AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
MessageSujet: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 11:39


He Ae Cha
"I have got a grin big enough to be considered
a national monument. I’m damn proud of it, too."
 

An-nyeong ha-se-yo!, comme vous le savez déjà je me prénomme He Ae Cha ! Je suis née le 25 octobre à Séoul en Corée. Je suis une jeune femme de 24 ans et je suis une présentatrice à la télévision. Vous voulez encore en savoir plus sur moi, il se trouve que je suis bisexuelle et actuellement célibataire. On me dit souvent que je ressemble à Chaeeun, en plus sexy.


Anecdotes
♮ Plus que ton diplôme en journalisme, c'est surtout ton rire communicatif et ton sourire, voir ta franchise désarmante, qui t'a valu une place au sein de la StarE. Parce que en fait, oui, tu évites de parler du casting, pas par honte, mais parce qu’on a tendance a relier ton joli minois à ta sélection et que tu refuses qu’on te limite à ton physique.
♮ Tu parles plusieurs langues, formation de journalisme oblige, mais si ton anglais et ton mandarin sont très bien, ton français a tendance à sonner faux et à t'arracher des grimaces. Quant à ton espagnole, tu dois bien l'avouer, tu inventes tout au fur et à mesure.
♮ Depuis maintenant un an, tu possèdes ton propre show. Ce n'est évidemment pas les oscars, mais tu as gagné des fans, tu t'es fait une place sur l’audimat et tu ne comptes assurément pas t'arrêter là. Tu vises plus haut, tellement plus haut.
♮ Il y a six mois, tu as eu des soucis avec un fan, des soucis exigeants que tu fasses appel à la police et que dorénavant, tu loues les services d'un garde du corps. Tu n'irais pas jusqu'à dire que tu es devenue paranoïaque, mais ça n'augure certainement rien de bon pour ta santé mentale.
♮ Tu es une fanatique de sport, dès que tu stress, tu sors courir, quand tu es déprimée, tu vas nager et quand tu t'ennuies, tu sautes à la corde, tu danse, peu importe.
♮ Même avant que tu te mettes à côtoyer les vedettes et les idoles, tu ne comprenais pas en quoi ils étaient censés être meilleur que le commun des mortels. Tu n'as donc jamais appartenu à aucun fanclub, mais c’est assurément la faute à ta mère, qui est une ancienne idol elle-même.
♮ C'est à cause de cette absence d'admiration fanatique pour les vedettes, que tu reçois et interroges aujourd’hui, que tu t'es bâtit une réputation de présentatrice « cynique et effrontée. » Cela dit, loin de t'en vexer, tu acceptes avec grand plaisir les deux défauts.
♮ Féministe assumée, tu parles constamment d’équité entre les sexes et tu fuis les hommes qui te réduisent à une paire de sein et de jambe. Quand tu ne leurs enfonces pas tout simplement ton genou entre les jambes. Tu n’as aucune pitié pour la bêtise masculine, pas plus que pour la connerie humaine, ce qui explique probablement la part « cynique » de ta personne. Du reste, tu n’hésites jamais à militer pour ce qui te tient à cœur, de ce fait, depuis six mois tu t’acharnes sur une campagne de sensibilisation contre l’anorexie.
♮ Tu as suivis des cours d’auto-défense dès tes treize ans, une idée à ta mère qui t’as toujours encouragé à te suffire à toi-même. Après tout, si elle a pu t’élever toute seule, tu te dois d’être en mesure de te défendre.
♮ Tu es une fille simple, avec des goûts tout aussi simple et même si on a tendance à te considérer comme « difficile à satisfaire », tu te contentes d’un rien. Par exemple, tu adore manger des fraises, enfoncer ton visage dans les vêtements qui reviennent tout juste de la corde à linge, enfoncer tes pieds dans le sable ou presser tes mains autour d’un mug chaud de café.
♮ Malheureusement pour toi, et ton métier, tu ne possèdes aucune pudeur et dois faire des efforts considérables pour que ça ne te nuise pas. Parce que si tu n’as personnellement aucun problème avec l’idée de te retrouver à moitié nue sur un magazine, ta carrière n’est pas de cet avis.
♮ Tu es gauchère, une situation qui t’as toujours agacée, alors tu tentes de compenser en faisant tout le reste de la main droite.
♮ Si on complimente tes tenues et tes coiffures élaborées, tu n’en tires aucune fierté et assurément aucuns mérites. Tout ça, tu le dois au styliste, parce qu’en réalité, tu n’as aucun talent dans l’agencement de vêtement, ce que tous tes exs pourront confirmer. Cela dit, tu ne t’en caches pas et tu en ris bien souvent, autant devant que derrière la caméra.
♮ Tes relations tournent toujours mal, toujours. C’est d’ailleurs devenu une blague auprès de ta famille et de tes amis. On t’a trompé a plus d’une reprise, tu as connu un petit ami violent, ta dernière petite amie était toxicomane et l’un de tes exs t’a volé un joli montant d’argent. Après, on s’étonne de te savoir célibataire.
Caractère
Ae c’est l’absence de complexe, autant physique que psychologique. Elle est mignonne, elle est bien foutu et elle le sait, elle ne voit pas le mal là. Quant à son mental, si vous cherchez une femme qui se diminue, vous êtes mal tombé avec elle, parce qu’elle ne s’incline jamais par défaut. Même qu’en fait, elle est plutôt chiante dans le domaine, elle déteste avoir tort et préfère avoir ses règles que d’avouer s’être trompée. C’est une femme fière, une femme qui marche avec la tête haute, qui a même ce petit sourire moqueur quand on cherche à la juger. Plutôt que de s’inquiéter des critiques qu’on peut lui enfoncer dans le dos, elle avance, sans jamais s’arrêter. On peut donc affirmer, voir clamer, que c’est une ambitieuse, pour elle un obstacle est un défi et les interdits, des provocations. Ae c’est une femme moderne, une femme fatale à ses heures, mais surtout une femme libre. Elle ne cherche pas à plaire à tout prix, au contraire, elle aime son individualité et c’est probablement ce qui la rend attachante. À quoi bon dissimuler ses défauts et prétendre être une autre ? Non, Ae elle s’accepte, elle se connait, elle s’accepte et elle s’impose au reste du monde, bourrée de défaut et un sourire accroché aux lèvres. Avec elle, il n’y a pas de double jeu, elle est directe, voir trop direct. Elle ne mâche d’ailleurs pas non plus ses mots, mais heureusement pour elle, elle a un vocabulaire plutôt fleuris. C’est une femme intelligente, qui est curieuse de nature, qui aime aller au fond des choses et qui ne lésine assurément pas sur les efforts à fournir. C’est une battante, une gagnante, mais surtout par orgueil, parce qu’elle en a un gigantesque. Certains vous dirons qu’elle est terriblement impulsive d’ailleurs, mais c’est faux, ce n’est pas tant ses sentiments ou ses pulsions qu’elle écoute, mais son instinct. Or, jusqu’ici, il ne s’est jamais trompé, donc hors de question qu’elle change sa façon de faire.

Sympathique, chaleureuse, elle n’est pas entièrement désagréable, c’est même une hôte adorable. Elle aime discuter, elle sait écouter, mais oui, elle a tendance à poser des questions délicates, voir à enfoncer ses jolis doigts dans les plaies encore ouvertes. Elle appelle ça « la dévotion journalistique », parce que oui, mademoiselle est une professionnelle, une vraie et la vérité, c’est ce qu’elle doit à ses auditeurs, tant pis pour les effets secondaires. Ce n’est pas un manque de compassion de sa part ou qu’elle soit impitoyable, mais quand on accepte de venir poser ses fesses à son show, on accepte de lui faire face et non, elle n’est pas particulièrement tendre. Pourtant, elle le fait en souriant, avec respect même. De ce fait, on ne sera pas étonné de savoir qu’elle est particulièrement sociale, qu’elle aime le contact humain, qu’elle est même très tactile avec les gens qu’elle apprécie. Ae c’est aussi rire pour un rien, fort si possible, quitte à déranger tout le monde. Elle a passé l’âge de s’excuser d’exister et c’est un peu pour ça, aussi, qu’elle a autant de fan, parce qu’elle est vraie. Elle adore la musique et si elle ne lèche pas les bottes des artistes, si elle ne fait pas partit des présentateurs qui les adulent et se perdent en compliments sur leurs carrières, il ne faut assurément pas être surpris de la découvrir en train de se dandiner sur leur prestation, ou même de la découvrir en train de chanter. Seulement, elle ne perçoit pas les paillettes de la même manière que la plupart des gens, la faute à sa mère qui est une ancienne étoile de la musique. Grandir auprès d’une star, ça a de quoi refroidir les possible élans de fangirls, sans parler de le refus de sa mère, de voir sa fille suivre la même voie. Alors oui, Ae c’est aussi se montrer cynique vis-à-vis de ses invités, du showbiz et de ses peoples, quand ils ont de pauvres petits problèmes qu’ils prennent trop aux sérieux. Elle peut même parfois se montrer dédaigneuse, quand elle ne se moque pas, mais elle le ferait avec n’importe qui d’autre. Ce n’est pas réellement de l’effronterie, pas pour elle, c’est seulement la réalité, celle dans laquelle elle aime ramener les « stars », qui planent parfois un peu trop haut.

Ae c’est aussi de rester humble, malgré la popularité croissante, de prendre le temps pour partager avec ses fans, de rester à l’écoute de son audimat et de chercher à s’améliorer. D’ailleurs, ce n’est pas tant la gloire qui l’attire, mais bien le défi de la chose. Jusqu’à récemment, elle ne prenait pas très au sérieux sa popularité grandissante et elle a été harcelé par un fan un peu trop zélé. Depuis, elle a appris sa leçon et se montre plus prudente, tout en riant de la chose en onde. Elle assume ses choix, ses erreurs, mais elle n’assume pas encore complètement cette nouvelle peur : celle des fans. Celles de l’envahisseur possible. Elle est un peu fragile mentalement depuis quelques mois, la faute à la présence du fameux fan, qui s’est glissé jusque chez elle. Depuis, elle traine un garde du corps partout avec elle, ce qui lui a valu la réputation de se prendre pour une autre, de se croire plus célèbre qu’elle ne l’est réellement. Ae serait snob ? Elle en rit et hausse les épaules quand on la questionne, mais la réalité c’est qu’elle est effrayée à chaque fois qu’elle rentre chez elle et qu’on doit absolument fouiller son appartement avant qu’elle y mette un pied. Aussi bien dire que si autrefois elle ne s’inquiétait pas outre mesure des commentaires agressifs suite à son show, maintenant elle en fait presque une obsession. Le plus simple serait qu’elle se montre moins franche, qu’elle gratte davantage en surface et abandonne sa manie de mettre parfois ses invités dans l’inconfort, mais Ae est trop dévouée à son métier. À la vie, à la mort. Quant à sa vie amoureuse, Ae n’a jamais fait de cachoterie à ce sujet non plus, quand elle est en couple, elle ne le dissimule pas. Cela dit, elle ne sait pas choisir ses partenaires et ses histoires se terminent toujours mal, heureusement elle en rit et ne s’en cache pas. Oh, elle a bien essayé une fois, d’avoir une relation plus « secrète » avec un autre membre du showbiz, un nom qu’elle refuse toutefois de donner, par respect pour l’autre, mais la vérité c’est qu’elle est trop paresseuse. C’est très exigeant, énergiquement parlant, que de dissimuler des sorties de couple et de planifier des tête-à-tête au loin ou encore, sous de fausses identités. Très peu pour elle. Quant à ses histoires passés, elle a subit plus que son lot de déceptions amoureuses, aussi le célibat lui convient-il parfaitement, sans parler qu’avec un garde du corps avec soi en permanence, les candidats et candidates semblent plus timides. De ce fait, même si Ae ne cherche pas d’histoire sérieuse, c’est normalement elle qui fait des avances aux autres, ce qui n’est pas un problème pour elle. Pas tellement romantique, ni adepte des trois rendez-vous sacrés, c’est une femme qui se laisse porter par le présent et ses envies. Elle est adulte après tout. Elle sait ce qu’elle veut et n’hésite jamais à s’avancer, à tester l’eau comme on dit. D’ailleurs, elle n’a absolument aucune pudeur, mais heureusement pour elle, l’embauche du fameux garde du corps l’aide à mieux gérer cette carence chez elle.

Histoire
Part I ♮ 6 ans ♮ Les pyjamas jumeaux
Tu bats des cils. Il fait noir dans ta chambre, il se fait tard, tu le sais. Tu le sens dans tout ton petit corps. Tu es épuisée et tu as encore besoin de dormir, mais le sommeil t’es refusé. Lui qui te berçait si tendrement il y a encore quelques instants, il s’est envolé, il s’est enfuit sous les sanglots de ta mère. Alors tu te redresses, tu frottes tes paupières encore lourdes de sable, celui du marchand de rêve bien entendu, et tu la rejoins lentement. Tu ne fais pas de bruit, tu connais les règles, tu peux rester ici, vous pouvez vivre ensemble, mais seulement si tu es discrète, seulement si tu ne prends pas trop de place. Tu es l’enfant accidentel, le boulet que ta maman a refusé de séparer de sa cheville et c’est maintenant autour de son cou que tes bras se referment. Elle pleure plus fort, le bruit te déchire comme l’intérieur du corps. Ça fait mal maman, ça fait mal quand tu pleures comme ça. Alors tu la serres plus fort, tu écrases tout ton petit être contre son dos, jusqu’à ce qu’elle cherche à pivoter et qu’elle t’attire sur ses genoux. Là, tu te blottis contre elle, petite poupée adorée, précieux et couteux trésor. Rien qu’à elle. Rien que pour elle. Pas de papa pour toi, pas d’époux pour elle, mais des larmes à n’en plus finir. Des pois qui se dessinent sur ton pyjama, qui macule le sien aussi. Des pois qui font de vous des jumelles, alors que tu lui ressemble déjà tant, trop que disent certains adultes autour d’elle. Ici, elle n’a pas à se dissimuler pour te serrer contre elle, ici elle peut coiffer tes cheveux de baiser et de larme, ici elle peut te chuchoter combien elle t’aime. Ici tu peux exister, toi l’enfant qui ne devait pas naître, l’enfant qui pourrait lui coûter sa carrière. C’est trop tôt qu’on n’arrête pas de dire autour de vous, mais toi, tu n’en fais pas de cas. Tu n’as que six ans, tu ne comprends pas, tu sais seulement que ta maman est aimée par plein de gens et que son cœur déborde de tristesse la nuit, quand elle rentre de ses spectacles. Que parfois, elle ne se calme que grâce à tes câlins, parce que toi aussi, tu lui chuchote que tu l’aimes.

Ce n’est pas grave si tu n’as pas de papa, pas grave si maman ne peut pas t’en trouver un autre, tu n’as pas besoin d’eux. Seulement d’elle, de ses bras chauds, de son parfum sucré et du poids de sa joue contre le sommet de sa tête. Parce que maman est une star, parce qu’elle ne peut pas avoir de fille, pas tout de suite, mais toi, tu ne pouvais pas attendre tout ce temps dans son ventre. Tu t’es excusé un jour, il y a environ un an, et tu te rappelles encore qu’elle avait pleuré, qu’elle t’avait supplié de ne plus répéter ce genre de chose. Ta maman ne te regrette pas, non, absolument pas. Elle t’aime. De tout son cœur. Au point de faire de vos pyjamas des jumeaux, maculés de pois. Et toi aussi tu l’aimes, assez pour ne pas dire qu’elle est ta maman, assez pour dire que ta mère c’est plutôt la maquilleuse, assez pour ne pas faire de crise quand tu dois aller au lit sans la voir. Tu l’aimes assez pour tout, pour vivre en cachette ici, pour ne pas être sa fille aux yeux du reste du monde. Assez pour tout pardonner.

Part II ♮ 11 ans ♮ Le monde inversé
Tout est foutu. Ils t’ont vu, ils ont compris, tout a été dévoilé et maintenant, ta mère ne pleure plus. Non, elle pose plutôt vos sacs dans la voiture. Ses joues ont été nettoyées, il ne reste rien des sillons sombres de la veille et si ses yeux sont encore rouges et enflées, elle te sourit avec quelque chose de paisible. C’est la première fois de ta vie que tu la vois aussi détendue, aussi légère. Elle prend même le temps de respirer l’air extérieur et te fais signe de l’approcher, toi qui t’étais installée sur un bout de trottoir, pour la regarder faire, pour culpabiliser dans ton coin. Pourtant, tu n’es pas toute seule sur ton bout de ciment, tu as deux de ses camarades avec toi, l’une te caresse les cheveux et l’autre termine de refermer ton sac à dos. Elle l’a probablement rempli de friandise. Tu te redresse lentement, presque douloureusement et ta mère te happe d’un bras ferme. D’un bras maternel. Il n’y a pas de rancœur dans son visage, même si tu oses à peine la regarder dans les yeux. Il n’y a que de la douceur, que de la résignation que tu te dis, mais elle t’embrasse le sommet de la tête et tu fermes les yeux. C’est pour le mieux qu’elle te chuchote. Ça ne pouvait plus durer qu’elle ajoute et ses amies lui donnent raison. Elle va leur manquer, vous allez leur manquer, parce que même si toi, tu n’étais pas du groupe, tu étais leur mascotte à quelque part. Mais c’est terminé, la carrière de ta mère est fichue. Parce que la petite nièce qu’elle semblait tant adorer et qu’elle racontait trainer avec elle lors des festivals estivales, c’est avéré être sa fille. Tu aurais dû écouter son manager, tu aurais dû te couper les cheveux, tu aurais dû rester chez tes grands-parents, c’est là que tu aurais dû vivre depuis toute petite, mais tu n’as pas écouté. Mais elle non plus, ta fabuleuse mère qui t’abandonne le temps de serrer ses amies dans ses bras. Tout est terminé, plus personne ne veut d’elle, les fans ont criés leur mécontentement. Quel genre d’exemple peut-elle bien être dorénavant ? Plus personne ne veut se rattacher à elle, la trainée qui a eu un enfant hors mariage, avec dieu sait qui, alors qu’elle n’avait que dix-sept ans. Personne ne veut être comme elle, personne ne veut plus scander son nom. Il ne reste que toi.

Alors tu prends la route avec elle, vous retournez chez elle, là où elle a grandi, là où tu vas parfois durant les longues vacances, quand ta mère cède au chantage de son manager. Tu les aimes bien, ça ne te dérange pas vraiment, même si tu changes d’école, même si tu changes de ville, même si tu perds tout tes amis et tout ton univers. Ça ne te dérange pas, parce qu’elle est là, une main sur le volant, l’autre serrant doucement ta cuisse. Et plus vous vous éloignez de Seoul et plus elle sourit, ses cheveux volent au vent, elle accélère et tu lèves le son de la radio. Vos voix se joignent par-dessus la chanson, des voix qui se ressemblent, qui se complètent. La voix d’une mère et de sa digne fille. Et de là, il n’y a plus de place pour les larmes, il n’y a plus de pyjamas à pois, plus vraiment. La nuit, tu peux dormir sans interruption et le jour, tu découvres enfin ce que c’est, d’avoir une mère, une vraie. Elle n’arrête pas de danser pour autant, même qu’elle t’encourage à le faire avec elle. Tes grands-parents n’aiment pas la musique, ni la danse, ils ont peur, peur de la perdre. Peur de te perdre. Alors c’est votre secret, le monde est retourné, les interdits renversés. Tu peux avoir une mère, tu peux courir dans ses bras en pleine rue et la présenter à tes nouveaux amis, mais tu ne peux plus danser ou chanter librement. Ça te va. Ça vous va. Mais jamais tu ne seras comme elle, jamais tu n’essaieras de devenir une star, tu l’as promis. Jamais tu ne seras comme ta mère. Parce que tu mérites mieux que ça. Parce qu’elle n’y survivrait pas.

Part III ♮ 23ans ♮ L’héritage d’une maman
Debout devant elle, tu croises les bras. Si ta mère est têtue, tu as hérité ta tête de mule d’elle. Alors non, elle ne gagnera pas, tu résistes et elle grogne. Pourquoi est-ce que tu tiens à passer cette audition ? Pourquoi est-ce que tu veux t’immiscer dans ce monde ? Pourquoi veux-tu y retourner ? Elle ne comprend pas tes motivations, elle ne voit pas que ce n’est pas la même chose, que tu ne vivras pas la même situation qu’elle. Tu as été une enfant obéissante jusqu’ici, tu as toujours été raisonnable, tu as appris à te défendre, tu as appris à te méfier, tu as appris à ouvrir et fermer le café, le sien. Celui qu’elle a ouvert, celui qui vous appartient. Si tu t’es lancé dans des études en journalisme, tu n’as jamais passé un seul jour entier sans visiter le café, sans y travailler. Pour l’aider. Parce que tu es une brave fille. Mais aujourd’hui, tu veux participer à un casting à la StarE et ta mère s’y oppose. Elle craint le pire, elle ne veut pas que ce monde te happe, qu’il t’avale, te massacre puis te recrache. N’avez-vous pas assez donné de temps à cet univers ? Perdu suffisamment d’année ? Pourtant, tout est différent, il n’y aura pas de faux semblant cette fois, pas de jeu de cachette, ta mère n’aura pas à te dissimuler. Tout a changé. Tout. Toi y compris. Toi et tes rêves de grand audimat. Toi et ton ambition, celle de faire plus qu’une colonne de courrier du cœur. Toi et ton désir d’être devant la caméra, toi et ton besoin d’apparaitre sur le petit écran. Alors tu t’approches et tu lui attrapes doucement les bras. Il faut que tu essais, il faut que tu tentes ta chance. Parce qu’il faut des gens, comme toi, qui veulent exposer la vérité, écarter les pans des mensonges et des omissions. Est-ce que tu crois être prise ? Pas vraiment. C’est un essai. Un défi que tu te lances.

Et si votre passé était exposé ? Ça te fait rire et tu lui embrasses une joue. Tu n’as rien à dissimulé, ta mère n’est pas une verrue à cacher, à oublier. Mais non, tu ne prononceras pas son nom avant d’avoir terminé ta présentation, avant d’avoir réussis à te vendre comme il se doit. Et si tu étais acheté ? Tu souris à nouveau, parce que toi, tu as foi en l’éducation que tu as reçu. Tu as été préparé à tout ça, toute ta vie tu as fait face aux conséquences des actes de ta mère, tu l’as observé, tu l’as écouté, tu t’es relevé avec elle. Tu peux assurément encaisser une nouvelle traversée du désert. Alors tu te lances, tu te présentes et après quelques fous rires avec les trois juges présents, tu déballes ton talent. Ta voix est onctueuse, à la fois chaude et rauque, sensuelle que te dit l’un des juges. Et ton sourire à quelque chose d’effrontée, quant à ta main qui secoue tes cheveux machinalement, elle est charmante. La perfection n’existe pas, mais tu leur plais, tu es attachante, tu es vivante, tu es vibrante. Et tu ris sans retenue, tu t’amuses, tu fais un jeu de ce casting. Ils n’ont pas le choix, ils doivent tomber sous ton charme, tu dois les séduire et quand tu reçois leur appel, deux semaines plus tard, tu sais que tu as hérité de bien plus que de l’entêtement de ta mère. Toi aussi, tu sais ensorceler les gens. On pourrait te comparer à une sirène, voilà ce que ta mère te souffle alors que vous terminez votre repas, deux mois plus tard. Ce soir elle est venue te voir, elle a trouvé la force de venir sur le plateau de tournage et d’assister à ton cinquième épisode en tant que co-animatrice. Elle a des étoiles dans les yeux, alors qu’elle te caresse un bras. Elle est fière et tu as envie de faire couler ton mascara, mais de bonheur, de soulagement. Peut-être as-tu finalement trouvé ta place ?

Part IIII ♮ 24ans ♮ La peur en maladie
Un autre frisson te parcours, alors que tu resserres les bras autour de toi. Il ne fait pourtant pas froid, pas du tout. Partout autour de toi, les gens circulent en manche courte, voir en débardeur, mais pas toi. Assise sur le porche, tu serres un drap autour de toi alors qu’un policier termine de retranscrire tes réponses sur une feuille. Tu décèles de la pitié dans son regard, alors que son collègue n’a que de l’intérêt pour toi. Une lueur qui te fait peur en ce moment. Normalement, tu lui aurais souris aussi, tu aurais peut-être engagée la conversation, en toute humilité, tu ne te considères pas comme une vedette, même si une bonne partie des gens que tu croises en ville arrive aisément à te reconnaitre. Non, ce soir tu ne veux pas qu’on te regarde, parce que ce soir un homme était chez toi. Un inconnu. Un étranger. Un fan. Il disait te connaitre, il voulait passer la soirée avec toi, tu étais son amie pour lui. Peut-être même plus, vu comment il a déchiré ton haut alors que tu t’enfuyais. Tu n’avais pas prévu ce genre de chose. Jamais. Oh, tu es amicale avec tes fans, tu te montres courtoise, mais tu ne t’es jamais montrée familière. Jamais. Ça ne t’as pas protégé, mais les cours d’auto-défense de maman, oui. Et pourtant, tu es là, assise à la vue de tous, chamboulée, la peur au ventre. Une crainte que même la protection qu’on t’offre pour la nuit, ne saura pas faire taire. Et de là, tu réalises que la peur est une maladie. Elle passe de ton ventre à ton cœur; tu sursautes à chaque fois qu’une porte claque dans l’immeuble, tu te crispes quand ta petite amie se lance sur toi dans la rue ou un corridor, tu n’es plus toi-même. Elle passe ensuite dans ta tête : te fais te retourner sans arrêt, te pousses à chercher des possibles ennemis.

Tu as besoin d’aide, d’être suivie par un psychiatre pour commencer, puis de quitter ta petite amie, trop destructrice. Ses incitations face à la drogue te lasse, son comportement est trop instable, elle commence à te rappeler l’intrus. Alors tu retournes à la maison, le temps d’un weekend, tu te prélasses dans le café et quand tu rentres enfin à Séoul, quand tu retournes sur le plateau, ce n’est pas seule. Un homme te suit, une ombre qui n’a pourtant rien d’inquiétante, en fait tu t’étonnes même de supporter aussi bien la présence rapprochée de ton tout nouveau garde du corps. C’est probablement parce qu’il ne te connait pas, qu’il sort tout juste d’un contrat à l’étranger. Il n’a pas le profil d’un malade, d’un fan. Les gens parlent alors, se moquent même, on retourne les questions dans ta direction dans ton propre talk-show, mais tu en ris, tu fais la femme forte. Ton premier mensonge : tout va bien, tu voulais simplement être plus glamour encore. Sauf que tu as peur, même si tu as su te défendre, même si tu saurais assurément le refaire. Tu as peur d’être toute seule, peur de retomber sur des intrus, peur de chacune des menaces qu’on t’envoie en privé ou qu’on poste sur les réseaux sociaux. Alors il te le faut, cet homme qui se glisse devant toi quand tu atteins l’appartement, celui à qui tu confies finalement tes clés, celui-là même qui déjeune dorénavant avec toi. Tu ne sais plus t’en passer et c’est peut-être encore plus dangereux, parce qu’avec sa présence, tu te permets de rire à nouveau aux éclats, tu recommences à provoquer les anti-fans avec ton humour parfois douteux. Tu ne relis plus tes questions, tu ne doutes plus, tu te sens en sécurité. Mais est-ce que tu as réalisé que tu commençais à remettre en cause ton indépendance ? Non, assurément pas. Sinon tu serais tout autant effrayé que ce fameux soir, il y a quelques mois, où tu attendais dehors avec les policiers.


Derrière l'écran, il y a un cœur qui bat
Hey! Moi c'est bat'phanie, j'ai 27ans, je fais du rpg depuis13ans. Votre petit bijou je l'ai trouvé  par un partenariat. Je pense que le forum est vraiment superbe ! Et croyez moi, j'ai épluché les forums avant de me poser ici, j'ai eu un gros coup de coeur pour vous.   Et pour finir non, je n'ai pas oublié le code, pour qui me prenez-vous? C'est validé par une Baby rpiste :p


fiche by snow sparrow.
crédits images ;; bat'phanie.



Dernière édition par He Ae Cha le Lun 27 Avr - 6:54, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 12:43

Oh Welcome sur StarE

Ça fait plaisir de voir une nouvelle tête et merci pour ces gentils compliments *-* cela nous fait très plaisir ♥️

En plus tu as fais un très bon choix en prenant ce post vacant, depuis le temps qu'on attendait une présentatrice digne de ce nom è_é!

Je te souhaite bien du courage pour la suite de ta fiche, et si tu as une question, n'hésites pas à m'envoyer un MP, je me ferais un plaisir de répondre à tes questions :p

PS: Il te manque le premier mot du code Wink
Revenir en haut Aller en bas
Jang Shin-IlavatarCrazy Shen-Long
Messages : 569
Date d'inscription : 14/09/2014
Age : 21
Emploi/loisirs : Rookie, maknae de ᗡSD
Crédits : Avatar: N9ne; signature: Pando

MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 14:38

Bienvenue parmi nous L'amour

Bon courage pour faire ta fiche, c'est rare de rencontrer quelqu'un qui fait du rp depuis longtemps, je me sens moins seule ha ha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 15:00

Hello, bienvenue à StarE Pompomgirl

Bon courage pour ta fiche, je me languis d'en savoir plus sur la demoiselle,elle a l'air d'avoir du caractère ahah
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 16:51

WELCOOOOOME

Haaaa une autre présentatrice ! Ça promet des rps très intéressants tout ça !
Finis vite ta fiche pour que je puisse venir spammer ta fiche de liens

En tout cas bon courage
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 17:29

Waaaaaaa, ça c'est de l'accueil ! L'amour

Kang Shin-Il ; Vous méritez amplement les compliments ! Le forum est très beau, mais en plus il est clair et j'adore le concept des charts. (Comment ça je songe déjà à un possible DC ? non non... ) Et pardon pour le mot de passe, hier j'ai lancé ma fiche à... 5h du matin. Sale idée. ^^; MAIS c'est bon, j'ai ajouté le bout qui m'avait échappé. Et encore merci de ton accueil !

Jang Shin-Il ; Ooooooh une autre antiquité du RP ? Excité C'est toujours un plaisir de rencontrer d'autres vieux de la vieille ! (tu n'es jamais seule, JAMAIS ! )

Yoon Dong Soo ; Merchi et elle devrait être assez... caractérielle oui.

Nam Shin Ho
; Je termine rapidement fu fu fu ! Merci et pis... ta signature est... intéressante ? XDDDDD (J'entends presque une voix de possédé et tout pour l'accompagner ! XDDDD)
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 19:28

Ouais ouais mon côté pédophile psychopathe c'est ce qui fait tout mon charme
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 19:34

Ah non mais... la signature d'avant hein. XDDDDDD God, les bulles ne m'angoisse pas hein ! (mais tu m'as tué là XD)
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 19:46

Hahahaha oui j'avais compris
Remarques, c'est vrai que ça fonctionne pour les deux !
la preuve que ma vraie nature ressort, peu importe la situation
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 20:49

Bienvenue !!
Amuses-toi bien ~
Revenir en haut Aller en bas
Song Ra HaeavatarCutie Penguin
Messages : 453
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 23
Emploi/loisirs : Chanteuse principale et maknae d'Ivory

MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 20:58

Ow enfin une jolie présentatrice, bienvenue parmi nous
Je connais pas la fille sur ton avatar mais pendant un quart de seconde, j'ai regretté de pas avoir un perso masculin, je la trouve canoon ♥ Bon courage pour finir ta fiche. :3

_________________


Keep your face always toward the sunshine
- and shadows will fall behind you


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Dim 26 Avr - 21:00

Shin Ho, halte au flood sinon... Je te mords xD
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Lun 27 Avr - 6:58

Cha Tae Hwan ; Merci !!

Song Ra Hae ; Ha ha ha, tu es trop mignonne ! XD Mais merci, moi aussi, je suis tombé sous le charme de la petite. Contente de voir qu'elle plait !

Et puis fiche terminée ! En espérant qu'elle soit à la hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   Lun 27 Avr - 11:31

Congratulation !



Félicitation♥! Et voilà, maintenant tu fais partie de la grande famille de StarE, attends-toi à te faire inviter souvent pour dîner/pan/ Bon et bien pour le coups moi aussi je n'ai que de compliments à la bouche. Ta fiche est agréable à lire et j'ai trouvé l'histoire de Ae Cha fort émouvante et criante de vérité. De plus, tu as su parfaitement t'approprier le PV et l'enrichir sans le dénaturer, j'aimerais avoir plus de fiches à valider comme ça :p Bref un beau petit bout de femme qui sera sûrement fort demandé ici~ Bon courage pour ta fiche de liens et tout le toutim ♥
Demande de rpDemande de liens
© crédit fiche ; night sky

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c   

Revenir en haut Aller en bas
 

Novocain lips caress tripping vowels and dragging consonants ♮ a.c

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» bran ♣ the curves of your lips rewrite history
» Alysse Lucy O'Berry - Your lips are poison in my Veins
» ₳ciden ✗ Poison Lips
» While your lips are still red (Théo et Margot)
» Chasse entre amies... || PV Caresse de Lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Entertainement  :: Anciennes fiches-