regarder un long moment. Si je me suis entendu ? Heureusement que oui. « 'Je ne te pensais pas capable d'être aussi bête', au passage merci, ça fait toujours chaud au cœur d'être traité comme un demeuré, t'as beau cracher sur les gens qui me traitaient de la sorte, finalement tu ne vaut pas mieux qu'eux... » On nage en plein délire là ! Si il a bien une chose que je déteste vraiment, c'est qu'on me reprenne, ce que Dong Sun vient de faire à merveille soit dit en passant. Qu'il reprenne mes répliques de drama passe encore, mais pas lorsque ses phrases lui sont à la base destinées. Surtout qu'en plus, j'ai de nouveau était mal compris. « Arrêtes. Je ne t'ai pas traité de demeuré non plus, n’exagères pas avec tes grands mots dramatiques Tu sais très bien ce que je voulais dire. ». Et c'est reparti. Il s'amuse à me citer une nouvelle fois. « Tu ne sais pas ce que c'est d'être amoureux.' et puis...' J'essaie de te faire comprendre que tu te trompes totalement.' Et tu oses m'affirmer que tu n'es pas en train de me faire la leçon comme on la fait à un gosse ? Tu te fou complètement de ma gueule là.... » Je ne bouge pas, je me contente de l'écouter. Qu'est ce que je devrai répondre à ça ? Si je lui répond que non, il serai capable de continuer son speech, si je dis l'inverse par contre, ça risque de dégénérer. Il n'y a qu'à regarder comme il est tendu. « Si tu le dis.. » Je ne peux rien ajouter de plus, déjà que Dong Sun commence à craquer.

C'est la première fois que je le vois pleurer, et j'aurai aimé ne pas en être la cause. Pourquoi faut-il que cette discussion prenne cette tournure ? Parler sur le coup de l'émotion n'est pas une bonne chose à aire, la preuve en est. On aurai du prendre le temps calmement, mais non, il a fallut qu'en bonhomme fier que nous sommes, on s'en envoi plein à la tronche comme en ce moment. Las, je souffle en massant mon visage quelques secondes. Un retour en arrière est impossible. Le plus jeune revient à l'attaque une nouvelle fois, parce que c'est bien ce que c'est, une pique teintée de méchanceté. Je pensais pourtant qu'il me voyait autrement, pas comme un mec facile qui 'sélectionne' ses conquêtes. Encore un sujet que je n'aurai pas du aborder et partager avec lui... Je ne peux tout de même pas m'empêcher de le lui demander clairement. Est ce comme ça qu'il m'a toujours vu ? Quand je suis aller le voir en l'entendant reprendre mes répliques de drama, est ce que déjà il avait cette image de moi ? Et après, une fois que nous nous sommes targués d'être bel et bien ami ? J'amorce un pas vers lui, mon impatience commence à sérieusement se faire sentir.

« T'as finis ?! » Ma question est accompagnée de quelques applaudissements. C'est pitoyable et tellement petit. Je n'ai pas pour habitude de parler de ce sujet avec n'importe qui. Dong Sun est l'un des rares privilégiés et voilà qu'il utilise cela contre moi. C'est blessant, il n'y a pas d'autres mots. « Je te remercie. Utilisé ma 'phobie de l'engagement' comme tu viens de citer, contre moi et à un moment comme celui là. C'est sur que c'est une chose que l'on fait souvent entre amis. Alors pour toi, parce que je suis sorti avec plusieurs petites amies, je suis quelqu'un qui n'y connaît rien en sentiment? T'as raison, je n'ai peut être pas était honnête avec chacune d'elle, je le reconnaît. Mais j'en ai aimé, sincèrement même si ça n'a jamais marché. Et crois moi, je n'en suis pas ressorti indemne, mais tu as l'air de savoir bien mieux que moi de toute façon. » Cette parenthèse fermée avec peu de douceur, je continu sur ma lancée. Pourquoi ne pas se faire une raison ? Il m'oblige à insister, à continuer mais j’ai comme l'impression de parler à un mur. Sauf que ces derniers ne rient pas de cette façon. Quel manque de respect. Si j'en avait le courage, il y aurai longtemps que je l'aurai remis à sa place sans faire plus d'histoire, ne serait que pour lui enlever ce sourire ridicule qu'il aborde. « J'en conclu donc que tu es à un point où tu n'écoute même plus ce que je te dis. Mais vois tu, je ne vais pas me répéter, je commence à en avoir ma claque de cette discussion qui ne rime à rien. »

Est ce que j'ai vraiment cru un instant qu'on allait s'en arrêter là ? J'aurai vraiment aimé pourtant. Sauf que le sujet sensible est de nouveau mis sur le devant de la scène. C'est vrai, je l'ai embrassé le premier. Pour quelle raison ? Est ce qu'il faut vraiment que je me justifie sur cet acte ? Il n'a même pas l'air de me croire quand je lui répond sincèrement. Une envie soudaine que je n'ai pas freiner, rien de plus rien de moins. Mais je ne le regrette pas contrairement à ce que je lui dit. Je regrette par contre tout ce qui arrive à cause de ça, les 'sentiments' de Dong Sun, mes nouveaux doutes, cette discussion. Je n'ai plus l'impression de me tenir devant ce jeune à qui je m'étais fortement attaché ces derniers temps, il a l'ai tellement différent. Je met ça sur le compte de la différence d'âge, il est peut être mature il n'en reste pas moins qu'un gosse de vingt ans. C'est des amis de son âge qui lui faut, certainement pas un vieux comme moi. Mais je l'ai peut être compris trop tard. L’énervement se calme lentement en moi maintenant que j'en suis arrivé à cette conclusion, le mal a été fait. Ma dernière question lui parvient alors que je suis déjà sur le point de partir.

Je hausse les épaules. Je marche déjà vers la sortie, passant devant lui sans même lui accorder de regard. Je ne m'arrête qu'un peu plus loin. « Il ne fallait pas tout confondre, mais je te l'ai assez dit à présent. Je ferai très attention de ne plus faire cette erreur une nouvelle fois. ». Je me retourne une dernière fois vers lui, plantant mon regard dans le sien. « On risque de se croiser souvent à présent que tu es trainee, alors pour notre bien à tout les deux, je te propose qu'on se contente seulement des salutations minimales. Si c'est bien tout ce que tu avais à dire, alors je n'ai rien à ajouter de plus. » Ce n'est tellement pas moi, mais je n'ai pas d'autres choix maintenant. Je reprend finalement ma route en me détournant, j'ai hâte de partir loin d'ici, de rentrer chez moi. J'espère que mon colocataire est rentré à présent, je trouverai peut être avec lui le réconfort dont j'ai cruellement besoin.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Nam Dong SunavatarStar
Messages : 401
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 22
Emploi/loisirs : Leader des ᗡSD
Crédits : Avatar: me Signa: bazzart

MessageSujet: Re: Three words, Two syllables, One sentence   Jeu 26 Fév - 9:27

I'm Hurt

Difficile de croire qu'une banale déclaration de sa part avait pu déclencher un tel désastre, et pourtant il aurait pu bien se pincer aussi fort qu'il le voulait, ce cauchemar était hélas on ne peut plus réel. Alors qu'hier encore les contacts entre eux étaient aussi simple que de se dire bonjour, maintenant l'acteur le fuyait comme si un seul autre frôlement de sa part aurait suffit à lui brûler la peau au troisième degré. Une insulte de plus ou une insulte de moins, ils n'en n'étaient plus à ça près, Dong Sun sachant pertinemment que le reste ne tarderait de toute manière pas à venir. Alors qu'il expose les faits à son aîné ce dernier semble de plus en plus agacé. « Arrêtes. Je ne t'ai pas traité de demeuré non plus, n'exagères pas avec tes grands mots dramatiques. Tu sais très bien ce que je voulais dire. » Et bien à vrai dire... non et en plus il l'avait coupé en pleine phrase, déjà que cette discussion n'était pas assez houleuse comme ça, il fallait que l'acteur fasse prévaloir son plus grand âge en se permettant de le couper . De quoi remettre une belle giclée d'huile sur le feu. «  Si tu le dis... » Le châtain n'ayant pas jugé utile de l'enfoncer encore plus sûrement après l'avoir vu commencer à pleurer. Jamais le rappeur ne s'était senti aussi minable de toute sa courte vie..

Mais une fois remit de ses émotions et les larmes séchées et taries dans ses prunelles tout de même encore brillantes, la dispute avait reprit de plus belle. On voulait lui faire la morale sur ce qu'était l'amour, mais son interlocuteur pouvait-il se permettre de lui faire la leçon avec ses relations anarchiques ? Avant d'aller critiquer les autres, il fallait passer un coup de ballet devant chez soi avant...Toutefois, ce n'est que trop tard que Dong Sun se rendit compte qu'il avait très probablement blessé son vis-à-vis . Mais pour les excuses il repassera, il était bien trop en colère actuellement pour y penser. « T'as fini ?! Des applaudissements ayant accompagné les mots de l'acteur. On pouvait lui reprocher d'être un gamin, mais à presque 28 ans son interlocuteur ne faisait pas preuve de bien plus de maturité. Je te remercie. Utiliser ma 'phobie de l'engagement' comme tu viens de citer, contre moi à un moment comme celui là. C'est sûr que c'est une chose que l'on fait souvent entre amis. Sur ce point là il marquait un point, Dong Sun avait agit bassement et s'en mordait très probablement les doigts dès qu'il aurait retrouvé ses esprits. Alors pour toi, parce que suis sorti avec plusieurs petites amies, je suis quelqu'un qui n'y connaît rien en sentiment ? Il n'avait aucunement formulé ses paroles de la sorte, encore une fois on l'avait comprit de traverse, mais soit qu'il arrange le tout à sa sauce, de toute manière il n'avait pu que continuer de l'écouter. T'as raison, je n'ai peut-être pas été honnête avec chacune d'elle, je le reconnais. Et là c'était censé jouer en sa faveur cette confession ? Car on repassera, mentir à sa moitié, c'était une des pires choses que l'on pouvait faire... Mais j'en ai aimé sincèrement même si ça n'a jamais marché. La faute à qui ? Ce genre de pathologie ça se soignait très bien avec un psy, il se complaisait donc pas un peu dans cette situation non ? Et crois-moi, pas le choix en même temps, je n'en suis pas ressorti indemne. Pour cela il voulait en effet bien le croire, l'amour laisse de sacré vilaines traces sur les cœurs les moins bien accrochés. Mais tu as l'air de savoir bien mieux que moi de toute façon. » Une nouvelle fois les propos du rappeur ayant été porté à une interprétation fantaisiste, mais passons.

Le ton s'était encore durcit entre eux et l'ironie était devenu une nouvelle arme à l'arsenal affûté du plus jeune qui n'hésitait plus à en faire usage, pourquoi se retenir après tout, cette relation était perdue non ? Alors autant s'en aller avec l'impression de ne s'être pas une nouvelle fois écrasé. «  J'en conclus donc que tu es à un point où tu n'écoutes même plus ce que je te dis. Mais vois-tu, je ne vais pas me répéter, en effet car là ça commençait à devenir légèrement relou de l'entendre, au moins un point où il était d'accord. Je commence à en avoir ma claque de cette discussion qui ne rime à rien. » En même temps le plus âgé refusait d'endosser ses torts, il ne trouvait seulement que des reproches à lui adresser. On avait très souvent tendance à l'oublier, mais du haut de ses à peine vingt ans, Dong Sun était encore très proche de l'adolescence et était en pleins dedans lorsqu'il s'agissait du domaine amoureux, difficile pour lui de discerner le vrai du faux. Pourtant Min Jae le savait bien, alors pourquoi avait-il joué de la sorte avec ses sentiments ? Comment avait-il pu aussi aveugle au point de ne rien remarquer, se contentant d’excentriquement continuer à le torturer à chacune de leurs rencontres.

Mais la torture touchait maintenant à sa fin, son interlocuteur ne prenant même pas la peine de rester en place afin de clore cette pitoyable représentation. «  Il ne fallait pas tout confondre, mais je te l'ai assez dit à présent. Je ferais très attention de ne plus faire cette erreur une nouvelle fois. » Et des excuses pour avoir foutu ce gros bordel dans sa vie non ? Un gamin qui aurait cassé la poupée de sa petite sœur aurait lui eu la décence de finir par présenter ses excuses si il avait été un minimum bien élevé. Mais non, monsieur Choi Min Jae le monarque des cœurs déchus n'en n'avait que faire, il se contenterait simplement de ne pas recommencer. Très probablement pour s'assurer des douces nuits de sommeil. «  On risque de se croiser souvent à présent que tu es trainee, alors pour notre bien à tous les deux, je te propose qu'on se contente seulement des salutations minimales. Le blond hochant la tête positivement au même moment, ce deal lui convenait. Si c'est bien tout ce que tu avais à dire, alors je n'ai rien à ajouter de plus. »

Dong Sun observa l'autre faire quelque pas avant de lâcher lui aussi ses dernières paroles. Amère, il rejeta son cuir fraîchement retiré par dessus son épaule. «  Finalement, tu as raison, je ne peux pas être amoureux de toi, comment peut-on l'être d'une personne aussi égoïste ? Merci de m'avoir ouvert les yeux Min Jae, tu n'étais en aucun cas le personne à qui je devais me déclarer. La prochaine fois où mon cœur s'ouvrira, je m'assurerais que la personne soit digne d'un 'je t'aime'... » Sur ce, le rappeur s'était lui aussi remit en chemin. Trois mots, deux syllabes, une phrase pour réduire à néant votre cœur...

_________________
At the beginning, I forced myself, sheet after sheet and I wrote that we call words. And it is there! Uh it is there whom I became myself.I put of my person on the white sheets that there was between my exercise books.And I faded, I released myself, at least, I was free on the sound.Whether it is seven years ago or today, that did not change, I stay whom I am.[BTS]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Three words, Two syllables, One sentence   

Revenir en haut Aller en bas
 

Three words, Two syllables, One sentence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» What are words if you really don't mean them when you say them!
» Kotonoha no Niwa (The Garden of Words)
» Reese-My feelings are too loud for words and too shy for the world.
» Julian Ҩ “My feelings are too loud for words and too shy for the world.”
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Entertainement  :: Anciens rp-