AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entrevue ft Shin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
MessageSujet: Entrevue ft Shin   Mar 14 Avr - 15:30


Shin Il & Mun Hee

« Le présent n’est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l’action. »   Simone de Beauvoir


Mes vacances de noël se sont terriblement bien passées. De France, je ne ramène pas que des souvenirs et des cadeaux, il y a également le certificat de mariage qui prouve que Tae Hwan et moi, nous nous sommes mariés. Cela s'est vraiment organisé à l'arrache, ma demande était très subite en même temps. Cela aurait été compliqué de retourner en Corée, revenir ici et repartir encore juste pour le mariage. Puis, comme on a un peu fait jouer nos relations, cela n'a pas été aussi compliqué que cela d'obtenir un créneau horaire. La cérémonie devant l'adjoint au maire n'ayant duré que trente minutes top chrono. Ayant aussi emménagé avec Tae Hwan plus officiellement, le moins que je puisse dire est que je nage dans le bonheur le plus complet. Je n'arrive pas encore à réaliser tout ce qu'il s'est produit ces derniers mois, mais je compte bien encore en profiter à l'avenir. Après tout, lui et moi sommes bien placés pour savoir que du jour au lendemain on peut tout perdre.

Le quotidien de retour, il a bien fallu se remettre à travailler. Mon mari étant très sollicité par les différentes activités et projets des groupes confirmés ou en phase de lancement, il n'est que peu disponible. C'était vraiment une bonne idée que d'emménager tout les deux, sinon on ne se verrait presque pas. Là au moins, on dort ensemble. De mon côté cela a plutôt été tranquille, je n'ai fait que quelques shooting. C'est bien pour cela que j'ai choisi de n'être qu'un mannequin, je peux me permettre de ne pas apparaître aussi souvent que j'ai dû le faire par le passé en tant qu'idole. La haine de certains fans au sujet de mon ancien groupe et de ses membres s'est presque évaporée. Comme aucun de nous ne fait quelque chose sous le feu des projecteurs, ils ont fini par nous oublier et ce n'est pas un mal. Il me reste des fans de la première heure et qui m'ont toujours soutenu même lorsque ça allait mal. Je suis content de lire leurs commentaires encourageant lorsque je poste messages et photos pour donner des nouvelles. Je continue de pratiquer la guitare que j'aime toujours autant ainsi que chanter, juste pour mon plaisir ou en improvisation avec des potes.

Parallèlement à la quiétude dans ma vie, je n'ai pas eu de complications après ma greffe. Il a fallu que je m'habitue à vivre avec un seul rein, que je surveille mon alimentation, que j'évite les excès, etc... Ma vie avant la découverte de ma maladie n'était pas des plus reposantes, mon hygiène alimentaire, mes consommations d'alcool à certaines fêtes auraient pu me manquer, mais ce n'est pas le cas. Disons que ça m'a vacciné d'avoir traversé cette épreuve et que je n'ai pas encore une fois cela autant à moi qu'à Tae Hwan. Me remettre de ces derniers mois de folies et retourner le trouver pour lui dire que j'étais en envie, c'est grâce à lui si je vais aussi bien à présent. Il me soutient, c'est très important, et il comprend que j'ai envie de profiter du nouveau temps offert à notre histoire. Il me faut néanmoins prendre un cachet par jour à vie, pour éviter un rejet du greffon, ce qui n'est rien à mes yeux. Je ne veux plus voir de larmes de tristesse dans les yeux de mon homme. Puis je dois me rendre à l'hôpital afin d'être examiné régulièrement, c'est d'ailleurs ce qui m'a amené dans celui de Gangnam. C'était déjà ici que j'avais été hospitalisé la première fois.

Après plusieurs heures, je finis par rencontrer le médecin qui s'occupe de moi. Dans son bureau, il m'informe des résultats, me posent quelques questions. Je suis soulagé de l'entendre dire que tout va bien. En sortant de la pièce, j'envoie un message rapide à Tae Hwan pour le rassurer avec un tout va bien, je sais qu'il a tendance à vite s’inquiéter lorsqu'il s'agit de cela, ce que je peux comprendre. Alors que je marche dans les couloirs afin de partir, je reconnais un nain dans le fond en train de marcher avec un pied de perfusion. Bien qu'il soit caché en partie son visage, ses yeux sont reconnaissables. Je me dirige donc vers lui.

« Tiens un raz-motte. » Dis-je, arrivé à sa hauteur, mettant ma main sur le haut de sa tête. « T'as toujours pas grandi à ce que je vois. » Rajoutai-je avec un sourire moqueur, il a l'habitude de toute manière. « T'as une sale tête dis donc… Enfin plus que d'habitude j'entends. » Moqueur.

Ce n'est pas parce qu'on est à l’hôpital qu'on doit tirer des têtes d'enterrement. Il ne me la fera pas à moi, je sais très bien qu'il ne va pas bien. Sa maigreur ne m'échappe pas. Mais comme j'ai très bien conscience qu'il est là incognito, je ne prononce ni son prénom, surnom et évite tout ce qui pourrait attirer l'attention.

« Comme je t'ai sûrement affreusement manqué et que j'ai du temps devant moi, je consens à t'en donner un peu. » Lançai-je avec un grand sourire sur les lèvres.

En général on s'allie contre les autres pour se moquer d'eux, les descendre, on est devenu célèbre à ce sujet parmi les autres idoles ou employés des agences. Mais, avant de faire cela, on aime également se chercher un  peu. La répartie de Kang Shin-Il n'est pas un secret pour qui que ce soit non plus, on ne pouvait que se détester ou bien s'entendre. En l'occurrence, on s'entend bien.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Entrevue ft Shin   Sam 25 Avr - 15:02


Entrevue

With Mun Hee

Et c'est reparti pour une journée de chimio en ambulatoire, rien que d'y penser le Moonlight était las d'avance et n'avait guère envie de se lever. Mais il le devait en suivant le même rituel qui s'était installé depuis son retour du Japon il y a quelques mois. Lui qui haïssait autrefois se lever tôt, voilà qu'il le faisait quotidiennement afin de ne pas croiser les autres membres et en particulier Sang-Min dans leur salle de bain. Il ne manquait plus que ça, que le loup le voit dans un tel état de décrépitude, sa fierté n'y survivrait pas. Et puis, qu'est-ce qu'ils se diraient ? Ce n'est pas comme si les conversations avaient été légions ces derniers temps. Comme à son habitude, c'est à l'eau presque bouillante qu'il  se lava, laissant ses muscles endoloris se délasser sous le jet d'eau chaude. Les yeux fermés, c'est encore à son meilleur-ami que ses pensées voguèrent. Les viles... même dans ces instants de détente il fallait qu'elles viennent le hanter. Un poing rageur s’abattit violemment contre le carrelage ruisselant, Shin-Il regrettant son geste quasi instantanément, la douleur irradiant déjà son poing. Il allait devoir encore inventer une excuse lorsqu'il allait devoir expliquer cela à son médecin, qui était loin d’être dupe, bien évidement. Cet abrutit lui avait même conseillé de consulter un psy. Et puis quoi encore ? Il avait la gueule à se poser sur un fauteuil pour y faire autre chose que la sieste ? Il n'était pas unes de ces stupides pleureuses qui ressentaient le besoin de raconter en long, en large et en travers leurs pseudos malheurs. Le seul psy, ou plutôt confident, qu'il ai eu dans sa vie était le danseur qui hantait ses pensées. En somme, la consultation était terminée depuis un bon moment....

Mais l'heure  avançait et les autres allaient finir par se lever, il fallait se préparer, et vite ! Une nouvelle fois, il dut retenir un cri voulant s 'échapper hors de ses lèvres en croisant son reflet dans le miroir. Ce cadavre ambulant au teint cireux et cerné aux joues creuses, était-ce vraiment lui ? Comme aujourd'hui il était se sortie à l'hôpital, il ne se sentit pas le courage de tenter de se farder afin de cacher la catastrophe qui siégeait sur son visage, un bon masque chirurgical faisait des merveilles. Ah être en Asie était parfois une très bonne chose, un bonnet compléta sa tenue et il fut fin prêt à partir. Enfin sorti de ce dortoir tel un voleur il glissa la long des murs de l'agence et grimpa sans se faire désirer dans la voiture qui l'attendait à l'extérieur. Une nouvelle fois il était rentré par une entrée de service à l’hôpital. On ne sait jamais ce que peu faire un fan ou un détracteur trop zélé, sa maladie concernait lui et lui seul, il n'avait pas besoin de devoir courir les plateaux pour annoncer l’œil larmoyant qu'un cancer lui rongeait les poumons. Il laissait cela avec un grand plaisir aux autres...

Sa consultation avec son médecin terminée on lui avait posé un cathéter et relié à l'une de ces maudites poches contenant le « liquide de vie et de mort » comme il l'appelait. Pour le moment il s'estimait heureux, il n'avait pas encore perdu ses cheveux ou commencé à vomir, la fierté y jouait beaucoup sûrement. Pour le japonais, ces signes étaient les signes précurseurs de la fin, de plus, après cela il ne pourrait plus cacher son état au public et cela lui faisait presque aussi peur que de mourir. C'est dingue lorsque l'on a la vingtaine, nous-nous croyons invincible et il suffit d'un claquement de doigt pour que votre corps ne se rappelle cruellement à vous, semblant nous dire «  personne n'est éternel, tu as bien été vaniteux de le croire. » Seul dans sa chambre, il rongeait son frein ne songeant qu'au moment où il pourrait s'échapper hors des murs froids de ce fichu hôpital. Sa vessie choisit cet instant pour lui signifier qu'elle n'était pas loin d'exploser, très bien, très bien il allait se lever et aller aux toilettes.... La conscience allégée, restons élégants, et les mains lavées, il ne comprendrait jamais les mâles qui ne le faisaient pas, il était prêt à retourner à sa chambre, prenant garde de ne croiser le regard de personne.

Dommage pour lui, il semblerait que l'on l'avait reconnu. Kwon Mun Hee, sûrement un check-up . « Tiens un raz-motte. Les cheveux du compositeurs étant ébouriffés au même moment par la large main du mannequin qui lui avait forcé sur la soupe plus jeune. T'as toujours pas grandi à ce que je vois. » La main fut tout aussi vite chassée et les dents du japonais claquèrent non loin de cette dernière. « Méfie-toi je suis comme les petits caniches à mémères, je paye pas de mine, mais je mords. » Un petit sourire en coin venant clore ses paroles. Comme toujours il ne pouvait s'empêcher de partir au quart de tour avec le plus jeune, un petit jeu entre eux qui durait depuis des années maintenant. «  T'as une sale tête dis donc...Enfin plus que d'habitude j'entends. » Shin haussa les épaules avant de répondre. «  C'est les risques du métiers de junkie, enfin, même si j'ai changé de came maintenant. » La poche qui s'égouttait étant désignée par l'une de ses mains. Après tout, ce n'est pas parce que l'on est à l’article de la mort qu'il fallait oublier l'humour !

« Comme je t'ai sûrement affreusement manqué et que j'ai du temps devant moi, je consens à t'en donner un peu. » C'est un salut théâtrale qui accueillit cette déclaration. «  Je vous en remercie Sir Géant Vert, le gueux que je suis vous en est infiniment reconnaissant. Et c'est vrai que tu m'as manqué mon biquet, même pas une carte postale, j'ai bien cru dépérir, je me demande même si ce n'est pas à cause de toi que je suis dans cet état vile félon. » Sottise lâchée, Shin-Il avait saisit le bras de son cadet et l'avait invité du regard à le suivre jusqu'à sa chambre qu'il referma juste derrière eux avant de s'asseoir sur son lit. Il désigna la chaise juste à côté de son lit qu'il avait tiré de là où il était, tapotant à présent sur cette dernière avec un petit sourire. «  Aller poses tes belles fesses ici, je dis pas non à un peu de compagnie on s'emmerde comme des rats morts ici. C'est tellement opprimant que j'ai trouvé pour la première fois de ma vie un endroit où je n'arrive pas à dormir, tu te rends compte ? » Une première pour le jeune homme qui se vantait en temps normal de pouvoir s'endormir de n'importe où et pratiquer son sport préféré avec la fornication sauvage. Ah ça aussi cela faisait longtemps qu'il ne pratiquait plus le rodéo. Une vie de merde quoi... Afin de ne pas plus se miner il reporta son attention sur Mun Hee. «  Et sinon toi ? Qu'est-ce que tu fiches ici ? Ça a un rapport avec ta fameuse cicatrice c'est ça ? »Après tout, il pouvait bien le savoir, le mannequin risquant incessamment sous peu e lui demander ce qu'il pouvait bien avoir de son côté.


Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Entrevue ft Shin   Mer 13 Mai - 15:11


Shin Il & Mun Hee

« Le présent n’est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l’action. »   Simone de Beauvoir


Alors que je viens de terminer mes examens à l’hôpital, j’aperçois un petit bonhomme que je connais plutôt bien. Encore une fois, contrairement aux apparences, ce n’est pas moi le plus âgé. Durant ma période avec les Shadow, on ne me prenait jamais pour le maknae. Déjà c’est rare les hommes de ma taille et mon gabarit, mais en plus, je ne fais pas mon âge, c’était surtout marrant car le plus âgé d’entre nous passait bien plus naturellement pour le plus jeune. A la hauteur de Shin-Il, je ne me gêne pas  de le houspiller tout en en tapotant sa petit tête. Son claquement de dents me fait arborer une expression d’horreur volontairement exagérée.

« Tu oserais mordre la main qui t’a nourri ? » M’exclamai-je. « Je t’ai vraiment mal éduqué… Il y a des coups de fouet qui se perdent... » Petit rire amusé.

Pendant que quelques douceurs habituelles entre nous fusent, il me sort que sa sale tête est due au changement de narcoleptiques, en l’occurrence, il tourne à la perfusion maintenant, et cela ne fait que me confirmer que  son état est sans doute assez sérieux. Ensuite, comme je n’ai rien de prévu et que Tae Hwan va rentrer tard du travail, je propose de rester un moment avec lui. C’est clair que c’est mortel les hôpitaux, sans mauvais jeu de mot. Sa petit courbette me fait sourire en coin, il a toujours eu un petit côté théâtral.

« Je t’ai ramené un cadeau à la place de la carte postale, mais j’ignorais que j’allais te croiser ici. Je ne l’ai pas sur moi. » Expliquai-je, avant de rire à cause de sa plaisanterie.

Bras dessus, bras dessous, notre duo se dirige vers la chambre du blondinet. Une des infirmières que l’on croise nous regarde bizarrement, c’est sûr qu’on fait une étrange association. Mais ce n’est pas comme si je me souciais de ce qu’on peut penser de moi. A force de la fixer aussi, elle finit par détourner les yeux, gênée. Ah les femmes, toujours à faire des manières. Shin s’installe sur son lit, tapote la place sur la chaise qu’il vient de tirer non loin. Je retire ma veste puis me pose à l’endroit qu’on m’a indiqué, non sans sourire un peu.

« Oh ?? C’est possible ça ?? La super marmotte de compétition Kang Shin-Il qui ne peut pas s’endormir dans un endroit… Mais où va le monde, je te le demande… ? » Cette phrase me fait marrer.

Comme déjà dit, ce n’est pas parce qu’on se trouve dans un hôpital qu’on doit tirer une tête d’enterrement. Il y a statistiquement plus de personnes qui en réchappent qui ne terminent leur vie entre ses murs. Puis de toute manière, il n’y a que nous deux dans cette pièce, on peut bien dire ce qu’on veut. Shin finit par me demander ce que je fais ici, mettant en avant les deux fines cicatrices que j’ai au niveau des reins.  Il est toujours aussi observateur, mais il semble s’être décidé à poser des questions pour une fois, jusqu’à présent, il s’était abstenu et j’avais apprécié sa prévenance. Je commence par acquiescer de la tête.

« Je dois régulièrement faire des examens pour vérifier que tout va bien. » Commençai-je. Ensuite je cherche comment dire cela. « Je ne sais pas si tu te rappelles de la fois où je suis tombé inconscient sur la scène durant un concert. » Mes yeux se posent sur lui. « En fait, j’avais un peu disparu de la circulation et l’agence avait dit que c’était rien de grave, que je me trouvais en convalescence. Et bien en réalité ça l’était, j’avais une maladie des reins si agressive qu’on m’avait annoncé qu’il me restait 6 mois maxi si je ne trouvais pas de donneur. »

Il est vrai qu’on n’a jamais parlé de choses trop sérieuses, mais je suppose qu’il y a un début à tout. Enfin à cette époque, je n’étais pas aussi jouasse pour raconter cela, voir le visage de mes proches s’effondrer à chaque fois que je l’annonçais, qu’on ne trouvait pas de donneur et que le temps tournait, m’a vacciné quant à vouloir discuter de cela. A présent, c’est loin derrière moi.

« Ça m’a fait un sacré choc de découvrir qu’à 21 ans, j’allais déjà y passer. Aucun donneur n’était compatible, pas même mon frère et ma sœur alors que nous sommes triplés.  Mais comme tu peux le constater, j’ai survécu. » Petit sourire. «  C’est mon meilleur ami dans le groupe qui m’a donné un de ses reins, j’ai dû ensuite apprendre à vivre avec un seul.  D’où les cicatrices. Je ne lui serai jamais assez reconnaissant de m’avoir permis de continuer à avoir une vie merveilleuse avec Tae Hwan. »

J’estime que pour le moment, c’est déjà bien assez. S’il veut des détails ou mes ressentis, il me les demandera bien.  En attendant, je me relève pour prendre la carafe d’eau et remplir le verre, car j’ai bien soif. Je bois en premier, puis je remets de l’eau afin qu’il puisse se désaltérer également. Mon attention finit par se reporter sur mon pote.

« Et toi, qu’est-ce qui t’amène ici ? En disant que tu as une sale gueule, ça s’apparente à un zombie là. Enfin, si t’as envie de m’en parler bien entendu. » Petit clin d’œil.

Me voici à attendre qu’il se décide à encore s’exprimer. Mes jambes s’étendent devant moi et j’appuie mes coudes sur les accoudoirs, autant bien s’installer. J’espère que ce n’est pas aussi grave que moi quand-même…


fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Entrevue ft Shin   Sam 16 Mai - 15:30


Entrevue

With Mun Hee

Quelle bonne surprise que de voir son acolyte de méfait de toujours être dans le coin. Quitte à être vu ici dans cet état, autant que ce soit par un de ses amis non ? Et puis Mun Hee lui remonterait très probablement son moral qui était au plus bas ces derniers temps. D'ailleurs, sitôt arrivé, sitôt qu'il étaient en train de se houspiller l'un l'autre. Certains se prenaient dans les bras pour se signifier que l'autre leur avait manqué, d'autres s'envoyaient des petites piques à la tâte. L'amour vache, il n'y a que ça de vrai . «  Tu oserais mordre la main qui t'a nourri. Je t'ai vraiment mal éduqué... Il y a des coups de fouet qui se perdent... » Un rire venant ponctuer la fin de la phrase du mannequin . Shin-Il ne le fit qu'après lui avoir répondu un, comme à son habitude déplacé. «  Le fouet... hum continue tu commences à me plaire là.. c'est que tu vas me la faire lever en pleins milieu de ce couloir si ça continue. » Sottise graveleuse sortie, le voilà plus léger et avait remercié d'une théâtrale révérence la présence du brun à ses côtés pour quelques temps. « Je t'ai ramené un cadeau à la place de la carte postale, mais j'ignorais que j'allais te croiser ici. Je ne l'ai pas sur moi. » Le Moonlight mit une petite bourrade au plus jeune et lui asséna avec un petit sourire . « Voir les personnes que j'apprécie heureuse c'est un beau cadeau en soi. Un petit clin d’œil accompagnant cette pour le moins déclaration semblant sortir de nul part. C'est vachement puissant ce qu'ils me mettent je vais finir par me transformer en guimauve je crois. Sinon je suppose que je ne saurais pas ce que c'est tant que tu ne me l'auras pas offert c'est ça ? »

Après cela ils avaient enfin prit la direction de la geôle... euh de la chambre au blond bras dessus, bras dessous, s'attirant comme toujours les regards interloqués des personnes qui croisèrent leur chemin. Choquer,  un passe-temps de prédilection pour les deux idoles.  Puis, une fois enfin arrivé à destination, Shin-Il n'avait guère traîné pour s'installer à nouveau dans son lit tout en tripotant l'ours en peluche qu'il chérissait enfant . En réalité, cela faisait longtemps qu'il ne dormait plus avec lui, Sang-Min l'ayant remplacé de manière bien plus agréable. Mais comme son meilleur-ami n'était plus là, le japonais avait retrouvé un peu de réconfort avec cette ours qu'il cachait comme il pouvait aux autres membres. Pourquoi pas à Mun Hee aujourd'hui ? Même si l'autre risquait très grandement de le vanner, il savait qu'il le garderait pour lui si il le lui demandait, une sorte de petite faveur qu'on accorde à un malade quoi. Après que le coréen se soit sagement installé près de lui le leader lui avait confié détester cet endroit qui remettait en cause sa capacité à trouver le sommeil où que ce soit . «  Oh ?? C'est possible ça ?? La super marmotte de compétition Kang Shin-Il qui ne peut pas s'endormir dans un endroit... Mais où va le monde, je te le demande... ? »

Ce qui avait bien faire rire le plus vieux en cœur avec son vis-à-vis. Cette pièce semblait moins oppressante à présent que Mun Hee y était, dommage qu'il était aussi fier et refusait que les membres de sa famille l'accompagnent ou d'avoir mit … non pas Sang-Min bien qu'il l'imaginait bien souvent à ses côtés à le soutenir dans cette épreuve. Mais là n’était pas la question, il allait se refoutre le bourdon vitesse grand V si il s’obstinait à continuer sur cette voie. Il ferait mieux de répondre à Mun Hee tiens, c'est une bonne idée ça . «  Je sais pas mais c'est pas chouette comme destination faut croire. Un petit sourire en coin légèrement sarcastique étirant les fines lèvres du pianiste qui continuer de jouer distraitement avec son ourson. Enfin bon ces derniers temps quand bien-même je suis crevé j'ai un mal fou à pioncer et pour la première fois de ma vie je suis réduit à prendre des somnifères pour faire des nuits correctes. Ma fierté de gros dormeur en a prit un coup, si tu savais. Ah l'ironie, que ferait-il sans elle, pas grand chose en ce moment. Déjà que celle de grand baiseur est allée se pendre ça fait déjà depuis 6 mois environ que j'ai pas tiré un seul coup, la sieste c'est tout ce qu'il me reste, et même ça, ça part en couilles sans mauvais jeu de mots. » Pour une fois, il n'avait même pas fait exprès, preuve en est que son esprit était bien fatigué, mais autant en rire plutôt qu'en pleurer. L'autodérision, une rédemption pour les malades si vous voulez son avis.

Après cela, Shin-Il s'était fait curieux au sujet des cicatrices qui barraient le bas du ventre à l'ex chanteur. Après tout, entre survivants on pouvait bien s'avouer ces petits secrets et conter ses exploits contre la mort. Mun Hee ne fit pas de difficulté et avait directement répondu à la question qu'on lui avait posé. Un trait de caractère qu'appréciait le japonais chez l'autre. «  Je dois régulièrement faire des examens pour vérifier que tout va bien . Je ne sais pas si tu te rappelles de la fois où je suis tombé inconscient sur la scène durant un concert. Oh que si il s'en souvenait très bien et avait été lui-même inquiet au sujet du maknae des Shadow à l'époque, il allait enfin en avoir le cœur net. En fait, j'avais un peu disparu de la circulation et l'agence avait dit que c'était rien de grave, que je me trouvais en convalescence. Et bien en réalité, qu'on lui laisse deviner, en fait si c'est ça ? C'était toujours comme ça dans l’industrie du divertissement... ça l'était. Qu'est-ce qu'il disait ? J'avais une maladie des reins si agressive qu'on m'avait annoncé qu'il me restait 6 mois maxi si je ne trouvais pas de donneur. »

Merde, si il s'attendait à ça … Même lui on ne pouvait pas encore lui annoncer une date buttoir ou de péremption, il aimait l'appeler ainsi se considérant comme un morceau de viande en train de pourrir, aussi précise que cela. Une chance que Mun Hee ai pu en réchapper. «  Ça m'a fait un sacré choc de découvrir qu'à 21 ans, j'allais déjà y passer. Aucun donneur n’était compatible, pas même mon frère et ma sœur alors que nous sommes triplés. Mais comme tu peux le constater, j'ai survécu. C'est mon meilleur ami dans le groupe qui m'a donné un de ses reins, j'ai dû ensuite apprendre à vivre avec un seul. D'où les cicatrices . Je ne lui serais jamais assez reconnaissant de m'avoir permis de continuer à avoir une vie merveilleuse avec Tae Hwan. » Le japonais resta silencieux un bon moment, continuant une fois de plus de triturer nerveusement une oreille de son doudou de toujours. Mais un fin sourire ornait ses lèvres, l'espoir était toujours là tapis dans un coin. Peut-être qu'il s'en sortirait lui aussi après tout. Enfin pour le moment, il préférait se préparer au pire...

Ce fut son cadet qui le sorti de ses considérations en reprenant la parole, très certainement pour le sortir de sa léthargie. «  Et toi, qu'est-ce qui t'amène ici ? En disait que tu as une sale gueule, ça s’apparente à un zombie là. Enfin, si t'as envie de m'en parler bien entendu. » Le petit clin d’œil de l'autre eu pour effet de faire naître de nouveau un fin sourire sur le visage aux trais fatigués du Moonlight. « Si je t'ai demandé ce que tu avais eu c'est bien pour me donner le courage de le dire à mon tour bien que si même avec un peu de logique ce  n'est pas très difficile à trouver. Sinon au fait... Il désigna de l’index l'annulaire gauche de son cadet. Félicitation le petit cachottier, toi marié bah putain même les gars comme nous peuvent finir avec la bague au doigt. Laisse-moi deviner c'est Tae Hwan qui a prit ton nom ? Espèce de mâle fier va. Petit rire. T'aurais pu quand même m'inviter merde, en plus j'étais au Japon à ce moment là ma grand-mère m'aurais expédié entre deux siestes à l'aéroport. Nouveau rire. Bon sinon pour ce que j'ai et bien.... Un bon vieux cancer des poumons, je pensais que je me le chopperai vers mes 35 ou 40 ans voir un peu plus tard si j'étais un petit veinard, mais non je me suis prit moi aussi une belle beigne quand on m'a annoncé à l'occasion d'une petite visite de routine que j'avais un cancer... Ils n'ont pas été aussi pessimistes que pour toi néanmoins. Le pire dans l'histoire ? C'est que j'aurais pu jouir d'une opération pour que l'on enlève les deux lobes de mon poumons droit où se logent ces putains de cellules cancéreuses. Mais... Il décala un peu son pull et dévoila une rangé de côtes plus que saillantes. Dans cet état, je ne suis pas en état de supporter l'opération. Mais même en savant ça, j'arrive plus rien à avaler. Sang-Min a toujours été là pour gaver comme une oie l'ex anorexique, pour une fois il posait les mots dessus, que je suis. Mais depuis qu'on s'est engueulé...Il déglutit et se releva. Excuse-moi un instant... »

À fleur de peau il s'était dirigé afin de préserver un peu de sa fierté dans les toilettes désertes pour pouvoir éclater en sanglots. Les larmes avaient dévalés sans interruption de longues minutes. Puis, calmé et après s'être passé un coup d'eau il était revenu dans la chambre afin de se réinstaller. «  Désolé, je suis pas un très bon hôte. Par contre j'ai du thé encore chaud dans mon thermos et des  nougats au sésame si tu veux . C'est le moins que je puisse faire pour me faire pardonner. »


Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Entrevue ft Shin   Jeu 28 Mai - 16:16


Shin Il & Mun Hee

« Le présent n’est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l’action. »   Simone de Beauvoir


Comme d'habitude, les propos fusent, les blagues plus ou moins vaseuses sont légions et peu importe qu'on soit dans le couloir d'un hôpital, ce n'est pas un crématorium non plus, il y a plus de vie que de morts dans ce genre d'endroits, alors autant se comporter normalement que plutôt tirer la gueule et se comporter comme si on était dans une église. De toute manière, on se moque pas mal de choquer. Sa réponse me fait rire encore plus, j'imagine bien la scène, sauf que je ne renchéris pas cette fois, il a gagné cette première manche de la joute. Je marche avec lui en direction de sa chambre, continuant sur le sujet de son cadeau, me faisant un peu bourriner au passage.

"Tu l'as toujours été je crois plutôt et tu le cachais encore bien jusqu'à il y a trente secondes. Shin, tu as changé, ce n'est plus ce que c'était..." Après l'avoir charrié à nouveau, je rigole encore puis rajoute. "Ce sont d'anciennes partitions originales, mais je ne compte pas t'en dire plus. Je dois conserver mon effet de surprise quand-même."

Aussitôt dans la chambre, je referme la porte derrière nous et, quand je me retourne, je le vois installé sur le lit avec une peluche.

"Mais c'est qu'il est trognon le Shinshin avec son petit nounours." Dis-je, moqueur, tout en imitant une mère qui parlerait à son gosse.

Raillerie balancée, je m'installe et la conversation se poursuit, surpris sans vraiment l'être qu'il ne parvienne pas à dormir ici durant ses soins. Ce n'est pas possible d'avoir l'esprit serein lorsqu'on est malade et qu'on doive venir dans un hôpital. Prendre des somnifères n'est pas bon signe non plus, me faisant m'interroger encore plus, bien que le ton reste l'humour, c'est souvent bien plus facile de se lâcher ainsi.

"Et t'arrives encore à marcher sans avoir la démarche d'un cow-boy ? Respect. Ou alors tu as un super boxer qui peut se fourrer comme un de ses sacs magiques sans être déformé ?" Mon  sourire en coin finit par s'agrandir. "Mais je peux comprendre que ça te fasse chier, y étant passé moi-même." Dis-je, en parlant de la fierté qui en prend un coup quand on n'est même plus capable de s'envoyer en l'air.

Il ne m'est ensuite pas bien compliqué de satisfaire ma curiosité quant à ma présence ici et aux cicatrices qui sont en bas de mon dos. C'est vrai que c'est un secret que je dois bien garder, sinon ça ressasserait de mauvais souvenirs et les haters n'attendent que cela. Quoi qu'il en soit, je lui explique calmement ce qu'il en était. Après mes explications, je fixe ses doigts qui triturent un peu la peluche, me doutant que cela fait toujours un choc, même longtemps après, de savoir que quelqu'un qu'on apprécie a bien failli mourir. Puis je lui demande la raison qui l'amène à venir ici. Il m'avoue que m'avoir entendu parler le premier d'un sujet aussi grave et personnel, c'était pour se donner du courage, je m'attends au pire. Mais il trouve le besoin de faire une remarque sur mon alliance.

"Merci." Répondis-je avec un fin sourire, pas besoin d'étaler ma joie alors que Shin ne va pas bien. "Kwon Tae Hwan sonnait surtout bien mieux que Cha Mun Hee." Glissai-je rapidement. "C'était en France, ça c'est fait sur un coup de tête, le lendemain on se mariait, tu n'aurais jamais eu le temps d'arriver." Petit clin d’œil.

Puis il reprend, c'est à mon tour d'avoir les yeux posés sur son visage, ne pouvant m'empêcher d'anticiper le pire et, lorsque j'entends ce qu'il en est, je ne me suis pas trompé et j'en suis bien désolé. Shin me montre ses côtes, il est évident qu'il ne se nourrit pas correctement. Un léger soupire filtre mes lèvres, ça craint ce qui lui arrive... J'apprends ensuite que son meilleur ami et lui se sont engueulés, j'avais entendu que l'ambiance n'était pas terrible, sauf que ça ne doit pas l'aider à aller mieux vu comme ils ont toujours été fusionnels. Il sort de la chambre et j'attends son retour plusieurs minutes après. Je le regarde à nouveau.

"Si c'est ce que tu avais mangé et qui t'as poussé à aller ruiner les chiottes de l'autre bout du couloir, non merci, je passe mon tour." Annonçai-je en me marrant un peu.

J'ai très bien compris ce qu'il est allé faire, c'est ma manière de lui montrer que je fais comme si je n'avais rien vu. Tant que j'y suis, je me décide à me lever, faire le tour du lit et m'asseoir à côté de lui, passant mon bras autour de ses épaules. C'est mon côté grand-frère qui ressort, je n'y peux rien, ça arrive des fois.

"Je suis désolé pour toi, Shin.  Ça craint ce qui t'arrive." Très brève pause. "J'espère que tu ne fais pas le con à rien manger, tu veux y passer ou quoi ? Même un chien affamé ne voudrait pas te bouffer." Un peu moralisateur, bien que le ton reste détendu. Ce n'est pas donné à tous de pouvoir parler de ce genre de sujet grave comme nous pouvons le faire. "J'ai bien saisi que t'avais besoin de ton meilleur ami, mais pourquoi vous vous êtes engueulés au juste ? Et ne me dis pas que tu ne lui as pas parlé de ton état..." Mes yeux se posent sur son visage, j'en suis certain qu'il l'a fait cet idiot. J'ai l'impression de me revoir quand je m'entêtais avec Tae Hwan sur ce sujet. Quel crétin quand j'y repense.


fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Entrevue ft Shin   Mer 3 Juin - 14:30


Entrevue

With Mun Hee

Ah il n'y avait pas à dire, voir Géant Vert débarquer dans le coin était la meilleur chose qui avait pu arriver au leader des Moonlight.Ils s'étaient aussitôt empressés  de se balancer des vannes à la tête, une façon comme une autre de dire que l'on s'était manqué, on était vache ou on ne l'était pas . Bon en fait pas totalement le plus vieux s'étant laissé aller à quelques paroles un brin « guimauves » comme il l'avait dit. Et sur cela, Mun Hee ne l'avait pas manqué, comme toujours. « Tu l'as toujours été je crois plutôt et tu le cachais encore bien jusqu'à il y a trente secondes. Shin, tu as changé, ce n'est plus ce que c'était... » Une bourrade accueillant les dires du plus jeune avec un petit grognement mêlé à un sourire de la part du blondinet. « Et le respect des jeunots s'est perdu à ce que je vois, le respect aux aînés c'est n'est plus ce que c'était.. » Après lui avoir tiré très puérilement la langue il avait continué d'écouter l'autre. « Ce sont d'anciennes partitions originales, mais je ne compte pas t'en dire plus. Je dois conserver mon effet de surprise quand-même. » Ce qui avait eu pour effet de faire pétiller les prunelles du compositeur, il en était toujours ainsi lorsqu'il était question de musique, on ne pouvait pas dire qu'il avait raté sa vocation. Kang Shin-Il vivait littéralement pour et par la musique.

Après cela les deux compères s'étaient dirigés dans la chambre du leader, le mannequin refermant derrière eux. Entre temps, le blond s'était installé dans son lit et peut importe la honte qu'il pouvait avoir, il avait résolument gardé son ours en peluche tout contre lui. Bien évidement, connaissant Mun Hee il savait pertinemment que l'autre lui ferait une petite taquinerie à ce sujet. « Mais c'est qu'il est trognon le ShinShin avec son petit nounours. » Sa phrase à peine terminé, le plus vieux avait assené un coup de coussin sur la tête de l'autre. «  Un peu de respect pour Kuma, il est plus vieux que toi aussi, alors respecte un peu tes aînés jeune mécréante va tshh! »  Le ton n'étant clairement pas agacé, les piques étant leur mode de conversation. Les conneries enfin toutes plus ou moins balancées il avaient enfin pu débuter une conversation plus sérieuse, mais le ton ne devenant pas dramatique pour autant, c'était pour les mourants ça.

« Et t’arrives encore à marcher sans avoir la démarche d'un cow-boy ? Respect. Ou alors tu as un super boxer qui peut se fourrer comme un de ces sacs magiques sans être déformé ?
Shin-Il pouffa un peu à l'entente de la nouvelle idiotie balancé par son interlocuteur. Mais je peux comprendre que ça te fasse chier, y étant passé moi-même. » Ah ça, de là à ne plus pouvoir faire ce qui fait l'essence d'un homme, il est vrai que l'on se sent quelque peu diminué d'un coup, les malades en plus de voir leurs forces les quitter peu à peu devaient également supporter la disparition de leur vie sexuelle, un comble alors que l'on peut crever le lendemain n'est-ce pas ? Mais beaucoup en réchappaient et savouraient leur bonheur, à l'image du jeune homme face à lui à l’annulaire bagué. « Merci. Kwon Tae Hwan sonnait surtout bien mieux que Cha Mun Hee. C'était en France, ça s'est fait sur un coup de tête, le lendemain on se mariait, tu n'aurais jamais eu le temps d'arriver. » Un petit sifflement admirateur fut lâché de la part du leader. « Eh beh t'as pas traîné pour lui passer la bague au doigt. Si un jour vous renouvelez vos vœux, j'espère pouvoir être encore là. T'accepterais autrement un zombie à ta cérémonie ? Avec un thème The Walking Dead je suis sûr que je passerais incognito parmi les invités. » L'humour de bon goût ? Connaît pas.

Puis, ce fut au tour de Shin-Il de passer aux confidences, mit en confiance par celles de Mun Hee, il lui avait alors confié quel mal le rongeait depuis des mois et la dispute avec son meilleur-ami qui n'avait rien arrangé. C'en fut trop pour lui et il avait quitté précipitamment la chambre afin de se réfugier aux toilettes pour y pleurer tout son saoul. Après un coup d'eau et de longues inspirations visant à lui faire retrouver de son calme, il était revenu après cela en s'excusant platement auprès du mannequin. «  Si c'est ce que tu avais mangé et qui t'as poussé à aller ruiner les chiottes de l'autre bout du couloir, non merci, je passe mon tour. » Sacré Mun Hee, toujours le mot pour rire, sa prévenance touchant Shin-Il qui se mit à rire de bon cœur avec lui. «  Non même pas, alors tu vas goûter ça sinon tu insulterais ma grand-mère si tu goûtais pas . » Après cela, l'ex-chanteur s'était installé à côté de lui en passant un bras rassurant autour de lui. Fatigué, le plus vieux des deux s'était laissé aller contre son épaule en fermant les yeux. « Je suis désolé pour toi, Shin. Ça craint ce qui t'arrive. J'espère que tu ne fais pas le con à rien manger, tu veux y passer ou quoi ? Pas vraiment, mais il fallait avouer que manger était pas vraiment chose aisée ces derniers temps. Même un chien affamé ne voudrait pas te bouffer. »Comme ça au moins il crèverait pas bouffé par une de ces bestioles, c'est toujours ça de gagné.

« J'ai bien saisi que t'avais besoin de ton meilleur ami, mais pourquoi vous-vous êtes engueulés au juste ? Et ne me dis pas que tu ne lui as pas parlé de ton état... » Immédiatement Shin-Il s'était redressé et son regard avait fort courageusement, ironie, fuit celui de son interlocuteur qui cherchait à le sonder. Parler à Sang-Min de ça alors qu'ils ne se sont adressé la parole que pour le travail et encore, non c'était impossible.... Le japonais soupira longuement et eu bien du mal à déglutir. «  C'est bon tu sais très bien que non, je ne l'ai pas fait. On se parle à peine depuis quelques mois alors je me voyais pas lui balancer ça. 'Ah ouai au fait Sang-Min, bientôt on risque de plus se faire la gueule vu que je vais très certainement crever d'un cancer.' On est d'accord que ça le fait moyen hein... Et sinon pourquoi on s'est engueulé ?  Bien... c'est une longue histoire mais en gros on a joué  avec le feu, il a finit par tomber amoureux de moi et ce con préféré le garder pour lui au lieu de me le confier. Comme ça un soir après une représentation où il s'est enfui où j'ai voulu le réconforter, on s'est engueulé comme pas permit en se lançant les pires horreurs à la tronche. J'ai même frappé Sang-Min, c'est pour dire la violence de notre échange verbale. Bref … Mais je suppose que tout cela est bien confus pour toi alors je vais lever le voile sur l'un de mes plus grands secrets pour que tu comprennes comment est arrivé le début de la fin. »

Pour se donner un peu de courage, le japonais s'était servi du thé et en avait fait de même pour Mun Hee. Après quelques gorgées il était fin prêt. «  Alors … tout remonte à notre adolescence. On peut pas dire qu'on été des gravures de mode tous les deux à l'époque. On avait même jamais galoché de fille à  11 ans quoi, la honte totale.. On s'est donc dit que quitte à le faire plus tard, on assurerait pour notre premier baiser. Moralité ? On s'est entraîné ensemble en galochant l'autre. Pour nous ce n'était rien d'autre que de l'entraînement et cela nous empêchait pas d'être des potes sans qu'il y ai de malaise. Après... les hormones en ébullition sont arrivées et on a commencé à se tripoter parce que c'était bien plus agréable quand une autre personne se chargeait de notre membre. En fait on continuait juste cet entraînement comme on l'appelait. On en est même venu à se sucer après qu'un gars plus vieux du collège m'ait fait connaître ça, je te laisse deviner le temps record qu'on a tenu. Petit rire, même aujourd'hui il en avait encore un peu honte. Ça a duré un temps, puis j'ai eu une copine lui s'est trouvé une noona, donc on a arrêté cette chose. Mais un soir, alors que je pleurais la disparition de celle que je voyais déjà comme la mère de mes enfants, on a couché ensemble pour se consoler. Je sais, certains pleurent dans les bras l'un de l'autre, nous on l'a juste fait d'une autre façon... Puis les années ont passé et on en a jamais reparlé. Jusqu'à un jour d'été de l'année dernière où Sang-Min m'a surprit en train de m'astiquer joyeusement le manche vu qu'à cause de Ra Hae je pouvais plus baiser à ma guise. Et là il m'a pompé le plus naturellement du monde, me 'rendant service ' comme il me l'avait dit. Puis on a recommencé à se tripoter le soir quand on était trop crevés pour se chercher des coups on a même fini par recoucher dans un moment d'égarement...Et... j'ai eu la grandiose idée de lui dire qu'on pouvait remettre le couvert. Sauf que les sentiments s'en sont mêlés et Sang-Min a fini par avoir des sentiments. Pourtant j'aurais du écouter ses réticences au lieu d’insister. Quel con je fais.... »


Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Entrevue ft Shin   Mar 9 Juin - 15:00


Shin Il & Mun Hee

« Le présent n’est pas un passé en puissance, il est le moment du choix et de l’action. »   Simone de Beauvoir


Se charrier est dans nos habitudes, parfois cela ne vole pas très haut, mais je sais bien que c'est notre manière de communiquer. Puis c'est amusant, il faut bien le reconnaître, on n'a pas non plus matière à se foutre des autres puisqu'il n'y a personne sur notre chemin. Sa réponse me fait encore une fois rire.

« Tu as raison, honte à moi... Vu ta tronche, tu dois au moins avoir dans la cinquantaine bien tassée. Ton chirurgien était un gros nul, j'espère que tu l'as attaqué en justice. » Petit tirage du bout de la langue.

Ensuite, je reste encore un peu mystérieux sur l'auteur de la partition que je lui ai ramené de Paris, bien que je remarque les étoiles dans ses yeux, preuve que je ne me suis pas planté dans le contenu de mon cadeau. Dans la chambre, j’assiste au spectacle de Shin avec sa peluche, ce qui vaut de ma part une remarque, c'est là qu'il ne manque pas non plus de me reprendre, là encore, je ne peux pas m'empêcher de répliquer non plus, tapotant la tête de l'ours gentiment.

« Ça doit pas être facile de vivre avec un grincheux pareil... » Petit sourire moqueur à l'intention de Shin. « Quoi qu'il en soit, vous avez dû manger la même soupe qui ne fait pas grandir. »

Je m'écarte pour m'asseoir ensuite, puis viennent des sujets plus ou moins drôles que l'on continue à aborder avec humour autant que c'est possible. D'abord, il s'agit de mon mariage avec Tae Hwan.

« Promis, ce sera notre marche nuptiale si jamais on remet ça. » Petit rire amusé.

La suite est moins joyeuse... D'ailleurs Shin se précipite hors de la chambre afin d'aller pleurer, ce que je m'abstiens de relever à son retour. Place encore une fois à cet humour, on rigole même tout les deux de ma bêtise.

« Je ne voudrais pas offenser ta vénérable grand-mère. » Concluai-je.

M'installant à côté de lui, j'essaie de trouver des mots réconfortants, un bras autour de ses épaules. Mon regard cherche à capter le sien qui se fait fuyant lorsque mes questions tombent. Comme je l'avais deviné, il n'a rien raconté à son meilleur ami. J'ai l'impression de me retrouver plongé des mois en arrière avec mon entêtement au sujet de Tae Hwan... Je ne le coupe pas une seule seconde, écoutant attentivement ses propos. Je m'apprêtais à répondre quand il me fait comprendre qu'il va me donner de nouvelles explications, donc je l'observe servir le thé en le remerciant discrètement pour ne pas le gêner dans sa démarche. Plus j'en écoute, plus je réalise à quel point ils sont proches. Quelques anecdotes me font un peu sourire, c'est qu'ils ne manquaient pas d'idées les deux. Dès qu'il a fini, je viens lui pincer la joue.

« Quel petit garnement tu fais... Je me demande si tu n'es pas l'incarnation de la perversité. » Léger rire, je lâche ensuite ma prise. « De ce que j'entends, vous ne vous êtes pas ennuyés. » Petit sourire malicieux. « Je ne vous imaginais pas aussi proche et c'est même un miracle qu'aucun n'ait eu de sentiment pour l'autre bien plus tôt. » Une gorgée de thé plus tard, je poursuis. « Après, tu ne pouvais pas savoir qu'il allait tomber amoureux de toi, donc tu ne dois pas t'en vouloir pour autant. Ce sont des choses qui arrivent, même entre meilleurs amis. Cela m'étonne, vu comme vous êtes fusionnels, que tu n'aies pas remarqué avant que quelque chose n'allait pas. Quoi qu'il en soit, Sang-Min est un sacré personnage lui aussi, il donne l'air d'être soporifique, coincé et inaccessible, mais j'ai une toute autre image de lui à présent. » Rire.

D'abord, priorité à mon thé et aux petits gâteaux succulents qui l'accompagnent. Je n'ai théoriquement pas trop le droit aux excès, mais personne n'en saura rien donc... Quand j'ai terminé ma tasse, ma main vient se poser sous le menton de Shin pour qu'il me regarde.

« Voilà qui est mieux, tu te confies alors cesse de regarder ailleurs. Il n'y a  pas de quoi se sentir gêné, on a vu le pire de l'autre, autant que le meilleur, je ne vais pas te juger. » Il le sait, sinon il ne m'aurait pas parlé de tout cela. Ensuite, ma main revient à côté de moi. « Pour en revenir à votre dispute, c'était assez violent et ça ne me rappelle pas que des bons souvenirs. Je ne compte pas te dire quoi faire, cela ne regarde que toi et ta conscience, mais je peux te parler de ma propre expérience. Je te préviens, ça risque d'être un peu long. » Léger rire. Après une petite concentration, je me décide à raconter. « Alors voilà, dans mon cas, je n'ai pas eu le choix que d'affronter les regards de mes parents, de mon frère, ma sœur, les membres de mon groupe, le manager, toutes les personnes qui ont été mises au courant parce que j'ai eu le malheur de perdre conscience sur une scène. J'ai essayé de garder le sourire pour eux, de me montrer positif, sauf que j'avais fait le choix de ne pas espérer quoi que ce soit, afin que ce ne soit pas aussi affreux le moment venu. » Mon regard se perd dans le vide devant moi, mes souvenirs m'emportant dans cette période de ma vie dont je n'ai jamais reparlé avec qui que ce soit, à part Tae Hwan le jour de nos retrouvailles. « Il n'y avait qu'un seul et unique moyen de me sauver, et je n'avais que 6 mois devant moi. Je n'ai pas besoin de te donner le pourcentage de chance de trouver un donneur, surtout que mes proches n'en faisaient pas partie et que je voyais bien qu'ils en culpabilisaient énormément. Je n'ai jamais voulu être un poids pour qui que ce soit et, plus les jours passaient, plus le regard de ma mère changeait. C'était terriblement douloureux de voir cela... » Je ravale ma salive, esquissant malgré tout un petit sourire à l'intention de mon pote, histoire de lui faire comprendre que ça va malgré tout car tout ceci est loin derrière moi. « Tae Hwan était une personne un peu à part dans ma vie, pas dans le bon sens à mes yeux. Tu sais que collectionner les coups d'un soir, ça a toujours été ma règle. C'est le meilleur moyen pour ne pas avoir d'ennui ou de pot de glu, surtout quand tu es idole. Lui, il est venu nous faire travailler une chorégraphie, nos routes se sont de nouveau croisées dans un bar et on s'est envoyé en l'air. Mais l'histoire ne s'est pas arrêtée là. » Mes yeux se reposent sur lui. « On a échangé nos numéros, on s' appelait quand on avait envie et un petit jeu s'est installé entre nous : on se rendait jaloux, on s'engueulait, pour mieux se consoler à l'horizontal. » Je m'empresse de rajouter avec amusement. « Tu vois, dans le genre relation pas nette et être complètement aveugle, on était pas mieux. Rien qu'avec ces quelques éléments, j'aurais du percuter, bien que ça m'arrangeait simplement de ne rien voir. » Légère pause en ravalant ma salive, puis je poursuis. «  Un soir, ça a été la dispute de trop, au point que j'ai claqué la porte de son appartement sans me retourner, après tout, dans ma tête, je n'avais aucune attache et lui non plus. Il a fallu qu'il revienne en tant que chorégraphe, c'était glaciale entre nous deux. Les mots échangés n'étaient pas les meilleurs encore une fois, mais quand j'ai décidé de me casser dans les vestiaires, au final, il m'a rejoint et on s'est encore envoyé en l'air dans la douche puis dans le bain, mais de manière bien plus douce, ce qui était assez perturbant mais très naturel. Bref, je n'allais pas super fort, sans encore savoir que j'étais malade, j'aurais voulu qu'il se montre plus démonstratif ensuite, ce qui n'est pas arrivé et m'a bien gonflé. Encore des signes que je m'étais attaché à lui, mais que je ne voulais pas l'admettre. » Je soupire un peu. « Après, on m'a annoncé que j'étais malade, j'ai aussitôt pensé à lui. Je l'ai recroisé par hasard avant que je n'aille m'installer à l'hôpital et on a couché encore ensemble, avec cette tendresse qui s'était installée, mais je ne pouvais plus me laisser aller à cela, c'était trop tard dans mon cas. Je ne voulais pas le faire souffrir, je ne voulais pas qu'il s'attache, je n'avais plus aucun avenir à offrir. J'avais beau être entouré par ma famille, je me sentais désespérément seul et je culpabilisais par rapport à eux. » Mes yeux se perdent à nouveau dans le vague. « Il y a eu une autre fois où j'ai passé la nuit avec Tae Hwan.  Je pouvais le sentir, que la maladie continuait de ronger mon corps, de me diminuer. Bientôt, je ne pourrais même plus marcher, j'avais déjà besoin de quelqu'un pour faire de plus en plus de choses. Je le sentais et tu sais ce que j'ai fait ? » Je le fixe à nouveau. « Je me suis enfui en pleine nuit de l'hôpital. » Je rigole un peu. « Je me suis barré en pantoufle et en robe de chambre, j'ai marché, marché, autant que j'ai pu, je voulais une dernière fois sentir le vent sur mon visage, me perdre dans l'ambiance de cette ville qui m'avait vu grandir. Je me suis pris la pluie sur la gueule et j'ai fini par trouver refuge sous un porche et tu ne devineras jamais qui venait de faire de-même… Mon cher futur mari. » Je confirme d'un hochement de tête. « J'y ai vu là un signe, une dernière occasion de passer une nuit entre ses bras, il m'a conduit chez lui parce que j'étais trempé, mais il n'a pas été dupe, il a bien vu les 10 kilos que j'avais perdu, il s’inquiétait et , comme il m'a repoussé, j'ai décidé de me casser.  Y avait une violente tempête dehors, j'étais en train d'attendre dans le hall de son immeuble et il s'était mis en tête de me chercher. Je peux te dire en résumé que la conversation ensuite a été violente, je ne voulais pas lui dire que j'étais malade, il ne méritait pas ça à mes yeux, ça a été si fort qu'on s'est même battus… Enfin j'ai fait ce que j'ai pu, je voulais qu'il se barre pour qu'il ne me voit pas m'écrouler. J'avais tellement la rage que j'ai fini par lâcher le morceau. Je te raconte pas la tête qu'il faisait... » Ma main se pose sur la tasse. « La surprise passée, on est retourné dans son appartement et on a fait l'amour. Pendant qu'il dormait, je l'ai observé et suis parti sans un mot, juste la chaîne que je portais toujours, je l'avais laissé dans sa main. J'étais convaincu que c'était la meilleure des choses à faire, bien que j'étais malheureux et que je ne le voulais pas au fond de moi. Mais comment j'aurais pu cautionner de lui laisser des souvenirs de moi en train de mourir et souffrir? Je l'aimais trop pour cela, j'allais déjà le faire avec ma famille. » Ma gorge se noue un peu, puis je me reprends. « La suite a été un parfait calvaire, la douleur était bien plus puissante que je ne pouvais bien l'imaginer, j'ai cru que j'allais vraiment mourir et je souhaitais à Tae Hwan d'être heureux avec quelqu'un d'autre. Puis il y a eu mon meilleur ami qui s'est décidé à donner un de ses reins, même si je pouvais mourir durant l'opération vu l'état de mon corps. Ça a fonctionné, j'ai dû longuement me remettre au calme, m'habituer à n'avoir plus qu'un seul rein. Plusieurs mois s'étaient écoulés, je ne l'avais contacté une seule fois et, à présent que j'allais mieux, j'étais tiraillé entre mon envie de le revoir et la peur de découvrir qu'il avait refait sa vie avec quelqu'un d'autre. J'ai mis une éternité à oser lui envoyer un sms. » Petit rire à nouveau. « C'est là qu'on en vient à la conclusion de mon histoire qui pourrait être le scénario d'un drama, je le conçois. » Mes yeux se reposent sur Shine. « Dès que je l'ai revu, j'ai compris à quel point je lui avais fait du mal en l'excluant de ma vie. Au début,c 'était assez froid, normal qu'il m'en voulait. Puis il a fini par venir dans mes bras car j'avais trouvé les bons mots,  il a pleuré et ses propos m'on fait sentir toute sa peine, son désarroi, son soulagement que j'ai survécu.  Que je m'en suis voulu… Si je pouvais remonter en arrière, je ne lui cacherai rien car il avait le droit d'être à mes côtés, que j'ai besoin de lui autant que l'inverse. Il a fallu qu'on s'apprivoise, qu'on se découvre puisqu'au final on ne s'était jamais parlé de nos vies avant, qu'on voit si nous deux, on pouvait sortir ensemble. Et la suite, tu la connais, c'est un happy ending. Mais Shin, je ne pense pas que tu doives continuer à endurer cela tout seul, bien entendu que tu ne vas pas lui sortir cache, mais il t'en voudra à mort de l'avoir privé de vos derniers moments ensemble si le cancer gagnait votre combat. Toi aussi tu as besoin de lui, non ? »


fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Entrevue ft Shin   Mer 10 Juin - 15:01


Entrevue

With Mun Hee

Bien il n'allait pas revenir une fois de plus sur leurs énièmes échanges de  bêtises en tout genre, mais ces dernières avaient quelque peu rendu le sourire au japonais qui n'avait pas un moral au beau fixe.Toutefois, parler de Sang-Min avait été trop pour lui et il avait trouvé refuge dans les toilettes pour y déverser sa peine le plus dignement possible, c'était bien la seul chose qui lui restait, et encore, la maladie n'avait que faire de vous humilier continuellement. Mun Hee s'était montré fort compréhensif et avait fini par passer un bras autour des frêle épaules du japonais. Son récit terminé, le plus jeune s'était empressé de lui pincer la jouer. «  Quel petit garnement tu fais... Je me demande si tu n'es pas l'incarnation de la perversité. Un rire s'échappa de ses lèvres et ses doigts avaient bien faillit être mordu par les crocs du leader. De ce que j'entends, vous ne vous êtes pas ennuyés. Ah ça... non, finalement ils étaient bien plus avancé que bon nombre de jeunes de leur âge. Je ne vous imaginais pas aussi proches et c'est même un miracle qu'aucun n'ait eu de sentiment pour l'autre bien plus tôt. Faux, mais il le dira plus tard. Après, tu ne pouvais pas savoir qu'il allait tomber amoureux de toi, donc tu ne dois pas t'en vouloir pour autant. Ce sont des choses qui arrivent, même entre meilleurs amis. Ce m'étonne, vu comme vous êtes fusionnels, que tu n’aies pas remarqué avant que quelque chose n'allait pas. Peut-être parce qu'il niait tellement ses propres sentiments depuis si longtemps que son cœur était devenu aveugle et sourd au supplice de son meilleur-ami. Quoiqu'il en soit, Sang-Min est un sacré personnage lui aussi, il donne l'air d'être soporifique, coince et inaccessible, mais j'ai une toute autre image de lui à présent. »

Ceci avait eu pour effet de faire également un peu rire le plus vieux. «  Ah ça... tu serais étonné de voir quelle bête de sexe il peut être au lit. C'est bien le seul gars qui soit parvenu à me fatiguer. Et bien évidement que je suis l'incarnat de la perversion, de la luxure, de la fornication, du pêché originel comme on se plaît à me le rappeler. Je ressemble tant que ça à un Serpent d'Éden ? » Rhétorique, il en était conscient et son meilleur-ami était bien le premier à avoir succomber à son doux venin.Puis la discussion avait reprit son cours, Shin ayant bien du mal à affronter le regard de son compagnon de méfaits . Toutefois, la main de ce dernier s'était posée sous son menton afin de lui faire reporter son attention sur lui. « Voilà qui est mieux, tu te confies alors cesse de regarder ailleurs. Il n'y a pas de quoi se sentir gêné on a vu le pire de l'autre, autant que le meilleur, je ne vais pas te juger. Un petit soupir signifia qu'il ne bougerait plus la tête et la main se retira d’elle-même. Pour en revenir à votre dispute, c'était assez violent et ça ne me rappelle pas que de bons souvenirs. Je ne compte pas te dire quoi faire, cela ne regarde que toi et ta conscience, mais je peux te parler de ma propre expérience. Je te préviens, ça risque d'être un peu long. »

Le Moonlight avait alors doucement haussé les épaules, lui signifiant que ce n'était pas comme si il était pressé. Ah affronter le regard de ses proches une bien dure épreuve, tellement dure pour le blond qu'il leur avait refusé le droit de l'accompagner lors de ses séances de chimiothérapie. Cela était bien assez compliqué comme cela, il ne voulait pas se forcer à aller bien et sourire devant eux, mais encore moins se laisser voir apathique et déprimé. Ainsi il avait moins de moment à jouer la comédie du gars fort, toutefois il savait bien qu'il le regretterait, tous ces instants étaient précieux, encore plus si il venait à trépasser. Après cela  il fut question de la relation entre le mannequin et son compagnon. Elle lui rappela étrangement ces derniers mois, la violence des ébats, puis la douceur qui apparaît sans qu'on s'en rende compte. Sang-Min était même allé bien plus loin dans cette démonstration en s’offrant à lui par cette nuit de pleine lune alors que les cigales étaient les seules à couvrir la mélodie de leur union. La suite de l'histoire douloureuse de Mun Hee avait bien faillit faire déborder à nouveau les prunelles du plus vieux qui était soulagé de voir une Happy End conclure toutes ces péripéties. « … Mais Shin, je ne pense pas que tu doives continuer à endurer cela tout seul, bien entendu que tu ne vas pas lui sortir cash, mais il t'en voudra à mort de l'avoir privé de vos derniers moments ensemble si le cancer gagnait votre combat. Toi aussi tu as besoin de lui, non ? »

Un long soupir filtra des lèvres du blond qui avait laissé sa tête peser sur l'épaules de l'autre. « En voilà une belle histoire tu devrais écrire un roman, je suis sûr que ce serait un best-seller et tu serais encore plus riche. Petit rire.  Merci d'avoir partagé ton expérience avec moi Mun Hee. Sinon je voulais revenir sur un truc dit un peu plus tôt et là tu voudras encore plus me secouer. Si je n'ai rien vu de ses sentiments, c'est surtout parce que j'étais conditionné à le faire. Bien sûr que l'un de nous deux est tombé amoureux de l'autre, sauf que c'est moi qui l'ai fait en premier. J'avais 15 ans, et je suis venu avec mes gros sabots me déclarer à lui, tu aurais vu son air outré. J'ai paniqué et je lui ai fait croire à une mauvaise blague. Depuis j'avais enfermé à double tour les sentiments que j'avais eu pour lui, on s'est même éloignés l'un de l'autre à cette époque à cause de ça, je lui gueulais sans arrêt dessus et je l'ai trahi en sortant avec la fille qu'il convoitait bref... Comme d'habitude je suis le rois des enfoirés. Petit sourire. Mais ça ne change guère de d'habitude. Et aujourd'hui je suis à nouveau terriblement amoureux de lui, c'est à se demander si à un moment j'ai cessé de l'aimer.  Bon et bien en somme, je suis bon pour rassembler tout mon courage pour me déclarer à lui et lui annoncer dans la foulée que j'ai un putain de concert. Il ferma les yeux, étrangement apaisé.  Merci Mun Hee, grâce à toi je vais éviter la plus grosse erreur de ma vie... »

Rassure-toi Shine, l'avenir que t’ont réservé les dieux est radieux. Tu ne le sais pas encore, mais tu vas vaincre ce vil cancer qui te ronge, de ce mauvais souvenir il ne restera que des larmes et une cicatrice que ton futur mari caressera toujours avec tendresse. Car oui mon très cher personnage, je dirais bien enfant mais je pousse la sensiblerie là, ton Sang-Min verra un jour sa main être demandée par une tête blonde agenouillée devant lui et répondra un oui ému.  Il te faudra être fort car vous en vous unirez que deux années plus tard après le service militaire de ton cher et tendre. Lors de cette cérémonie, nombre de larmes couleront, mais elles seront toutes de joie. Votre famille ne comptera pas tout de suite des enfants, mais une petite Mia et un Vargur seront tenir compagnie à tes furettes . Bon et bien il est temps de te dire au revoir Shin-Il, ce fut un réel plaisir de partager cette année en ta compagnie.

Ta joueuse qui te souhaite tout le bonheur du monde



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entrevue ft Shin   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entrevue ft Shin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Anons (Entrevue avec Amaral Duclona - Radio Optimum)
» Compte de Kairo Shin
» Shin Alkar
» Wanted, renom de Shin Alkar
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Entertainement  :: Anciens rp-